50 nuances de crèches – Noël à Perpignan

Alors que débute le mois des fêtes de fin d’année, samedi 3 décembre à 11 heures sonnera l’heure de l’inauguration de l’exposition des « pessebres » qui se tient, cette année à l’ancien mess des officiers, aux pieds du Castillet. Plus de 50 crèches issues de collections privées sont visibles dans le coeur de Perpignan. Signe de l’attachement de la ville à cette tradition catalane qui remonte au moyen-âge.


Des personnages principaux et secondaires
Les personnages immuables sont ceux autour de la nativité, la Sainte famille entourant l’enfant Jésus qui ne doit normalement apparaître dans la crèche que le 24 décembre à minuit. L’âne et le boeuf, qui tiennent chaud à l’enfant venant de naître, font partie de la crèche traditionnelle. Au fil des ans, de nouveaux personnages sont venus agrémenter cette scénographie. Ainsi l’on voit, désormais reconstitué, l’ensemble d’un village autour de l’étable qui vît naître « le divin enfant »Le « Caganer »est apparu dans les crèches catalanes à partir du XVIIIè siècle. Ce paysan, souvent mis à l’écart car assouvissant un besoin naturel, est devenu un incontournable. Il est, aujourd’hui, un symbole et une curiosité de la culture catalane. N’hésitez pas à chercher « Les caganers » dans les crèches exposées.

Une tradition catalane du moyen-âge
« Cette tradition bien ancrée dans la société catalane a reçu le nom de « pessebre » car, selon la Bible, lorsque l’Enfant Jésus est né dans l’étable, il fut mis dans une mangeoire d’animaux appelée pessebre. La démocratisation des crèches domestiques est favorisée au XIXe siècle par la fabrication en série des figurines en plâtre peint et leur diffusion par les marchands d’objets religieux. Au XXe siècle, la tradition de la crèche de Noël s’est développée dans le monde entier »

La crèche sujet polémique
La crispation est née il y a quelques années, suite à la plainte d’une association prônant la laïcité dans l’espace public. Cette polémique a conduit les crèches sur le devant de la scène politique et judiciaire. La dernière décision en date est celle du conseil d’état qui autorise les expositions de crèches dans les mairies ou autres lieux publics incarnant la laïcité à trois conditions. Le conseil d’état rappelle : que l’exposition doit être temporaire, qu’elle ne doit en aucun cas être accompagnée d’un discours de prosélytisme religieux et que la manifestation doit revêtir un caractère « culturel » ou « festif ».

1df296fa25ece4f9f1e8f1276b6495cd<<