Cabestany – Le court métrage à l’honneur avec les « Etoiles du court »

La 9ème édition des « Étoiles du court«  se déroulera le vendredi 16 décembre 2016 à 21h au Centre Culturel de Cabestany. Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de la « nuit du court » qui, chaque année, profite du solstice d’hiver et sa nuit la plus longue pour mettre à l’honneur le court métrage. Florent Pallares, président du festival, nous livre le principe, unique en France, qui permet à différents festivals de présenter leur lauréat. C’est le public qui aura la lourde responsabilité d’élire les trois meilleures créations de la soirée.


Un programme éclectique
Entre « La fête du pois chiche » dans le Gard de Michel Gravier représentant le festival de l’Union Méditerranéenne de Cinéma et Vidéo et « Les Talibés », un reportage sur ces enfants du Sénégal exploités par des marabouts censé leur apprendre le coran de Joël Sentenac représentant le festival de Salies de Béarn.

Une révolution dans la technique et la perspective d’une nouvelle vague 
Florent Pallares, président d’Images in Cabestany qui organise tous les ans, courant mars, les « rencontres du court », est aussi celui qui a tout fait pour que perdure « les étoiles du court ».

« Depuis 2003, le métier a complètement évolué grâce à la démocratisation des appareils « réflex » numériques. Les « reflex », malgré leur faible coût, donnent une qualité d’image quasi professionnelle. Le coté abordable des appareils et des logiciels de montage plus accessibles rendent la technique moins contraignante, facilitant par la même occasion l’éclosion d’un nouveau cinéma plus engagé et qui jusque là n’avait pas les moyens financiers de s’exprimer ».

Le président du festival cite l’exemple de « Demain », le film de Mélanie Laurent, qui  a pu voir le jour en faisant appel au financement participatif. Un mouvement que Florent Pallares compare à celui de la « Nouvelle Vague » née dans les années 60 et qui a vu l’apparition d’un cinéma engagé qui tranchait avec celui de divertissement des années 50 en Amérique.

Parmi les précédents laureats
THE RADAR de Jan Rouiller et Nicky Marbot a reçu l’étoile d’or en 2013. Le spectateur est le témoin privilégie des scènes de bord de route que les réalisateurs ont imaginées.

Ou encore « MON AMI NIETZSCHE » du  brésilien Fáuston Da Silva. Un film de 15 minutes qui décrit l’incroyable rencontre entre Nietzsche et Lucas, un jeune garçon déshérité du Brésil. Une oeuvre sur « la puissance de la lecture », une découverte qui changera tout l’univers de Lucas.

88ea91af9c1e4159b3d2f7455b9e1ff3!!!!!