Déferlantes – un samedi « Back to the future »

« Back to the future » et atterrissage avec la Delorean dans le cratère de Valmy pour le retour sur scène des icônes rock et électro des 90’s. Une scène anglophone avec notamment The Chemical Brothers, The Offspring,  Peter Hook (Joy Division – New Order) et Nada Surf pour cette 3ème journée des Déferlantes 2016.


Les groupes de kids devenus des « papys rockers »
Ils ont été la mouvance qui s’est engouffrée dans l’après Nirvana. « Exit » le grunge et place aux kids fraîchement sortis du lycée. Nous sommes à la fin des 90’s, une guitare, une basse, une batterie et une poignée d’accords suffisent à conquérir le monde pour peu qu’on ait l’énergie de la jeunesse. Vingt ou trente ans plus tard, et contre toute attente, ils électrisent toujours un public resté fidèle.

The Offspring : coiffures peroxydées et pluie de symboles funèbres, les californiens arborent sans complexe tous les codes du teenager trasher ou rider qui ont fait leur succès. Pour le plaisir de leur fans, en nombre parmi les festivaliers, qui entonnent à l’unisson les refrains qui n’ont pas pris une ride contrairement aux 5 quinquas. Un public survolté composé d’électrons libres en collision permanente et parfois propulsés dans les airs qui aura surement regretté un concert raccourci de 15 minutes et déploré l’absence de rappel.

« The Offspring a su, malgré ses 30 ans d’existence, garder intacte son énergie punk et imposer son style entre mille reconnaissable. La musique est pure et diaboliquement efficace, de celles qui font bouger les corps et donnent le sourire, dans un même élan de partage et de folie sautillante ».

Les Nada Surf en ont fini avec l’innocence du lycée. La formation new-yorkaise garde tout de même son engagement de la première heure et milite même pour l’association ONE entre deux chansons. Dans un français parfait le leader Matthew Caws arrange les foules et transmet son énergie à des spectateurs en mode détente-plage qui  improvisent même un concours de lancers de ballons gonflables.

« Nada Surf revient cette année avec une tournée dans l’hexagone afin de saluer ce public français qu’il aime tant et qui a toujours su l’accueillir à bras ouverts ».

Peter Hook ambassadeur mythique de la new-wave, membre successivement de Joy Division puis de New Order revient sur la scène château avec sa nouvelle formation, Peter Hook & the Light. Un Peter Hook très souriant, jouant devant les objectifs des journalistes, joviale avec le public.

L’Electro-groovy survitaminée
Les années 90 marquent aussi l’arrivée sur les ondes des grands prêtres de la musique électronique tels que Moby, Fatboy Slim, The Prodigy et les Chemical Brothers.

The Chemical Brothers

« A grands coups de rythmes tribaux, de beats hallucinés et d’énergie punk, le duo a posé les bases d’une électro groovy, survitaminée et, pour tout dire, infernale, une musique magnétique et décadente dont ils sont les porte-drapeaux. Les Chemical Brothers n’ont rien perdu de leur efficacité, privilégiant systématiquement le gros son, la déferlante de basses qui a littéralement retourner le dancefloor ! »

Birdy Nam Nam :

« Un peu plus de quinze ans déjà que ces explorateurs du sample perdu reviennent régulièrement nous décoller les tympans à grands renforts de sonorités électroniques hyper groovy »…

Plus tôt, sous la pinède de Valmy
Très beau parterre de festivaliers arrivés dès l’ouverture des grilles sous la pinède devant la scène Pression Live. HelloLisa, Renaud Papillon Paravel et Weldis&Ros ont pu donner libre cours à leur expression scénique. Des univers tantôt pop pour le septet délirant HelloLisa, tantôt lunaire avec l’électro de Weldis&Ros et les textes inspirés de Papillon Paravel.

f47c95df1c134cb722563847119ebcc0&&