FunPlay 2017 – Les fans de jeux vidéo investissent El Médiator

Alors, OUI, nous avons déjà évoqué dans nos colonnes le FunPlay ! Par favoritisme ? Par parti pris ? Même pas … Seulement car nous sommes fan de ce type d’événement ! Fan aussi du Médiator, lieu de musiques actuelles devenu, le temps d’un dimanche, lieu d’expression de la culture actuelle. Cette culture défendue dans cette version 2K17 par la team funplay, grands amateurs devant l’éternel de Pac Man, Mario et autres personnages pixelisés. Cette culture du « jouer ensemble », sans distinction d’âge, de sexe ou d’origine, comme une déclinaison 32-bits du « vivre ensemble ». Une énergie et un enthousiasme qu’a découvert avec plaisir Michel Pinell, adjoint à la culture de Perpignan.


Cette 5ème édition du FunPlay, la 2ème à prendre place au Médiator, a réuni plus de 1.000 personnes. Elles sont venus participer à ce rassemblement organisé sans prétention par David Lombardo et sa « team de geeks ». Une bande de copains pour qui tout débuta à l’arrière d’une boutique qui réunit des personnalités aussi variées que celle de Jérémy également joueur au niveau national de laser game.

♦ On a adoré parmi les nouveautés l’expérience de réalité virtuelle diffusée en direct sur « Twitch », les jeux d’arcade des collections personnelles et le photomaton baptisé « Asylum » (clin d’oeil à l’Arkham Asylum de Batman) dont le résultat sera une surprise visible sur la page Facebook du FunPlay.

♦ On est des inconditionnels des cosplayers rencontrés au détour d’un écran de jeu, grimés en personnages de manga, web-série ou héros de jeux vidéo.

♦ On a pu observer comment une console, quelque soit son niveau de sophistication, du moment qu’elle dispose de deux manettes et se branche à un écran peut fédérer des jeunes, des parents avec leurs enfants et des amoureux de consoles « vintage » (retrogaming). L’évocation d’une jeunesse où les « mistral gagnants » ressemblaient plus à des salles d’arcades stratégiquement positionnées à la sortie des collèges. Des salles obscures ambiancées par les premières radios libres où l’on perdait la notion du temps, tout comme ce dimanche après-midi plongé dans la lumière bleue des écrans, rythmé par la musique des DJ et l’énergie communicative de David et ses « 13 mercenaires ».

4887d7856353549581b7dc578951c713bbbbbbbbbbb