Jeunes Reporters Citoyens de Perpignan – Une réponse à la devise républicaine

En visite à Perpignan la Secrétaire d’État aurpès du Ministre de la ville, Hélène Geoffroy a tenu à rendre visite aux Jeunes Reporters Citoyens. Ces jeunes issus des quartiers de St Assiscle et Mailloles sont à la recherche de la signification de la devise Républicaine : Liberté, Égalité, Fraternité et Laïcité


« À la recherche de la Liberté, Fraternité, Égalité et Laïcité »
C’est la quête que ce sont donnée la vingtaine de jeunes issus des quartiers de Perpignan. Ils réalisent un documentaire pour lequel ils ont interrogé des anonymes, des élus, des représentants religieux ou des jeunes pour savoir ce que chacun d’eux met derrière ces 4 mots. Un documentaire encadré par Pascal des Arts Visuels 66

« Ce sont les valeurs de la France et nous avons besoin que les jeunes se les approprient, les fassent vivre. Ce qui m’intéresse c’est qu’ils suscitent le débat sur les vrais sujets, que parfois on a eu tendance à ne pas vouloir aborder. Mais si l’on n’ouvre pas l’échange cela finit par empoisonner le vivre ensemble », résumait en quelques mots la ministre réitérant ainsi sa volonté de soutien à ce genre d’initiative.

Elle remerciait chaleureusement le député Jacques Cresta d’avoir mis la lumière sur cette initiative menée par Christine Moulenat adjointe à la jeunesse de la ville de Perpignan.

Mohamed et Mansour, inscrits dans le projet dès l’origine : « Après les attentats de Charlie, (janvier 2015) on a commencé par des petites vidéos sur les réseaux sociaux et puis on a décidé de devenir Reporters Citoyens. Parce qu’il y avait beaucoup d’amalgames et qu’on voulait savoir ce que signifiait, pour chacun, que d’être français. Savoir si la société était vraiment comme elle le prétend. Notre objectif est d’apporter un maximum de réponses à ces questions, c’est aussi pour nous une manière de répondre à ceux qui veulent nous diviser. Nous sommes tous touchés par les attentats », faisant référence au livre « Ma Mère Patrie » éditions de La Marinière. Témoignage de « l’incroyable racisme subi » par Hannane Charrihi, un racisme qui a « entravé » son deuil après le décès de sa mère, victime de l’attentat de Nice le 14 juillet 2016.

« Les quartiers populaires produisent leurs propres anticorps »
Résumait ainsi la Ministre pour mettre en avant les JRC. « En étant un jeune des quartiers vous avez votre propre réussite à porter sur vos épaules mais aussi l’image de votre quartier.  Quand on sort des quartiers et qu’on réussi, on est un atout pour la société car on a dû faire face à tellement plus de difficultés. La France a besoin de vous, l’Histoire de France se construit aussi avec les quartiers difficiles ». La ministre ne nie pas les manques ni les ratées, mais après les attentats « les quartiers ont été stigmatisés comme étant la cause de tous les mots, alors que le problème traverse la société française toute entière et que c’est tous ensemble que nous devons nous interroger. 

♦ #clichecontrecliche sur Instagram avant le 15 Mars 2017
La Secrétaire d’État a également encouragé ces jeunes reporters citoyens à participer au concours qui a la volonté de « tordre le cou » aux idées reçues, pour apporter « un autre regard sur nos banlieues ». Un concours sur Instagram, le réseau social qui met en avant l’image et l’esthétique. Un concours qui a déjà donné lieu à près de 80 publications, certaines mettant en avant le côté graphique, d’autres mettant plus en valeur l’Humain. Plus de détails sur le règlement.

Voilà, bisou. #borny #sunset #waaah #CestBeauBatard #clichécontrecliché #Metz #borny

Une photo publiée par Tatiana Whoop (@drwhoop) le

7f2c6bc8163fb0bd3646c7855fe3d6admmm