Le Front National 66 perd un conseiller régional – Jean François Fons quitte le FN66 mais garde son siège

Jean François Fons qui avait élu sur la liste Front National a choisi de quitter le Front National mais de continuer à « servir son pays catalan ». Réponse cinglante de Louis Aliot qui lui « demande de rendre son mandat par honneur et dignité ». Il évoque « une erreur d’appréciation et une trahison » et rappelle « le naufrage des municipales de Saleilles » en 2014.


Après les départs, en 2016, de Clotilde Font et d’Irina Kortanek, respectivement conseillère d’opposition de Bompas et de Perpignan ou Bernard Reyes ancien colistier de Louis Aliot en 2014, qui avaient fait grands bruits localement, c’est désormais à une conseiller régional de quitter le parti à la fin de l’élection présidentielle et avant le début de la campagne des législatives.

JF Fons « Je me suis senti seul…comme entouré (presque) de fantômes »
Celui qui avait été adjoint auprès de Jean-Paul Alduy déclare par communiqué de presse ne pas avoir hésité à « mettre un terme à sa carrière professionnelle » pour dit-il se « consacrer entièrement à mon nouveau mandat politique ». Il était banquier et a pu grâce à son élection négocier un départ anticipé, une situation qui selon ses déclarations de l’époque était « un soulagement ». Il déclare aujourd’hui quitter le parti car « Pendant des mois, mon quotidien s’est bâti autour de ce défi….(faire évoluer le FN)… J’étais convaincu d’y arriver. J’ai vécu animé par la force de celles et ceux qui croient toujours qu’il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent jamais. J’ai osé. J’ai rêvé. J’ai imaginé. J’ai travaillé pour… Puis l’évidence s’est imposée. Hélas. Jour après jour, combat après combat, illusion après désillusion, au sein d’une belle équipe et d’un projet qui pourtant à mes yeux avaient les atouts et les espérances pour faire face, je me suis senti bien seul, comme perdu au milieu d’un océan, sans cap, sans capitaine et, surtout, sans boussole, entouré (presque) de fantômes ».

Louis Aliot évoque « une erreur d’appréciation et une trahison » et rappelle le « naufrage municipal de Saleilles ».
En effet Jean François Fons avait porté la liste divers droites aux municipales de Saleilles, où il n’avait recueilli que 11% des voix le plaçant en 4ème position. Louis Aliot déclare que cette défection « n’aura pas de grandes conséquences pour la suite ». Le Vice Président du FN déclare : « le Roussillon mérite mieux que des ambitions strictement personnelles », laissant ainsi sous-entendre que le départ serait lié à une non investiture aux élections législatives. Louis Aliot qui pourrait se présenter lui-même sur la deuxième circonscription rappelle que « Sans le FN il n’aurait jamais été élu. C’est une question de transparence et de vérité aussi. Tout le monde sait que sur son nom il n’aurait jamais été élu à la région ». Il reconnaît « la faiblesse de croire qu’au delà de la légitime ambition, il y avait une réelle abnégation et une part d’amitié ».

Louis Aliot conclut « après les scores réalisés dans les Pyrénées Orientales par Marine Le Pen (le meilleur score de la région pour la candidate du Front National avec 47,41 % des voix), … »ce départ sonne comme une erreur d’appréciation et une trahison…sans grande conséquence pour la suite »

2faa1d9690d616d568999dc3af381e95====