Les motards en colère catalans manifestent contre la « Motophobie »

Le 13 Mai dernier, ils étaient 150 motards en colère à perturber la circulation à Perpignan. Henri Chappert, coordinateur de la FFMC 66, a glissé les doléances des motards sous la porte restée close de la Préfecture. Entre « mesures débiles et agaçantes », l’association manifeste contre la « motophonie et la surenchère répressive » subie par les conducteurs de deux-roues au détriment d’une « sécurité routière pour tous ».


♦ Les Motards français en colère
La Fédération Française des Motards en Colère avait lancé un appel à manifestation au niveau national, le 13 et le 14 mai, des cortèges de grosses cylindrées se sont mobilisés à travers la France pour dire « NON, Non à l’empilage des réglementations, contrôle technique, radars, plaques, gants, airbag, vignettes… de cette « Sécurité Rentière » qui nous pompe notre argent et laisse les routes dans un état déplorable et dangereux pour les usagers ». La FFMC rappelait « son rejet de la surenchère répressive et la privatisation de la sécurité routière »

Le format unique des plaques – « une mesure débile et agaçante »
L’association née en 1980 qui « a vocation à fédérer les usagers (deux ou trois roues) », dénonçait « les mesures débiles et agaçantes » comme celle qui instaure que dès le mois de juillet prochain « toutes les plaques d’immatriculation – y compris celles posées avant 2015- qui devront être remplacées par un format unique (21 cm de large X 13 cm de haut, format horizontal, lettres noires, fond blanc)… sans précisions sur une éventuelle exception des véhicules de collection et motos anciennes ».

La FFMC déclarait que « ces mesures désormais actées par des décrets et des arrêtés se voulaient une réponse à une demande de fermeté à l’encontre des motards, demandés par tous les experts qui veulent notre bien ; estimant que la moto est une aberration et qu’il faudrait carrément nous y faire renoncer, à défaut de supprimer définitivement les motos ».

« Ces spécialistes auto-proclamés de la sécurité routière n’ont pas réussi à faire passer le 80 km/h généralisé sur le réseau secondaire, n’ont toujours pas réussi (grâce à la FFMC et sa présence au CNSR) à nous imposer une plaque d’immatriculation à l’avant ni un gilet fluo porté en permanence, n’ont pas digéré la fin de la limitation à 100 CV des motos en France en 2016 et le début de l’acceptation de la « circulation inter-file » des motos dans les embouteillages, enragent que le gouvernement ne parvienne pas à nous imposer un contrôle-technique et aimeraient bien qu’on nous oblige à porter un gilet airbag…

« Les radars, la vidéo-surveillance et la vidéo-verbalisation, la justice automatique numérisée et les fichiers, l’obligation de dénoncer, les restrictions de circulation en ville pour les deux-roues motorisés de plus de 15 ans, des routes privées de plus en plus chères et des routes publiques de plus en plus dégradées, les Français n’en peuvent plus, ils n’en veulent plus ! »

Le 1er avril dernier la FFMC66 dénonçait les aménagements non adaptés aux deux roues

4b7a5c2ead8b1b32d0e40bfe29426cb7````````````````````````````````