L’été ombragé des amoureux à Sainte Marie La Mer

La commune salanquaise, proche des 5.000 habitants et qui durant l’été accueille jusqu’à 20.000 personnes, a choisi de créer un événement éphémère pour faire vivre le cœur du village. Un concept coloré pour inciter les touristes à découvrir de ses anciennes rues restaurées. Nous avons interrogé Francis Brunet, à l’initiative de l’opération :

 « L’idée des parapluies suspendus n’est pas nouvelle. Elle est apparue au Portugal pour la première fois » croît savoir l’élu en charge de la culture et de l’animation dans l’équipe de Pierre Roig. « Je l’ai vu dans les rues d’Avignon l’année dernière et je me suis dit que cela rendrait bien dans les nôtres. C’est quand le prestataire nous a proposé des parapluies en forme de cœur que nous avons associé l’idée avec les cadenas de l’amour ».

Alors que l’opération des parapluies est éphémère et qu’ils seront démontés à la fin du mois d’août, les cadenas, eux, sont amenés à rester sur le passage du 18 juin. Un passage qui pourrait bien être rebaptisé « le passage des amoureux ».  « Peut-être resteront-ils jusqu’à la concrétisation de l’amour qu’ils représentent, à savoir jusqu’au mariage ! » déclare dans un rire Francis Brunet. « L’an passé, nous avons invité le saint marinois Bernard Gout a réalisé pour la ville des peintures en trompe l’œil représentant des scènes du quotidien inspirées par les rues médiévales du cœur de village ». Environ 14 peintures en trompe l’œil sont donc à découvrir nichées dans le village. Pour l’an prochain, l’élu cherche déjà une nouvelle idée pour créer l’opération éphémère version 2018.

Le passage des amoureux baigné par une lumière rouge comme l’amour
Un passage qui, grâce aux parapluies en forme de cœur, baigne dans une lumière rouge symbole de la passion amoureuse. Au gré de votre ballade dans le village historique, vous tomberez sur la place Ferrié que la mairie a recouverte de parapluies multicolores. Les toiles viennent marquer de leur ombre à géométrie parfaite le sol de ce patio caché derrière l’église. Les couleurs vibrantes des parapluies font office de parasol pour arrêter la morsure du soleil estival. La cour de la Mairie n’est pas en reste avec l’installation des ombrelles qui guident les pas des citoyens vers l’hôtel de ville.

Les cadenas de l’amour
Ils sont une tradition pour des millions de couples qui souhaitent symboliser la pérennité de leur union. Selon wikipédia, cette coutume serait née en Serbie durant la première guerre mondiale et décrite dans le poème « Prière pour l’amour » de la célèbre poétesse serbe Desanka Maksimovic. En Europe de l’ouest, les premiers cadenas de l’amour sont apparus dans les années 2000. Mais le geste est surtout devenu populaire à partir de 2006 avec la sortie du roman et son adaptation au cinéma « J’ai envie de toi » de l’italien Fédérico Mocia. Depuis 2008 à Paris, les 45 tonnes de métal accrochées aux balustrades du pont des Arts étaient devenues un problème pour la sécurité du pont et ses éléments de structure. La municipalité parisienne a donc mené une campagne « anti-cadenas » incitant les amoureux à se prendre en photo. Le problème n’a été réglé que quand les balustrades ont été changées par des panneaux de verre, impossible dès lors d’y accrocher le moindre cadenas. Anne Hidalgo, Maire de Paris a décidé de vendre ces milliers de symboles d’amour aux enchères, récupérant ainsi 250.000 euros versés à trois associations qui se mobilisent dans l’accueil et l’accompagnement des réfugiés à Paris.

The Umbrella Sky Project
Il semblerait que ce soit la ville portugaise d’Aguéda qui soit à l’origine de cette idée. En 2013, la commune de 50.000 habitants a recouvert ses rues de parapluies multicolores semblant flotté dans les airs. Une initiative qui offre le double intérêt de protéger les passants de la morsure du soleil d’été mais aussi de créer une forme de déambulation poétique au cœur de la ville. L’initiative a depuis été reprise par de nombreuses communes, dont plus proche de nous Montpellier ou Béziers.

a51e94d30abbdb95dc5233e96964c75aZZZZZZZZ