Marine Le Pen remplace la flamme du FN par la Rose Bleue Marine

Marine Le Pen dévoilait son logo et son slogan de campagne, une information passée quelque peu inaperçue dans les médias, éclipsée par le tumulte médiatique autour de l’officialisation de la candidature d’Emmanuel Macron. Certains twittos, toujours friands de détournements en tout genre, ont sauté sur l’occasion pour travestir la Rose Bleue Marine. Une pratique fréquente comme lors des lancements de « Hé Oh la gauche » ou « Oz ta droite« .


La flamme Bleu-Blanc-Rouge effacée par la Rose Bleu Marine à la pointe d’un fleuret
On peut s’interroger sur le choix du symbole, la rose, la candidate explique son choix dans la vidéo ci-dessous « Pourquoi l’ai-je choisi d’instinct, comme une évidence ? Parce qu’elle est d’abord un symbole de féminité« … Mais aussi « parce qu’une rose bleue est rendre possible l’impossible ». Philippe Moreau Chevrolet, communiquant et président de MCBG Conseil commentait le symbole de la rose : « elle travaille beaucoup l’électorat féminin. Notamment avec le lancement de son blog où elle apparaît avec ses chatons dans l’intimité. C’était depuis longtemps un problème pour le FN et la grande nouveauté, c’est que son électorat s’est considérablement féminisé. C’est bien vu de sa part. »

Elodie Mielczareck, sémiologue décryptait dans son blog ce logo. Outre l’évidente disparition des couleurs qui font souvent parti des affiches de campagne, elle a repéré un fleuret dans la tige de la rose sans épines : « une lame flexible qui se termine par un bouton gainé de cuir au lieu d’une pointe ». Un fleuret pour l’estocade que souhaite donner le FN dans cette élection.

Ici l’équipe du Front National a choisi la rose, fleur assimilée au parti socialiste depuis 1969. Marine Le Pen fait de sa fleur bleue horizontale « l’antithèse de la fleur rose et verticale du PS » explique la spécialiste de la science des signes et symboles. Enfin Elodie Mielczareck analyse les couleurs du logo, outre le bleu Marine, cette couleur est aussi la couleur celle des institutions françaises, également utilisée par la quasi totalité des candidats de droite, le « bleu France ». La spécialiste voyait dans l’utilisation du blanc , un élément « de la France, significatif et traditionaliste ».

Analyse de Nicolas Lebourg, spécialiste des partis d’extrême droite
L’historien, et chercheur auprès de l’université de Montpellier et de Washington nous a donné son point de vu sur ce logo :

« Le violet est la couleur disponible en politique qui crève l’axe droite (bleue) gauche (rouge) : on est bien, sur la revendication d’un interclassisisme populiste conforme au discours de Fréjus. Quant à la rose, elle nous renvoie bien à la stratégie de proposition d’offre de substitution au Parti Socialiste comme parti des classes moyennes et moyennes paupérisées. Stratégie que l’on a vu par le soutien à toutes les revendications catégorielles (infirmiers, enseignants etc…) où il s’agit d’une OPA sur les clientèles de la social-démocratie en jouant de l’abandon de l’Etat providence par celle-ci ».

Nous avions interviewé Nicolas Lebourg lors de la sortie de son dernier ouvrage aux éditions « Les Echappées » « Lettres aux Français qui croient que cinq ans d’extrême droite remettraient la France debout ».

♦ « Au nom du Peuple »
Le slogan de campagne, la favorite des sondages explique que ces mots sont bien plus qu’un slogan, il s’agit « d’une ligne de conduite, d’une profession de foi… » Elle a voulu rendre le peuple souverain de son destin, au centre de tout, rappelant qu’il « est méprisé tout le temps, partout » : faisant référence au choix souverain des britanniques lors du brexit ou celui des américains qui ont élu Donald Trump « contre l’attente de toutes les élites ».

Un logo rapidement détourné sur les réseaux sociaux

b15574a4e90d1314b351837e18ce88d5RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR