Perpignan – Délais respectés pour le retour de l’Université en centre ville

Le retour de l’université en centre ville sera bien effectif pour la rentrée 2017. Dès le mois de septembre, pas moins de 550 étudiants et plus de 150 enseignants ou professionnels se réapproprieront le campus historique de l’université de Perpignan, construit par le comte de Mailly au 18 ème siècle. Transport, sécurité, stationnement ou restauration, autant de sujets qui ont, un temps, inquiétés les étudiants concernés. Ils se disent aujourd’hui « satisfaits d’avoir été entendus et écoutés » sur l’ensemble des problématiques. Pour Fabrice Lorente, Président de l’Université, il s’agit « d’une volonté de retrouver l’ancrage historique de l’université ». Quant à Jean Marc Pujol, il a rappelé que ces travaux d’ampleur étaient le signe « que l’équipe municipale croit au cœur de ville et de la vie en cœur de ville ».


Transport, sécurité, restauration et stationnement
Lors d’une conférence de presse tenue à la mairie de Perpignan, les élus ont annoncé les nouveautés sur les points d’inquiétudes qui avaient été soulevés par les étudiants au mois de février dernier.

Pour le stationnement, les services ont réaménagé la place Jean Moulin pour créer des places supplémentaires. Quant aux vélos, pour le moment 40 places ont été prévues dans un espace clos. Jean Marc Pujol rappelait que selon les usages des étudiants et des enseignants, « le dispositif pourrait monter en puissance ».

Pour le transport, les étudiants s’inquiétaient du coût supplémentaire engendré par la navette desservant les deux campus. Jean Marc Pujol, président de Perpignan Métropole, « a décidé » de la gratuité pour les étudiants soit « un coût pour la collectivité de 400.000 euros par an ». Selon l’évolution des modes de transports choisis par les étudiants, là encore, le dispositif pourra être aménagé. À noter que cette navette sera aussi utilisable par les habitants moyennant le coût habituel du ticket de bus.

Pour la restauration, les étudiants craignaient un manque de restauration au sein de l’établissement. Un accord a été trouvé avec plus de 70 points de restauration pour permettre un prix préférentiel aux étudiants, prix allant de 3,50 à 8 euros. « Il y a largement de quoi faire avec les différents budgets des étudiants », nous précisait Loreline Wallace Gaston, porte-parole de l’association étudiante Fédération Campus Mailly. Les commerçants partenaires apposeront un autocollant orange aux couleurs de l’université sur leur vitrine.

Pour la sécurité, Chantal Bruzi, adjointe à la sécurité de la ville de Perpignan, a rappelé que le nouveau campus se trouvait en Zone de Sécurité Prioritaire et qu’à ce titre « l’État investit les moyens nécessaires pour remédier à certains problèmes que peut rencontrer ce secteur ». Elle a également précisé que deux caméras de vidéo-protection seront prochainement installées.

♦ Ramener des habitants en centre ville
Jean Marc Pujol a rappelé que « l’enjeu essentiel est de faire habiter les gens en centre ville ». Il a précisé que c’était une question de mode de vie et que la problématique qui se posait aux décideurs était « de ramener l’activité en cœur de ville ». « Une activité qui n’aurait jamais dû en partir » insiste-t-il. Rappelant les actions déjà menées en ce sens : le musée du Grand Rigaud ou le conservatoire à rayonnement régional.

♦ Le Campus Mailly les éléments clés

  • Surface : Ancienne Université 900 M2, Saint Sauveur 1259 M2, îlot Fontaine Neuve 900 M2
  • Coût de l’opération : 8.318.798 euros dont 61% par la ville de Perpignan, 18% par Perpignan Méditerranée Métropole, 12% par le Conseil Régional, 7% par la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) et 2% par le Conseil Départemental.

L’image de UNE est une photo d’archive prise en février 2017

ae029fc073b18f23d9727cf6a194d9a1:::::::::::::