PokemonGo, étoile filante de l’été ?

Après la fulgurance du démarrage de PokemonGo, le jeu qui a battu le record de téléchargement avec 26 millions de téléchargement en seulement une semaine, serait-il déjà en train de s’essouffler ? Le jeu développé par Niantic, filiale de The Pokemon Company, sorti le 5 juillet à l’international et le 24 juillet en France semble marquer le pas d’après un rapport remis à Bloomberg cette semaine. En cause, entre autre, le manque de nouveautés dans le jeu mais également le nombre massif de bannissements de comptes ayant utilisé des logiciels interdits.


Un tiers d’utilisateurs de moins en un mois !
Cette semaine le rapport du cabinet d’analystes Axiom Capital Management épluchant les données de trois sites spécialisés, Sensor Tower, SurveyMonkey et Apptopia dévoile certains éléments révélateurs, notamment le nombre d’utilisateurs qui avait atteint le 20 juillet 45 millions, n’a cessé de décroître pour atteindre 30 millions d’utilisateurs la semaine passée.
Outre le nombre d’utilisateurs, l’engagement (c’est à dire le temps passé par les joueurs sur le jeu) est en forte baisse. Le rapport estime qu’à ce jour l’engagement n’est plus que de 50%, alors qu’il avait atteint un pic à 90% aux alentours du 4 août (date de sortie du jeu au Japon). Concrètement seulement la moitié des utilisateurs se connecte sur l’application une fois par jour. Autant d’indicateurs tendant à démontrer une baisse d’intérêt.

Tendance de recherche Google de sa sortie à aujourd'hui
Tendance de recherche Google de sa sortie à aujourd’hui

Triche, « Bannissement » massif et manque de nouveautés
Victime de son succès, le jeu qui allie la nouvelle technologie de la réalité augmentée et ces petites créatures que sont les pokémons, a engendré de nombreux logiciels « d’optimisation » voir de « triche ». Le développeur du jeu Niantic a fait fermer des sites à succès tels que PokeAdvisor qui permettait de connaître les caractéristiques cachés et donc les pokémons les plus puissants en possession des joueurs. Mais aussi des sites « radars » tels que Pokevision qui permettait de savoir à tout instant l’emplacement exact des bestioles virtuelles parfois rares.
Puis est venu la semaine dernière le temps du grand nettoyage et du bannissement des comptes des joueurs qui fraudaient en utilisant des logiciels type « bot » (abréviation de robot). Certains vous permettaient grâce à votre PC de jouer à travers le mode entier (New York, Tokyo…) sans quitter votre canapé. D’autres laissaient même le contrôle complet du personnage à un logiciel qui exécutait toutes les possibilités du jeu et livraient, clef en main après quelques heures, un personnage de haut niveau.

De plus, les innovations promises par le jeu (comme la possibilité d’échanger des pokémons avec les autres joueurs) tardent à arriver. Certaines fonctionnalités trop « consommatrices » de données et donc de forfait 3G/4G, présentes à l’origine, ont été retirées (radar, map de l’emplacement de capture). Il n’en fallait pas moins pour que certains joueurs désertent déjà les meilleurs « spots » qui étaient jusque là très prisés.

La chasse s’essouffle

Ceux qui se satisfont que ce soit un épiphénomène
Après les nombreux accidents ou incidents liés à l’imprudence des joueurs ou les implantations plus que maladroites des pokémons, pokéstops et autre arènes, certains vont certainement se réjouir de cette baisse de l’engouement des joueurs pour PokémonGo. À l’instar de l’ossuaire de Douaumont et du musée de l’holocauste à Washington  …
Le maire de la commune de Bressolles dans l’Ain se satisfera du revirement de tendance à défaut d’avoir réussi à protéger via son arrêté municipal du 9 Août dernier ses 800 administrés contre « l’addiction dangereuse que représente ce jeu vis-à-vis des jeunes populations ».
Facebook, instagram et autres twitter peuvent aussi se réjouir du retour de certains utilisateurs qui avaient décidé de passer leur temps libre à arpenter les rues avec les yeux rivés sur leur écran réduisant d’autant leur présence sur les réseaux sociaux.

Comparatif du temps passé sur les réseaux sociaux et sur pokémonGO par SensorTower
Comparatif du temps passé sur les réseaux sociaux et sur pokémonGO par SensorTower

Le jeu aurait rapporté 200 millions d’euros en seulement 1 mois
L’action de Nintendo, détenant 32% de The Pokemon Company avait pris 100% en 1 semaine grâce au phénomène PokemonGo. Et selon Sensor Tower aurait rapporté à Niantic plus de 200 millions d’euros en seulement un mois !
Les joueurs en manque d’énergie ont pris d’assaut les rayons des batteries de secours créant une pénurie chez les revendeurs qui ont vu là une occasion de gonfler leur chiffre d’affaires du rayon accessoires.

be868f9b3c6614a93da0baf671b6b5afn