#Présidentielles2017 – Le Diocèse catalan prend position dans le débat électoral

Après les récentes déclarations du Pape François interrogé sur les candidats au second tour de l’élection présidentielle, c’est au Diocèse de Perpignan – Elne de rappeler que l’Église « a une voix à faire entendre dans le projet commun de la démocratie française ». Déjà en 2002, au lendemain du premier tour qui avait vu s’affronter Jaques Chirac et Jean Marie Le Pen pour le second tour, les Évêques français avaient pris position en invitant les électeurs à « discerner les valeurs fondatrices de la démocratie ».


Le diocèse « oppose le candidat d’une « Marche » en avant dont personne ne connaît pour l’heure l’issue, à la représentante d’un mouvement qui cache ses relents xénophobes et son idéologie extrémiste derrière le voile trompeur du patriotisme retrouvé »
l’Église rappelle que ce second tour est « inédit » aussi par le fait « qu’aucun des deux grands partis de gouvernance n’est représenté dans cette grande finale ». l’Église catholique des Pyrénées Orientales s’inscrit dans la lignée de la dernière déclaration du souverain pontife qui avait répondu à une question sur l’élection française et les deux candidats présents au second tour : «Des deux candidats politiques, je ne connais pas l’histoire. Je sais que l’un représente la droite forte, mais l’autre, je ne sais pas d’où il vient, alors je ne peux pas donner d’avis». Les représentants de l’église catholique dans le département déplorent « qu’aucun des projets en concurrence ne semble en mesure d’apporter un souffle nouveau et de ré enchanter la vie publique »

L’Eglise rappelle les points clés pour « apporter des éléments et aider au discernement et permettre, ce 7 mai, de voter en conscience » 

  • « Favoriser un véritable débat national sans posture, petite phrase, ni ambition personnelle pour que notre démocratie ne se transforme pas en société de violence ».
  • Un questionnement sur le choix de société que « nous voulons construire ». Mgr Olivier Ribadeau Dumas, porte parole de la Conférence des Évêques de France, rappelait la croyance « en une société où l’être humain est plus qu’un élément du processus économique ou technologique. La dignité de notre société se reconnaît au respect des plus faibles de ses membres depuis le début de leur vie jusqu’à leur fin naturelle ».
  • Les Évêques de France évoquaient la volonté d’un véritable « pacte-éducatif » et que le moyen « de faire progresser la cohésion sociale » était de soutenir la famille en « respectant les liens de filiation ».
  • l’Église exhorte « le rôle prépondérant de l’Europe » sur la « question majeur de la crise humanitaire des migrants. Appelant à « un accueil sans détours ni rejet des réfugiés, loin du protectionnisme et du repli sur soi« . Monseigneur Turini Évêque du Diocèse de Perpignan – Elne regrettait dès 2015 la «mondialisation de l’indifférence» et «ce monde dur et violent où tant d’enfants, de femmes et d’hommes souffrent toutes les violences». 

♦ Le journal La Croix appelle à voter Macron
Le journal catholique s’engage en appelant à voter pour le favori des sondages. Dans son édito du 2 mai le quotidien exprimait son choix pour le vote du dimanche 7 Mai. Le directeur du journal insistait : « Il s’agit avant tout d’éviter Marine Le Pen ». Il répondait à France Info sur le soutien de La Croix à Emmanuel Macron : « Il nous parait être un candidat qui mise sur la confiance, sur l’avenir, alors que Marine Le Pen est plus sur un discours dominé par l’idée de la crainte et du repli ».

576b0c6a26adb11f084506ae5de245cc^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^