[Vidéo] A la découverte du Parc Naturel Marin du Golfe du Lion

Le Parc Naturel Marin du Golfe du Lion a été créé en 2011, s’étend de Cerbère à Leucate et compte plus de 100 kilomètres de côtes rocheuses ou sableuses. Les scientifiques y ont répertorié près de 1.700 espèces dont 1.200 animales. La réserve naturelle marine de Banyuls sur Mer fait partie intégrante de ce territoire préservé qui contribue au développement durable des activités maritimes et à la connaissance du milieu marin. Le Parc Marin est un outil de sensibilisation et d’éducation pour tous, et de gestion de l’espace marin afin de faire coexister au mieux les activités humaines et les écosystèmes maritimes multiples.

Par Naturel Marin – Protection de la biodiversité et Développement Durable des Activités humaine liées à la mer
Bruno Ferrari chargé de mission auprès du Parc Naturel Marin a fait partie de la mission d’étude préalable à la création du parc. Il nous relate la genèse du Parc Naturel Marin du Golfe du Lion.

« En 2007, l’État français a décidé la mise en place d’un mission pour étudier la possibilité de création d’un parc marin. L’objectif était de recenser les caractéristiques nécessaires pour la création du parc. Aujourd’hui le parc s’étend de Cerbère à Leucate, donc bien au delà de la côte Vermeille comme prévu initialement. En effet, dès le départ, nous avons remarqué des caractéristiques spécifiques sur ce périmètre comprenant la côte rocheuse et la côte sableuse ».

Selon le spécialiste des milieux marins, la partie rocheuse du parc est très particulière et riche pour la faune et la flore. La surface de l’eau semble agir comme un miroir, Bruno Ferrari précise que la typographie que l’on voit à la surface se retrouve à l’identique sous la surface de l’eau. « On découvre des falaises sous-marines, des vallées, des sommets. Cette physionomie augmente la surface sur le fond de la mer et donc l’habitat des espèces sous marines. Cela permet aux différentes espèces de mieux pouvoir s’accrocher à leur milieu et de mieux s’y développer ».

« La Côte Rocheuse se singularise par un patrimoine exceptionnel au niveau floristique et faunistique. De nombreuses activités humaines, nautiques, touristiques…, sont elles, basées sur la côte sableuse, d’où l’importance d’inclure cette côte et ses acteurs locaux dans le périmètre du parc marin. Une volonté d’avoir au sein d’une même structure un patrimoine naturel exceptionnel et une vie maritime liée aux activités humaines importantes. L’objectif est de gérer dans un esprit de développement durable ces différentes activités et richesses naturelles. Nous ne devons pas simplement faire de la protection mais aussi organiser les activités humaines liées à la mer de manière durable« 

Les actions du Parc
Le Parc Naturel a dans son champ d’action le soutien à la pêche professionnelle et récréative. En septembre dernier, les équipes du parc ont mis en place une opération baptisée « Filets fantômes ». Il arrive régulièrement que les pêcheurs perdent leur filet lors d’opérations de pêche. Ces filets qui dérivent en mer peuvent être néfastes pour la faune et la flore présente sous la surface. Les équipes ont, par exemple, retiré un filet de 14 à 15 mètres de long utilisé pour la pêche à la daurade, le sar ou le loup.

Dans le cadre de la journée de la biodiversité du 17 juin dernier, le Parc Naturel Marin a participé à la libération de deux tortues caouanes. Les deux individus avaient été pris aux pièges dans des filets quelques mois auparavant. Elles ont été accueillies et soignées par le Centre d’études et de Sauvegarde des Tortues Marines du Grau du Roi, avait être libérées dans leur milieu naturel.

Carte d’identité du Parc Naturel Marin

  • 4.000 km2 d’espaces exclusivement marin
  • Le parc s’étend à 35 miles en mer (60 kilomètres environ)
  • 100 km de linéaire côtier – 35 km de côte rocheuse et 65 km de côte sableuse
  • 1.200 mètres de profondeur maximale
  • 12 communes littorales  représentant 71.000 habitants et 2,5 millions de visiteurs par an
  • 3 fleuves côtiers
  • 1.200 espèces animales`
  • 500 espèces végétales
  • 5 habitats remarquables – Tels que l’herbier de posidonies ou 3 canyons sous-marins
  • Plus de 20 espèces de cétacés (grand dauphin, rorqual commun…)
  • De nombreuses espèces marine menacées ou réglementées (Mérou, oursin diadème, corail rouge, tortue carouane…)
2256f34ad257deb44dcc4aeb3ac175b9GGGGGGGGGGGGGGG