#VisapourlImage2017 #UnJourUneExpo – « Veuves » par Amy Toensing

Le reportage d’Amy Toensing intitulé « Veuves » est à découvrir au Palais des Congrès du 2 au 17 septembre 2017. Une série de photographies dans laquelle la photojournaliste américaine nous relate « la mort sociale » qui accompagne la mort du mari dans certaines régions du monde. Des veuves condamnées à « vivre en marge de la société », car la vie d’une femme n’est déterminée que par celle des hommes : « d’abord le père, puis le mari. À la mort de ce dernier, elle devient une paria et, ne pouvant subvenir à ses besoins, est souvent victime d’abus ». Le reportage diffusé par National Géographic Magazine met en lumière les veuves de Bosnie, d’Inde ou d’Ouganda. Des pays dans lesquels devenir veuve signifie l’exil, la vulnérabilité, la pauvreté. Mais certaines femmes ont choisi de combattre cette situation.

En Ouganda, la loi abrogée depuis stipulait qu’une veuve ne possédait plus rien
Depuis 1995, le droit d’héritage a été étendu aux femmes et aux filles, mais les traditions ancestrales et la pression sociale ont la vie dure.

Clare Tumuschabe, qui en 2013, enceinte, a failli perdre sa maison, ses terres et ses 5 jeunes enfants, au profit de la famille de son défunt mari. Clare a été menacée de mort si elle ne quittait pas sa maison. Elle a malgré tout continué à cultiver ses terres jusqu’à ce qu’un membre de sa belle-famille tente de lui couper la main. Malgré l’appel à l’aide auprès des autorités, elle a dû abandonner sa maison, et ses enfants ont dû quitter l’école. Jusqu’à ce que l’affaire soit portée devant les tribunaux grâce à l’intervention d’une ONG, Internationale Justice Mission. Ils ont réussi à faire appliquer la loi et Clare a pu revenir chez elle et ses enfants reprendre le chemin de l’école.

Comme Clare, Betty dont la maison a été vidée entièrement alors qu’elle était au chevet de son mari décédé du Sida à l’hôpital. Ces histoires dramatiques ne sont pas rares, tout comme les tentatives de viol. En effet, la tradition veut que, tout comme la maison et les terres, la femme du défunt devient la propriété de son clan. L’ONG qui traque ces pratiques estime qu’aujourd’hui un tiers des femmes doit quitter sa maison et ses terres, seul moyen de subsistance pour la veuve et ses enfants.

Amy Toesing photojounaliste
Amy Toesing débute sa carrière, en 1994, en tant que photographe pour le Valley News, journal du New Hampshire, avant de travailler pour le New York Times à Washington. Depuis depuis plus de 10 ans, elle collabore avec le National Géographic Magazine. La jeune photographe couvre avec son appareil le monde entier. Amy poursuit son travail sur les veuves à travers le monde avec notamment le soutien du Centre Pulitzer.

En plus de son travail de photoreporter, elle s’est engagée auprès des réfugiés en collaborant régulièrement avec Vision Workshop, une ONG qui s’est donnée pour mission de « donner une voix aux jeunes générations en les encourageant à voir le monde à travers la lentille d’un appareil photo ». 

Retrouvez l’exposition « Veuves » au Palais des Congrès de Perpignan du 2 au 17 septembre de 10h à 20h

Quelles soient veuves ou jeunes filles, le sexe féminin reste opprimée dans de nombreux pays
Pour rappel, Visa pour l’Image a, dans le cadre de son tout nouvel espace d’exposition « L’Arche du Photojournalisme », choisi de montrer à voir le travail de Stéphanie Sinclair. « Mariées trop jeunes » est encore présent sur le toit de l’Arche de la Défense jusqu’au 24 septembre.

Une pensée sur “#VisapourlImage2017 #UnJourUneExpo – « Veuves » par Amy Toensing

Commentaires fermés.

02d837e76b0c47309396adafc22aa304!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!