80 photographes dont le perpignanais Stéphane Ferrer s’engagent pour la Birmanie

Les manifestants contre le coup d'État militaire à Rangoun © VOA Burmese

75 jours que la Birmanie fait face à un coup d’État militaire. Depuis cette date, les ONG estiment le bilan humain à plus de 700 civils tués. Stéphane Ferrer, photoreporter de Perpignan, participe au site PrintForCrisis.com initié par Chiara Luxardo et Olga Stefatou. Objectif : récolter des fonds grâce à la vente de photographies. Cette collecte ira aux journalistes, photographes et artistes, plus particulièrement visés par le régime militaire en place.

♦ « Nous croyons au pouvoir de la photographie et à l’empathie pour les autres »

L’objectif de la plateforme PrintForCrisis est l’entraide, mais aussi la sensibilisation à la liberté d’expression. Parmi les 80 photographes, un ancien de Visa Pour l’image, et de nombreux professionnels du réputé National Géographic.

Chiara Luxardo, cofondatrice de Print for Crisis déclare ; « En tant que photographes originaires du Myanmar, ou ayant vécu et travaillé dans ce pays, nous sommes passionnés par l’aide à ce pays que nous aimons et où les gens font preuve d’une bravoure et d’une créativité extraordinaire ; défiant une répression qui a tué plus de 700 personnes à ce jour. Par cette démarche nous souhaitons envoyer un message au peuple du Myanmar pour lui montrer qu’il est vu. »

Le collectif de poursuivre : « Nous nous rassemblons donc pour soutenir le peuple du Myanmar. Unis, nous sensibilisons à la liberté d’expression au Myanmar d’une voix plus forte ; et collectons des fonds grâce à une vente de tirages d’art en édition limitée ».

Ainsi les photographes font don de leur photographie pour apporter « une contribution significative à la lutte pour la démocratie de leurs frères et sœurs en faisant don d’une photographie ». Le collectif précise que les fonds iront à des réseaux qui agissent sur le terrain en « fournissant des équipements de protection, une sécurité numérique, une aide médicale et monétaire aux journalistes ».

♦ Des tirages de photo en vente jusqu’au 12 mai

Print for Crisis propose une sélection d’images offertes, créées au Myanmar par des artistes locaux et internationaux. Images vendues sous tirages numériques (20 x 30) en édition limitée à dix exemplaires, numérotés, non signés et étiquetés au verso. Les tirages coûtent 90 £ (GBP) chacun et peuvent être achetés jusqu’au 12 mai. Ils seront expédiés en juin 2021 par courrier Royal Mail suivi et signé.

MYANMAR - MRAUKU - SUNRISE PAGODA - Credit Stéphane Ferrer
Sunrise on MraukU. Photography by Stephane Ferrer Yulianti. Lever de soleil a MraukU, Arakhan . Photographie de Stephane Ferrer Yulianti.

♦ Pourquoi le Myanmar* et pourquoi soutenir les médias de terrain ?

Le collectif répond : « Le coup d’État militaire du 1er février a mis brutalement fin à la démocratie naissante du pays ; les habitants du Myanmar ont montré au monde entier une bravoure et une détermination extraordinaires dans leur lutte contre la dictature ». Malgré l’emprisonnement de dirigeants, dont Aung San Suu Kyi, des manifestations pacifiques violemment réprimées, « au péril de leur vie », journalistes, artistes ou photographes « continuent de rapporter ce qui se passe au Myanmar ».

Un adolescent protestant contre le coup d'État militaire © VOA Burmese
Un adolescent protestant contre le coup d’État militaire © VOA Burmese

« Le pays tout entier refuse de travailler sous la dictature et a formé un mouvement de désobéissance civile ». Ce mouvement a été nominé pour le prix Nobel de la paix. « Cependant, de nombreuses personnes se retrouvent avec peu de ressources économiques ; alors que ces dernières semaines ont été marquées par une sévère répression des médias et de l’internet. »

Le collectif vise a « apporter une aide concrète en permettant aux médias et aux artistes de survivre et aux journalistes de travailler pour leur peuple et pour un avenir juste. L’argent ira directement aux médias indépendants ainsi qu’aux artistes qui luttent pour la liberté d’expression. La créativité que le Myanmar a inspirée ne sera pas oubliée ».

Pendant la panne continue d'Internet et des médias, beaucoup sont passés à la radio pour obtenir des nouvelles. Un panneau birman manuscrit indique "Les radios sont maintenant disponibles", avec les acronymes de plusieurs grandes stations de radio internationales, dont la BBC, VOA et RFA. © Han Sann
Pendant la panne continue d’Internet et des médias, beaucoup sont passés à la radio pour obtenir des nouvelles. Un panneau birman manuscrit indique « Les radios sont maintenant disponibles », avec les acronymes de plusieurs grandes stations de radio internationales, dont la BBC, VOA et RFA. © Han Sann

♦ Les photographes participants

Gary Knight ; Ed Kashi ; Chris Steel Perkins ;Patrick Brown ; John Vink ; Ian Teh ; Nic Dunlop ; Marylise Vigneau ; Aun Raza ; Birgit Neiser ; Katrin Koenning ; Nikos Economopoulos ; Suthep Kritsanavarin ; Lauren De Cicca ; Adam Dean ; Nicola Longobardi ; Olga Stefatou ; Chiara Luxardo ; Françoise Holtzmacher ; Landry Dunand ; D. W. ; Matjaz Tancic ; Annie Grossinger ; Matt Grace ; Sacha Petryszyn ; Stéphane Ferrer Yulianti ; Su Cassiano ; Y.Y.M.T. ; Khin Kyi Htet ; S.W.H. ; Wai Hnin Tun ; R. K. ; M.O. ; Kaung Htet ; H. L. ; Thomas Cristofoletti ; Greg Constantine ; Paolo Patrizi ; Jenny Matthews.

Alessia Bernardini ; Isabelle Haeav ; Marco Gualazzini ; Teza Soe ; Andri Tambunan ; Jo Farrell ; Nathan Horton ; Flavio Montrone ; Ari Espay ; Lukas Birk ; Pierfrancesco Celada ; Vincenzo Floramo ; Matias Bercovich ; Stephen Kelly ; Boris Le Montagner ; Seb Higginson ; Cedric Arnold ; Ruben Salgado Escudero ; Annie Tritt ; Grace Baey ; Sara Magni ; Mathieu Willcocks ; Tammy Law ; Meeri Koutaniemi ; Jeremy Suyker ; Albert Normandin ; Jittrapon Kaicome ; Stamos Abatis ; Nektarios Nerris Markogiannis ; Stefania Mizara ; Dirk Claus ; Kevin WY Lee ; Erika Pineros ; Watsamon Tri-yasakda ; Molly Ferrill ; Thierry Falise ; Caroline Gutman ; Gilles Sabrie ; Geoffrey Hiller ; Peter Bialobrzeski ; Dominique Lefebvre.

*Depuis 1989, la junte militaire a rebaptisé la Birmanie, Myanmar

// D’autres articles dédiés au photojournalisme :

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances