Cult’Hebdo 15 septembre | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

 ♦ Bientôt le 33e Festival International du Disque et de la Bande Dessinée

Le festival FID&BD Kesako ? “Le plus grand magasin de disques et BD du monde, le temps du dernier week-end de septembre avec 80 stands d’exposants nationaux et internationaux, dans un lieu unique et hors du commun : l’église des Dominicains de Perpignan”. Plus grande foire Euro-Méditerranéenne du disque, cet événement est aussi un espace convivial de rencontres, d’échanges autour des métiers du disque, de la musique, de la BD, du livre, de la photographie et de la contre-culture.

Pour s’échauffer…

Le 23 septembre au Castell Embruixat (7 av. Jeanne d’Arc – Saint-Hippolyte). Interview de Jean-Pierre Dionnet par Jean Casagran, diffusée en direct sur le Facebook du festival ; puis soirée d’ouverture avec DJ set et concert spécial Hendrix avec Mandrake.
Le 24 septembre rue de la cloche d’or à Perpignan. Dédicaces chez Dédé en bulles à 16h ; avec Charles Berberian, Antonio Lapone, Jean-Claude Denis, Riff Reb’s et Steve Golliot-Villers. Puis concert du groupe The Llamps (Rock Garage, Perpignan) chez Cougouyou Music à 18h.

Samedi et dimanche 25-26 Septembre 2021. Église des Dominicains à Perpignan. Plus d’infos : https://festival-du-disque-bd.com

Toutes les expositions BD…

Music, Glamour and Girls ! d’Antonio Lapone à la Chapelle de la Funerària. Du 23 septembre au 31 octobre ; tous les jours de 10h30 à 18h30.
Black session de Nicolas Moog à l’espace FID&BD (15 rue de l’Argenterie – Perpignan). Du 23 septembre au 31 octobre ; du mardi au samedi de 14h à 17h.
Idées claires/Idées noires de Steve Golliot-Villers et Absolument femmes de Philippe Bringel ; à la Chapelle du Tiers-Ordre. Du 23 septembre au 31 octobre ; tous les jours de 10h30 à 18h30.
Une époque fantastique de Charles Berberian à la médiathèque de Perpignan. Du 23 septembre au 31 octobre ; aux horaires de la médiathèque
Rock’n’roll de Charles Berberian au Mediator. Du 24 septembre au 19 décembre les soirs de concerts. Vernissage le 24 septembre.

Et les soirées concert au Mediator…

Le 24 septembre, La Division Technique (Electro) suivie d’une Battle DJ ; et le 25 avec Lord Diabolik (Lucha libre rocanroll) et TH Da Freak (Indie rock).

 ♦ Sortie album : “De Película” – The Limiñanas et Laurent Garnier

Génèse… Cloué sur le sol provençal par la pandémie, le DJ français Laurent Garnier sature avec l’electro. Alors qu’il vient de déménager, il range et déplace ses 55.000 disques vinyles ; il écoute la radio, du rock, du jazz. À Cabestany, Lionel et Marie, le couple Limiñana, sont aussi contraints de suspendre leur tournée internationale.

Celui qui a fait ses armes avec des tonalités Acid House à la fin des années 80 dans la célèbre Hacienda de Manchester se lance dans un documentaire biographique, Laurent Garnier : Off the Record prévu cet automne.

Première rencontre entre les quinquagénaires lors du festival Yeah de Laurent Garnier en 2013. Puis une collaboration sur le titre Dimanche de l’album Shadow People (2018) ; un titre chanté par Bertrand Belin à nouveau présent sur De Película.

Pour la création de ce que toutes les critiques qualifient de “road trip musical”, The Limiñanas et Laurent Garnier semblent s’être compris à demi-mot ; soulignant la fluidité du projet. Une continuité artistique après le projet L’Épée en compagnie d’Emmanuelle Seigner et d’Anton Newcombe. De Película, sorti le 10 septembre dernier.

 ♦ Concert olfactif et interactif au Musée d’art Hyacinthe Rigaud

À l’occasion des expositions Portraits de reines de France (1630-1665) et Portraits en majesté, François de Troy, Nicolas de Largillierre, Hyacinthe Rigaud, le Musée d’art Hyacinthe Rigaud présente “une approche originale des expositions et une découverte inédite des oeuvres.” 

De Notes en Accords est un concert olfactif interactif articulant musiques et senteurs autour de tableaux choisis ; animé par un duo de cordes et une experte en parfums. “Les visiteurs sont invités à s’immerger dans les oeuvres, pour un voyage multi sensoriel déambulatoire, en se laissant porter par la musique et des senteurs à découvrir à travers des touches de parfum.”

“À chaque tableau, une pièce musicale et une touche parfumée sont distillées ; accompagnées d’histoires et d’anecdotes qui se répondent. Les jeux d’opposition et de contrastes du violon et de la contrebasse explorent des univers musicaux et olfactifs variés, où musiques baroque et moderne se croisent. Les parfums présentés sont choisis pour accompagner la peinture et la musique. Le public aura le plaisir de (re)découvrir des parfums iconiques ou des matières premières qui composent les fragrances, de jouer avec sa propre mémoire olfactive, tout en découvrant comment sont créés les parfums.” Avec Sophie Irles, experte en parfums ; Audrey Irles, violoniste ; Salomé Camarroque, contrebassiste. 

Durée : 1h – Sur réservation – Tarif : entrée + 5€/personne. Vendredi 17 et samedi 18 septembre. Séances à 18h30, 19h45, 21h. Renseignements : 04 68 66 19 83 – Réservation en ligne : www.musee-rigaud.fr

De Notes en Accords : Crée en 2017 par Audrey et Sophie IRLES, ce projet multi sensoriel autour du parfum et de la musique, mêle arts et émotions sensorielles. Avec ce concept audacieux, De notes en accords a déjà séduit des musées et des vignobles ; pour des évènements publics ou privés. https://www.facebook.com/DeNotesEnAccords/ 

♦ Soirée d’ouverture du festival Jazzèbre avec GRIO samedi 18 septembre

Le GRIO en concert samedi 18 septembre 2021 à 19h ; à Perpignan – La Casa Musicale. L’Impérial Orphéon fut vivement ovationné lors de la 32ème édition à Laroque des Albères. “Nous retrouvons cette année une autre formation de la Cie Imperial à la Casa Musicale, avec en début et fin de soirée un DJ set de Radio Grigri pour vous offrir une soirée festive et dansante. De plus, bar et food-trucks seront présents pour vous restaurer et pour vous garantir un début de festival haut en couleur.”

Si le GRIO, Grand Impérial Orchestra fait référence à l’Afrique dans ses rythmes, son nom et ses réarrangements, il garde le jazz pour horizon. Avec le titre de leur premier album, « Music is Our Mistress », il se place même sous le haut patronage de Duke Ellington et d’Ornette Coleman.

Au-delà des références, des influences et des hommages, le GRIO c’est surtout de l’humanité. Aux quatre membres fondateurs de l’Impérial se greffent ici quatre nouveaux venus dans l’univers du collectif : les trompettistes Aymeric Avice et Frédéric Roudet, le pianiste Aki Rissanen et le tromboniste Simon Girard.

GRIO en octobre 2019. Crédit photo © Lucie Travaux
GRIO en octobre 2019. Crédit photo © Lucie Travaux

♦ Vu pour vous : “Dune” ce mercredi dans toutes les salles

Les premiers articles de presse sont dithyrambiques sur la nouvelle adaptation de la saga basée sur le roman de science-fiction éponyme des années 60. Pour en avoir le cœur net, nous nous sommes rendus à l’avant-première organisée ce mardi par le cinéma Méga Castillet à Perpignan. Si certains se souviendront avec nostalgie du film de David Lynch en 1984, la plupart d’entre nous auront vite zappé la mini-série sortie en 2000.

Notre avis à l’issue des 2h36 du premier des deux volets de l’adaptation par le réalisateur canadien Denis Villeneuve ? Un film qui va bien au-delà du “bon moment” ; avec une esthétique à couper le souffle, des paysages grandioses (tournés en Jordanie et à Abu Dabhi) et des effets spéciaux qui vous font immédiatement rentrer dans l’univers. Rien d’étonnant quand on sait que Denis Villeneuve a refait équipe pour les effets spéciaux ou visuels avec ses superviseurs fétiches . Des professionnels déjà oscarisés pour leur travail sur des films tels que Blade Runner 2049, Premier Contact, Mad Max Fury Road.

Thimothée Chalamet, révélation du film pour certains, déploie un jeu d’acteur particulièrement juste.

Paul Astréides, son personnage, jeune héritier qui doute, incarne l’espoir de sa lignée et le messie de tout un peuple. Timothée Chalamet sera bientôt à l’affiche de The French Dispatch de Wes Anderson, avec Frances McDormand et Lyna Khoudri, qui s’attache aux correspondants d’un magazine américain dans une petite ville française ; un film a plébiscité au dernier festival de Cannes. 

Du grand spectacle avec des acteurs en synergie avec le scénario palpitant. Jason Momoa, dans le rôle de Duncan Idaho, Oscar Isaac (Duke Leto Atreides, le père de Paul), ou Charlotte Rampling (Révérend mère Mohiam), ou Javier Barden grimé en chef Fremen, Rebecca Fergusson dans le rôle de Lady Jessica Atreides et Stellan John Skarsgård dans le rôle du Baron Harkonnen sont bleufants. Pour rappel, Rebecca Fergusson fut révélée dans la série “The White Queen”, et Stellan John Skarsgård tenait le rôle principal dans la série “Chernobyl”.

♦ Cinémathèque Jean Vigo : Des images du Canet d’antan à la commune de Paris

L’Institut Jean Vigo poursuit sa collecte de vieux films amateurs régionaux. En partenariat avec la Ville de Canet-en-Roussillon, la cinémathèque a numérisé un grand nombre de films inédits sur Canet. Le montage présenté sera l’occasion de découvrir les derniers films déposés et numérisés lors de ce ciné-concert.

Un évènement organisé dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine. Place St-Jacques à Canet-en-Roussillon samedi 18 septembre à 21h15.

Mardi 28 septembre à 19h – Conférence de Jérôme Quaretti, historien perpignanais spécialiste de la Commune et exploitant de cinémas.  En 1870-1871, le mouvement communaliste ne fut pas que parisien. Des communes eurent lieu en province notamment Narbonne. Quant aux P-O, ils connurent une agitation bien originale…

Suivra un Ciné concert autour de La Nouvelle Babylone. Le film sera accompagné à l’accordéon par Virgile Goller ; une copie provenant des collections de la Cinémathèque de Toulouse.

♦ Un Matisse à Collioure ? Une conférence de Romain Arazm, auteur de “La Pastorale retrouvée”

Volé au Musée d’art moderne de Paris en 2010, le tableau La Pastorale d’Henri Matisse se cache-t-il à Collioure ? Ce tableau d’Henri Matisse constitue l’épicentre du roman dont il emprunte le titre, La Pastorale retrouvée (aux Presses Littéraires)

“Partant du cambriolage au Musée d’Art Moderne en 2010, la trame de l’ouvrage revient très largement, par le prisme d’un narrateur érudit Paul Mazar, sur la période fauve du peintre. Elle immerge le lecteur dans la biographie d’Henri Matisse tout en interrogeant la relation qu’il entretient avec Collioure. (…) À Collioure – où l’histoire commence et se termine – les paysages apparaissent dans l’oeil du narrateur avant tout comme des étendues chromatiques.”

Omniprésente dans le roman, la peinture agit comme aucun autre personnage sur les joies et les peines du narrateur. A l’instar de Matisse dont il admire l’ensemble de l’oeuvre peinte et dessinée, ce dernier perçoit l’art comme « un calmant cérébral, quelque chose d’analogue à un bon fauteuil qui délasse de ses fatigues physiques ». 

Articulée autour de la place qu’occupe le peintre et Collioure dans le roman, une conférence d’une heure proposera une vision intime d’Henri Matisse. Elle sera accompagnée par des lectures de la comédienne Ilana Waysberg

Au Centre culturel de Collioure ; samedi 09 octobre 2021 de 15h à 16h30.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances