fbpx
Aller au contenu
Accueil » Actualités » Culture » Cult’Hebdo 19 janvier 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

Cult’Hebdo 19 janvier 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

Joint Security Area à l'Institut Jean Vigo

Article mis à jour le 27 janvier 2022 à 07:52

♦ Cycle « Postes de frontière » à l’Institut Jean Vigo

Foxtrot de Samuel MAOZ (2017) ; le 25 janvier (19h) à l’Institut Jean Vigo.
Michael et Dafna, mènent une vie heureuse à Tel Aviv. Leur fils aîné effectue son service militaire sur un poste frontière, en plein désert. Un matin, des soldats sonnent à la porte du foyer familial… « (..) Le mouvement obsessionnel qu’Israël ne cesse de répéter depuis sa création, génération après génération… » Samuel Maoz.

Joint Security Area de Park Chan-Wook (2000) ; le 27 janvier (19h) à l’Institut Jean Vigo.
À la suite d’une fusillade dans la Zone Commune de Sécurité (Joint Security Area) séparant les deux Corée, deux soldats de l’armée nord-coréenne sont retrouvés morts. Afin que la situation ne dégénère pas, une jeune enquêtrice suisse est chargée de mener les auditions des soldats qui étaient en poste…

Foxtrot à l'Institut Jean Vigo
Foxtrot à l’Institut Jean Vigo

> À lire | Culture : Clap de fin pour le Festival FILAF à Perpignan

♦ Clap de fin pour le tournage d’Overdose, le prochain film d’Olivier Marchal

Pour son futur long métrage destiné à Amazon Prime Vidéo, le réalisateur Olivier Marchal a posé ses caméras en Occitanie. Coécrit avec Christophe Gavat et adapté du livre  “Mortels trafics” de Pierre Poucheret, Overdose a été filmé entre Narbonne, Perpignan, Carcassonne, Mirepoix, Lourdes, Seix et Toulouse. Le tournage a débuté le 10 novembre 2021 pour s’achever le mois dernier.
Au casting : Francis Renaud, Sofia Essaïdi, Assaad Bouab, Simon Abkarian, Nicolas Cazalé, Kool Shen, Moussa Mansaly (alias Sam’s), Nassim Lyes Si Ahmed, Kenza Fortas et Zoé Marchal.

« Overdose suit l’histoire de Sara, cheffe de la brigade des stupéfiants de la police de Toulouse, qui enquête sur un go-fast entre l’Espagne et la France, au sein duquel son ancien amant, Raynal, est infiltré. Elle découvre rapidement que son affaire est liée au meurtre de deux adolescents dans un hôpital parisien dont s’occupe Richard, le chef de la police criminelle locale. Obligés de collaborer pour retrouver le meurtrier et arrêter le go-fast, Sara et Richard se retrouvent plongés dans une course contre la montre haletante sur les routes espagnoles et françaises alors que leur attirance l’un pour l’autre grandit. »

France, Perpignan, 2017-07-31. Illustration, shooting of the TF1 television series The Innocents in Perpignan. Photograph by Arnaud Le Vu / Hans Lucas.
France, Perpignan, 2017-07-31. Illustration, tournage de la serie televisee TF1 Les Innocents a Perpignan. Photographie de Arnaud Le Vu / Hans Lucas.

> À lire | Revue de presse du 16 janvier l Ils ont parlé des Pyrénées-Orientales

♦ Théâtre : Cul et Chemise, une mise en abyme du spectacle et du métier d’acteur

Cul et Chemise par la Cie Machine Théâtre ; théâtre de l’Archipel (Le Carré) du 25 au 27 janvier.
L’Archipel continue d’accompagner le collectif montpelliérain Machine Théâtre et coproduit sa nouvelle création. Après Crime et Châtiment de Dostoïevski donné en 2018, Nicolas Oton s’inspire du texte de Jean-Marie Piemme, Cul et chemise. Une pièce où deux comédiens has been racontent avec humour et poésie leur amour du théâtre, refusant de baisser la garde face au temps qui passe.

Victor et Louis sont des acteurs sur le retour, un peu paumés, beaucoup poètes, oubliés de la scène mais toujours prêts à retrouver les planches et le bonheur de jouer. Deux personnages qui ressemblent étrangement aux deux comédiens qui sont au plateau dans un décor tenant de la loge, du salon ou de la salle à manger.
Cul et chemise parle de la magie du théâtre, de la grandeur et de la fragilité de l’acteur, de l’exaltation à être en scène, de la tendresse et de l’amour pour le métier.

♦ Un grand classique de Molière au théâtre Jean Piat

L’école des Femmes par la Compagnie Alain Bertrand ; le 27 Janvier (14h30) au Théâtre Jean Piat à Canet-en-Roussillon.
Adaptation dans le style Commedia dell’arte de la comédie de Molière, avec chants, danses, pantomime, musique de scène, jeu avec le public. En abandonnant le simple divertissement grossier que constituait la farce, Molière découvre la vertu comique du malheur à travers un personnage ridicule qui souffre.

« Rapidement, la pièce fut la cible d’attaques. Arnolphe défend en effet la position des catholiques intégristes sur les devoirs des femmes mariées. Et ces attaques virulentes, que Molière a largement su exploiter, ont contribué au succès de la pièce. (…) L’école des Femmes, d’une étonnante modernité, pose la question de l’accès des femmes au savoir, de leur statut au sein de la famille et de la société et redonne sa place centrale à l’Amour. Une œuvre magistrale et indémodable. »

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

> À lire | Pol’Hebdo du 14 janvier 2022 l Hebdomadaire politique des Pyrénées-Orientales

♦ La Companie Alma sur les planches et sur la route en 2022

La compagnie théâtrale originaire de Céret qui « batifole entre la danse et le théâtre » continuera à faire vibrer ses « Bonnes Ondes » en 2022. La Cie Alma partagera à travers ce spectacle son expérience passée « sur ce corps qui se transforme, le passage de petite fille à jeune fille. Les règles qui arrivent, l’appareil dentaire, la peur de ne plus trouver sa place, le collège… » À Toulouges, Cabestany, Amélie-les-Bains, Perpignan…

En 2022, « Micheline » reprend la route. Dans un contexte socio-économique asphyxiant, Micheline, trente-cinq ans, virevolte entre emploi précaire et cellule familiale exclusivement féminine. Elle est petit à petit poussée, comme une urgence intérieure, à partir sur les traces de son histoire.
Prochaines dates des lectures théâtralisées : Elne (21/04), Latour de Carol (22/04), Fuilla (29/04).

« À Côté de la Plaque ». Deux comédiennes et une musicienne sur un plateau. 3 femmes, assises dans une cuisine où le temps semble s’être arrêté quelque part vers les années 50. 3 femmes, 3 singularités, ou différentes facettes d’une personnalité réunies pour présenter la recette… Celle de la gourmandise.
Prochaines dates : Céret (03/03), Perpignan (04/03), Leucate (05/03), Arles-sur-Tech (06/03), St Estève (19/03).

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

> À lire | Zapping de l’actualité des Pyrénées-Orientales | Semaine du 13 janvier

♦ Une vie meilleure, l’opéra inspiré par le destin des enfants de la Creuse

« Une vie meilleure », coréalisation avec le Conservatoire à Rayonnement Régional Montserrat Caballé-Perpignan Méditerranée Métropole ; le 29 janvier (20h30) au Théâtre de l’Étang à St-Estève. Une création inédite pour découvrir le destin des enfants du foyer Saint Ange, leurs joies, leurs peines et leurs rêves.

Inspirée par le destin de ces enfants réunionnais déplacés dans la Creuse pour compenser les effets de l’exode rural dans les années 1960 à 80, Aline Rico, professeur au Conservatoire Montserrat Caballé, fait remonter son Chœur Junior sur la scène du Théâtre de l’Étang, pour une grande fresque musicale et vocale…

♦ Sunday Blues au Mediator : Hommage aux 3 Kings

Tribute to B.B. King | Albert King | Freddie King ; 30 janvier (18h) à ElMediator Perpignan.
C’est à un Sunday Blues empli de riffs de guitare électrique et de notes bleues que nous invite l’Archipel et ElMediator. En reprenant le répertoire des trois plus grands guitaristes de la scène noire américaine de la première moitié du XXème siècle, ce tribute nous replonge dans l’ambiance des clubs de Chicago, de Memphis ou de Détroit.

« Avec Eric Starczan chanteur et guitariste, Christophe Deschamps à la batterie, Laurent Vernerey à la basse, Nicolas Liesnard au clavier, Nicolas Tuaillon au saxophone et Eric Mula à la trompette, le groupe ensorcèle les titres de ces géants qui ont influencé tant de musiciens de la scène rock, de passionnés de guitares Gibson. Et pour finir d’enflammer le dance floor, le groupe 3 Kings revisite des morceaux funk et soul, faisant de ce concert un moment festif et habité de rythmes envoûtants. »

> À lire l Zapping de l’actualité des Pyrénées-Orientales | Semaine du 20 janvier
> À lire l Cult’Hebdo 26 janvier 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

♦ Expo : La matière brute et naturelle, la couleur et la sensualité des formes

Exposition Barboza-Fons-Mandelblat du 27 janvier au 6 mars 2022 (15h à 18h) ; à la Galerie des Hospices – Canet-en-Roussillon.
Éric Barboza : Abstraction. Champ d’expression ou le hasard et la rigueur se côtoient. Paysages imaginaires et furtifs ou l’ombre et la lumière jouent à cache-cache pour composer une image où parfois, par endroits, la poésie veut bien s’inviter…

Vincent Fons : Sculpteur perpignanais, il crée des œuvres de grandes tailles, à échelle humaine.
Attiré puis poussé par des pensées, des émotions, le désir d’exprimer, de façonner, il ressent alors le besoin de créer différemment, et commence ainsi à sculpter le fer, cette matière qu’il trouve naturelle, brute, changeante, surprenante, chaleureuse, vivante et réciproque.

Romaric Montdelblat : il tombe dans le fusain par inadvertance à l’âge de 41 ans ! Cette activité s’est emparée de lui et l’a très vite adoptée afin d’y exprimer ses désirs, peurs et colères ! La (re)découverte du travail de Pierre Soulages, et la haute idée qu’il se fait du noir l’encourage à dessiner avec d’autres supports que le fusain afin de rechercher l’effet matière, la « lumière » du noir…Il élargit alors ses dessins à l’acrylique, y compris sur des tableaux.

♦ Lecture au Mémorial : Simone Weil ou l’expérience de la nécessité

Lecture de textes de la philosophe Simone Weil par Coraly Zahonero de la Comédie-Française ; le 27 janvier (18h30) au Mémorial du camp de Rivesaltes.
Dès ses 15 ans, Coraly Zahonero entre au Conservatoire de Région dirigé alors par Guy Vassal et fait ses débuts dans Roméo et Juliette. Elle est nommée 504e sociétaire de la Comédie-Française le 1er janvier 2000. Elle joue cette saison dans Le Malade imaginaire (mise en scène Claude Stratz) et Le Crépuscule des singes (mise en scène Louise Vignaud).

« La voix de Simone Weil nous parvient aujourd’hui comme celle d’un lanceur d’alerte incomprise par ses contemporains. La lecture que je vous propose est un montage effectué à partir de ses lettres, de ses cahiers et de ses articles, elle s’inspire du livre écrit par Geneviève Azam et Françoise Valon : Simone Weil ou l’expérience de la nécessité, dans lequel j’ai découvert la force visionnaire et la pertinence de ses analyses et de ses intuitions. C’est cette « intelligence qui brûle » dont parlait Joë Bousquet que je souhaite vous faire parvenir, afin qu’elle éclaire l’époque d’où nous la lisons. » Coraly Zahonero

♦ Fouilles à Elne : sous le bitume, l’histoire

Depuis près de 7 mois, les archéologues du Département des Pyrénées-Orientales interviennent sur le remplacement des réseaux d’adduction d’eau et d’assainissement de la ville basse d’Elne. Depuis quelques jours, les travaux se concentrent sur la rue Dagobert et devraient concerner rapidement la place du Planiol où Roger Grau, illustre archéologue Illibérien, avait observé dans les années 1960 une importante nécropole de la fin de l’époque romaine.

À l’entrée de la ville basse, les archéologues ont mis au jour un élément du rempart qui pourrait correspondre au jambage de l’ancienne porte de la Gangue. Cette poterne, probablement plus petite que les portes de Collioure et de Perpignan, a été détruite au XVIIe siècle lors du siège d’Elne. Ce suivi de réseaux livre d’ores et déjà des informations précieuses sur l’histoire de la ville basse, sur son organisation et ses transformations depuis l’époque Ibère. 

Archives - Fouilles à proximité de la Cathédrale d'Elne en juillet 2017
Archives – Fouilles à proximité de la Cathédrale d’Elne en juillet 2017

♦ Livre : Quinze petites nouvelles de Claude Lobjoit

Auteur résidant à Saint-Genis-des-Fontaines dans les Pyrénées-Orientales, Claude Lobjoit décide l’an dernier d’écrire des nouvelles empreintes de souvenirs, de rêves et d’espoir et signe son premier ouvrage aux Éditions Vérone.

Quinze petites nouvelles est un saut curieux dans la mémoire, où sont ancrés nos plus intimes souvenirs. Les histoires qui nous sont racontées, jamais terrifiantes ni désespérées, nous permettent d’appréhender la vie avec bienveillance, sans regret ni amertume.

« Il se leva mécaniquement, absent, la tête vide, comme assommé et se dirigea sans mot dire vers la porte. Il s’assit dans l’escalier, ses jambes semblaient ne plus le soutenir et soudain il éclata en sanglots. Tout son corps tremblait, de grosses larmes coulaient qu’il ne séchait pas. Dans un souffle, il prononça son nom. Il l’imagina souriante et gaie telle qu’elle lui était apparue la veille. Lentement il se leva et la main sur la rampe, descendit pas à pas jusqu’au rez-de-chaussée. Comme un somnambule, il marcha jusqu’à sa voiture, ouvrit la portière, s’installa, ferma les yeux et resta immobile. »

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances