fbpx
Aller au contenu
Accueil » Actualités » Culture » Cult’Hebdo 2 février 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

Cult’Hebdo 2 février 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

Archives, Argelès-sur-Mer, France, 07-2019 Festival Les Déferlantes © Arnaud Le Vu / MiP / APM

Article mis à jour le 5 février 2022 à 19:42

♦ Live au Campo dévoile sa programmation estivale 2022

Fouleront les planches du Campo Santo à Perpignan : Mika (20/07), Melody Gardot (23/07), MC Solaar (24/07), Calypso Rose en photo de Une (25/07) Christophe Mae (26/07), H.F. Thiéfaine unplugged (27/07), Beth Hart et Kimberose (29/07). Ouverture de la billetterie jeudi 3 février à 10h : www.live-campo.com.

♦ L’Archipel : Fractales, qui du cirque ou de la danse est allé chercher l’autre ? 

Fractales, Compagnie Libertivore, Fanny Soriano ; le 17 février à L’Archipel – Perpignan.

Le geste dansé et le jeu d’équilibre du cirque s’entremêlent parfois si intimement que les corps se métamorphosent. Dans un monde organique incontrôlable, cinq êtres luttent pour s’adapter. Sur la piste tellurique cinq danseurs circassiens sculptent merveilleusement l’espace.
Fanny Soriano aime les sujets organiques. Le corps et l’arbre dans le solo Hêtre, les insectes avec le duo Phasmes et afin d’achever la trilogie, Fractales pour cinq artistes.

Les racines sont au ciel et la terre est bouleversée. Dans ce chaos, l’Humanité affronte la nature implacable, y puise encore et toujours des raisons d’espérer et de rêver. Les cinq artistes sont danseurs, acrobates, voltigeurs. Un pas de deux devient un « mains à mains », les équilibristes chorégraphient un mouvement d’ensemble. Les corps retrouvent leur nature végétale, la souplesse de la liane, la beauté des formes infinies. La musique de Grégory Cosenza comme le rythme originel, la respiration du monde, envoûte l’ambiance métaphysique et poétique de ces Fractales.

♦ Les éclats de vie par Jacques Weber au Théâtre Jean Piat

Éclats de vie, Deuxième – Jacques Weber ; samedi 12 février 2022 (20h30), Théâtre Jean Piat à Canet-en-Roussillon.

« Je viens seul, la voix brute et à mains nues, jouer à rire, à pleurer, à réfléchir avec des mots que je trouve beaux et qui me font peur. Éclats de vies : Deuxième est composé comme un tour de chant, pourtant, il s’agit bien de théâtre ; une histoire se raconte malgré moi, qui n’ai pour instrument que mes mains et ma voix. » Jacques Weber.

Jacques Weber invite à une évasion poétique, à une échappée littéraire et intime. Les plus grandes œuvres de la création classique et contemporaine s’échappent des bibliothèques pour venir saisir chaque spectateur, de Jacques Beckett à Artaud, en passant par Molière, Duras ou encore Claudel, Devos, La Fontaine, Hugo …Jacques Weber ajoute à cela une mise à nue rare en livrant les anecdotes d’une vie parsemée de rencontres bouleversantes, et de souvenirs mémorables…et autres éclats d’une vie.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

♦ Jazzèbre, la fanfare Legraux Tobrogoï à La Casa Musicale

Legraux Tobrogoï en concert ; le 12 février (20h30) à La Casa Musicale – Perpignan.

Après l’annulation de leur concert prévu à Collioure sur la dernière édition du Festival en raison d’une météo capricieuse, quoi de plus naturel que de les ré-accueillir à La Casa musicale ; lieu qu’ils ont eu l’occasion d’apprivoiser le temps d’une résidence en octobre dernier.
« Avec ses musiciens obstinés  à  faire  taper  du  pied  et  à tournebouler  les  esprits,   le  groupe  s’est  acharné  sur  des  pulsations  diverses,  à  ouvrir  des  voies  de  vertiges,  d’exaltations  afin  d’offrir  aux  âmes  asséchées  et  aux  corps  engourdis des réjouissances vitales.  Conjurant  le  mauvais  sort,  Legraux  Tobrogoï  lance  ses  flèches  électriques  dans  les  yeux  des  démons  d’aujourd’hui,  et  invite  ses  auditeurs  aux  oreilles  excitées  dans une insatiable cavalcade ».

♦ École catalane de contrebasse, Romantisme et lied allemand au conservatoire

Ecole catalane de contrebasse

Samedi 5 février à 18h30 au sein de l’auditorium John Cage du Conservatoire de Perpignan, le virtuose de la contrebasse Théotime Voisin, accompagné par son complice Maurice Van Schoonhoven au piano. Au programme : plusieurs œuvres majeures du compositeur, chef d’orchestre et contrebassiste Giovanni Bottesini et de ses principaux successeurs au sein de « l’école catalane de contrebasse ».

Mardi musical un peu particulier, le 8 février (18h30). Le chanteur lyrique Matthias Rossbach, accompagné par la pianiste Hiroko Tsuchiya, va interpréter le Liederkreis op 39 composé par Robert Schumann. Prenant la forme d’une conférence musicale, cette soirée sera inaugurée par une mise en perspective de l’œuvre ainsi que du lied allemand, à la lumière du courant romantique qui s’est développé dans toute l’Europe, à travers tous les Arts, à la fin du XVIIIème siècle.

♦ Le pianiste Tomeu Moll-Mas en récital au théâtre municipal de Perpignan

Récital de piano de Tomeu Moll-Mas ; le 17 février 2022 (19h30) – au théâtre municipal Jordi Pere Cerdà, Perpignan.

Pianiste né à Majorque en 1975. Il a étudié le piano et le solfège au Conservatoire Municipal de Musique de Barcelone. Il se spécialise ensuite dans le répertoire contemporain avec le pianiste Jean-Pierre Dupuy. Ses professeurs incluent également Josep Ma Colom et des master classes avec Miquel Farré, Roger Muraro et Florent Boffard.

Par son engagement envers la création contemporaine et la recherche de nouveaux contextes d’interprétation de la musique classique, sa présence est constante dans les principaux festivals du genre en Espagne et aussi à l’étranger. Avec son professeur Albert Díaz, il promeut Alter Face, un ensemble de pianistes dédié au renouvellement du répertoire et des concepts autour de l’interprétation musicale des œuvres pour clavier. Il fait partie de l’Ensemble Espai Sonor depuis 2008, avec lequel il a enregistré plusieurs CD.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

♦ Conférence Arts et Pays Catalan : de Terra incognita à Terre d’avant-gardes par Éric Forcada

Arts et Pays Catalan : de Terra incognita à Terre d’avant-gardes par Eric Forcada ; le 7 février 2022 (18h30) au Théâtre de l’Étang à Saint Estève. Au tournant du siècle dernier, les Pyrénées-Orientales passent en seulement quelques années, et grâce à la génération d’artistes comme Aristide Maillol, Étienne Terrus, Gustave Violet, Louis Bausil, George-Daniel de Monfreid…, du statut de Terra incognita à celui extrêmement enviable de Terre d’avant-gardes.

Comment expliquer cette révolution à la fois culturelle et territoriale ? Quels en sont les principaux acteurs ? Quels en sont les fondements esthétiques ? Quel en a été l’impact sur la consolidation d’une identité culturelle et artistique du Pays Catalan pendant tout le XX° siècle ? Éléments de réponse avec Eric Forcada ; historien de l’art, commissaire d’expositions, conférencier, et gérant de l’entreprise d’ingénierie culturelle Cartoze.

Détail des Trois Nymphes de Maillol
Détail des Trois Nymphes de Maillol

♦ Exposition de l’oeuvre de Rafael Tur Costa à Collioure

Rafael Tur Costa : La lumière du fragment ; du 5 au 22 mai 2022 au musée d’art moderne de Collioure.
Le musée d’art moderne de Collioure s’est associé au musée Es Baluard de Palma de Majorque pour célébrer l’œuvre de l’artiste ibizien Rafael Tur Costa. L’exposition, présentée à Palma en 2021, est accueillie aujourd’hui à Collioure. « Au travers de cette itinérance, nous découvrons un regard frère, celui d’un artiste qui, toute sa vie durant, a travaillé face à la lumière. Car l’œuvre de Tur Costa n’est qu’éblouissement. Son oeil, façonné par cette lumière qui cogne aux murs chaulés des maisons d’Ibiza, réduit le monde à une architecture faite de quelques lignes essentielles. »

Bien qu’il ait étudié à l’École des Arts et Métiers d’Ibiza, Rafael Tur Costa (1927-2020) peut être considéré comme autodidacte. En 1955, il rencontre un groupe d’étudiants allemands des beaux-arts qui l’initient aux innovations artistiques de l’avant-garde européenne. Son agitation créative l’a amené à s’impliquer dans les cercles artistiques de Madrid et de Barcelone, et à entretenir des relations constantes avec le groupe Ibiza 59, formé sur l’île en 1959. Alors que le noir semble être la couleur prédominante dans ses premiers essais des années 1960, ses travaux ultérieurs révèlent sa préférence pour le blanc, fruit de ses travaux de recherche sur l’image et l’évolution de son propre langage plastique.

♦ L’exposition sur la célèbre épave romaine jette l’ancre à Argelès-sur-Mer

Expo « Port-Vendres 1, reflet d’épave » ; du 1er février au 30 avril à la Casa de l’Albera – Argelès-sur-Mer. Du mardi au vendredi (9h30-12h et 14h-17h).

Cette exposition de photographies sous-marines est une plongée dans l’extraordinaire histoire de l’épave romaine dite “Port-Vendres 1”. Réalisée par le Parc Naturel du Golfe du Lion, elle retrace l’histoire de ce navire marchand découvert en 1929 par 5 à 6 mètres de profondeur dans l’avant-port de Port-Vendres où il sombra au IVème siècle après J.-C.

« Le navire a probablement sombré en tentant de s’abriter dans la rade de Port-Vendres qui constituait un abri naturel pour des navires en provenance du sud. Le capitaine a sans doute tenté d’évacuer l’eau par la « pompe de cale », constituée de petits disques de bois fixés sur une corde. Puis, il a tenté de colmater la voie d’eau avec un de ses voiles, glissée sous la coque. (…) L’épave fut sortie de l’eau en 1974. Après des dizaines d’années de traitement puis d’entreposage, le Parc naturel marin du golfe du Lion et ses partenaires ont entrepris le pré-remontage de cette épave en avril 2015. »

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

♦ Exposition « Art au féminin, trait de femme » à Argelès-sur-Mer

Art au féminin, Trait très femme ; du 24 février au 9 mars à la Galerie Marianne – Argelès-sur-Mer.
Des femmes et des arts. Les toiles d’Al (Alice Lapeyre) sont comme une photographie, en couleurs et matières, de son humeur à l’instant de leur création. Saurez-vous les reconnaître ? Les photographies de Drey (Audrey Vidal) vous embarquent dans un monde en noir et blanc, d’où jaillit parfois un poisson squelettique ravagé par les colorations vénéneuses d’une société nucléarisée.

Plongez dans l’œuvre spontanée de la plasticienne Fanny Brugat, entre art moderne, art primitif, la Linea et les Shadocks. Tiffany Vailier, artiste visuelle, vous invite, elle, à une expérience graphique et poétique, où le réel s’esquisse avec vitalité, se grime des libertés de l’imaginaire.

Une clôture spéciale de cette exposition Trait très femme aura lieu le mardi 8 mars, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes.

Exposition "Art au féminin, trait de femme" à Argelès-sur-Mer

♦ L’exposition collective « Les curiosités poétiques » prolongée jusqu’au 11 février à la Galerie Hermann

Des oeuvres réunies sous les traits de la féminité, de la sensualité et de la nature : autant de sources d’inspiration qui ont toujours nourri les champs artistiques dans un processus créatif intime et profond.
À l’image d’un cabinet de curiosités, l’Atelier Hermann propose, pour encore quelques jours seulement, une exposition collective « où quatorze artistes puisent dans ces thèmes la force de leur libération esthétique. Des oeuvres aux différentes matières, aux styles si singuliers et qui illustrent les curiosités poétiques de l’Atelier Hermann. »

L'exposition collective "Les curiosités poétiques" prolongée jusqu'au 11 février à la Galerie Hermann
L'exposition collective "Les curiosités poétiques" prolongée jusqu'au 11 février à la Galerie Hermann

♦ Ciné-débat avec projection du film « The lost Leonardo : art, argent et pouvoir »

Vendredi 4 février à 20h, au cinéma Castillet Perpignan. Un film d’Andreas Koefed de 2021 en VOST ; une projection suivie d’un débat sur la face cachée du marché de l’art. « L’histoire derrière la peinture la plus chère jamais vendue, le « Salvator Mundi », un tableau que l’on croit être une œuvre rare de Léonard de Vinci. Il a été vendu aux enchères pour 450M$ en 2017 par Christie’s à New York. On pensait qu’il avait été perdu au XVIIe siècle, mais il a été redécouvert en 2005 après avoir été acheté pour seulement 10 000 dollars à une collection privée de la Nouvelle-Orléans. L’authenticité du tableau, qui a finalement été acheté par le prince saoudien Badr bin Abdullah, est toujours contestée dans certains milieux. »

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances