Cult’Hebdo 20 octobre | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

France, Tautavel, 2019-07-31. Illustration, Murder Party at the Museum of Prehistory in Tautavel. Photograph by Arnaud Le Vu / Hans Lucas.
France, Tautavel, 2019-07-31. Illustration, soiree Murder Party au musee de la prehistoire de Tautavel. Photographie de Arnaud Le Vu / Hans Lucas.

♦ L’Archipel : de Claudio Capéo à Ravel au piano

Claudio Capéo, samedi 30 octobre (20h30) ; salle Le Grenat de l’Archipel. Réserver votre place.

L’accordéoniste chanteur Claudio Capéo est devenu un artiste incontournable de la nouvelle scène française ; embarquant le public avec ses mélodies enlevées et son énergie urbaine. Une trajectoire incroyable pour ce jeune menuisier décorateur dont le talent fut révélé par The Voice. Son premier album, Penso a te, fut numéro 1 des ventes pendant cinq semaines consécutives. Ses chansons parlent de partage, d’amour, de se retrousser les manches et de vivre à fond. Enracinée au sud, joyeuse et communicative, sa chanson « française », un peu pop, se nourrit aussi de sonorités gitanes, africaines ou arabisantes.

Piano à 4 mains Maurice Ravel, vendredi 29 octobre (12h30) ; concert sandwich dans le Carré de l’Archipel. Avec Laurence Canet et Mehdi Kansoussi. Réserver votre place.

Deux pianistes pour un programme consacré à Maurice Ravel avec des pièces qu’il avait aussi composées pour orchestre symphonique, l’aventure est séduisante. Laurence Canet et Mehdi Kansoussi, tous deux professeurs au Conservatoire de Perpignan et solistes accomplis, interprètent des pages de la Rapsodie Espagnole, du très célèbre Ma Mère l’Oye ; ainsi que La Valse et la Pavane pour une infante défunte. Bien des facettes du génie de Ravel courent sous les doigts des musiciens ; les couleurs instrumentales, les contrastes rythmiques…

♦ Les Têtes Raides fêtent leurs 30 ans sur la scène d’El Mediator

« 30 ans de Ginette », vendredi 29 octobre (21h) ; El Mediator. « Ginette a 30 ans ! Les Têtes Raides effectuent leur retour avec une réédition de la discographie complète ; un album best-of 30 ans de Ginette et un nouvel album. Le groupe se reforme également pour une tournée et se trouve à nouveau remanié, pour ressembler à ce qu’il était au début des années 2000. » France Inter.

En première partie : Josy l’Escarmouche. Josy l’Escarmouche, c’est la muse de quatre musiciens sillonnant cafés-concerts et scènes locales. Interprétant ses propres chansons dans un bric-à-brac de styles musicaux définissant le sien, où les textes en français ont la part belle, « Josy l’Escarmouche fera « swinguer vos guiboles !  » Chauffe, Josy ! Réserver votre place pour la soirée.

♦ Cinémathèque Jean Vigo : Soirée hommage à Pierre Lhomme

Rencontre avec Luc Béraud, auteur du livre Les lumières de Lhomme. Jeudi 28 octobre (18h) à la salle Marcel Oms de l’Institut Jean Vigo.

Réalisateur de cinéma (La Tortue sur le dosPlein Sud) et de télévision, Luc Béraud a été l’assistant de Claude Miller, Alain Robbe-Grillet, Jacques Rivette et Jean Eustache. Venu à Perpignan en 2017 pour son ouvrage sur Jean Eustache, il revient pour un autre livre Les lumières de Lhomme sur un des grands chefs opérateurs du cinéma français. Une rencontre suivie d’une dédicace avec la librairie Torcatis. Photo Pierre Lhomme © Roman Bonnefoy

Projection de L’Ombre des châteaux de Daniel Duval à 19h… Interprètes : Philippe Léotard, Albert Dray, Zoé Chauveau…

Dans le nord de la France, la vie marginale d’une famille démunie d’immigrés italiens. La fille, surprise en flagrant délit de vol, est placée dans un centre de rééducation, malgré les efforts de ses deux frères. Ces derniers, décident de la délivrer pour gagner la terre promise… le Canada. Le second film de Daniel Duval est une lettre d’amour et d’espoir que les démunis (une famille d’immigrés italiens) tentent d’écrire à la société qui ne les comprend pas, se joue d’eux, et en fait des exclus.

♦ Les Vacances d’automne à Tautavel c’est Mortel !

Des ateliers, une enquête en préhistoire, des jeux, une nuit d’angoisse pour Halloween, une projection exceptionnelle en présence de l’équipe du film, un jeu de piste en réalité augmentée… Du 23 octobre au 7 novembre, découvrez le programme inédit du Musée de Préhistoire de Tautavel.

Le feu dans la Préhistoire. Tous les après-midi au musée #CestLeFeu. Un atelier autour du feu dans la préhistoire est proposé, en extérieur si le temps le permet, plusieurs séances pas d’inscription nécessaire et sans supplément.

Halloween au Musée de Préhistoire. Le 31 octobre, jeu de piste et 4 ateliers sur le thème d’Halloween. Et de 21h à 23h, Crime au Musée de Préhistoire de Tautavel, la Murder-Party. Un, ou plusieurs meurtriers ont frappé dans le musée, des conditions difficiles, des policiers un peu perdus, qui ont besoin de votre aide pour résoudre l’énigme. Tarif unique de 12€ réservation en ligne uniquement ; déconseillé aux enfants de moins de 15 ans. Nombre de places limité. 

Enquête en Préhistoire. Nouveauté !

Du lundi au vendredi, un atelier mène l’enquête autour de la sépulture de la Dame du Cavillon.

Depuis 150 ans, la sépulture de la Dame du Cavillon est l’objet d’enquêtes, de théories et de nombreux questionnements. Chaque nouvelle avancée scientifique amène les chercheurs à remettre en question leur perception de la Préhistoire ; et surtout à mettre en lumière la complexité de ses peuples longtemps réduits au fantasme du « bon sauvage ».

Pendant 45 minutes (environ) avec un médiateur, vous allez découvrir les gestes des archéologues et des scientifiques au moment de l’identification de cette célèbre sépulture de la préhistoire. Une enquête de « police criminelle » en quelque sorte, pour vous mener au plus près du travail des scientifiques. Format atelier participatif : nombre de place limité à 12 personnes par séance ; sur inscription à l’accueil du musée (sans supplément).

♦ J-9 avant le retour du festival Les Bulles Sonores à Limoux

Festival Les Bulles Sonores du 29 au 31 octobre à Limoux. L’équipe du festival œuvre depuis des mois pour adapter cette nouvelle édition au contexte sanitaire actuel ; tout en maintenant l’ADN du festival. « Une ambiance conviviale, une programmation festive et une offre culturelle métissée pour toutes les générations. »

Exceptionnellement cette année, le festival se déroulera en intérieur, salle l’Olympie à Limoux, sur une scène unique qui accueillera 3 groupes par soir. Le week-end, une seconde scène en accès libre sera installée dans le centre ville de Limoux ; avec 2 concerts chaque après-midi, pour que la musique résonne aussi en plein air.

♦ Les 36e Rencontres Cinémaginaire sur un volcan à Argelès-sur-Mer

La 36e édition des Rencontres Cinémaginaire d’Argelès sur Mer aura finalement bien lieu en 2021 ; mais avec quelques mois de décalage. « Une programmation allégée mais exceptionnelle en qualité, le pass sanitaire imposé mais la bonne humeur aussi obligatoire, et même une petite pincée de musique et de grignotage partagés ! »

Une édition en 2021 sous le signe du film « Nous dansons sur un volcan ! ». Chaque année, l’axe thématique du festival est donné par le titre de l’un des films présentés … « Il n’y avait pas meilleure mise en lumière de cette année intense en bouleversements, que ce film présenté en soirée d’ouverture du festival ! »

Ce sera la première avant-première du film en présence de toute l’équipe, notamment du réalisateur Jordi Vidal. Le film est une plongée dans les univers constitutifs de la société catalane contemporaine confrontée à une danse de révolte, la Sardane, née dans les années 1850, et qui a représenté « main dans la main » et en « comptant les uns sur les autres » les espoirs de tout un peuple d’en finir avec l’Ancien Régime, la Religion et les rapports de classes.

Lieux du Festival : Pôle Argelès Culture en cœur de ville – Cinéma Jaurès & Salle 14 juillet. Dates : du 29/10 au 01/11. Plus d’infos : https://cinemaginaire.org.

♦ Torcatis : rencontre avec Fabrice Riceputi, « Ici on noya les Algériens »

La librairie Torcatis organise une rencontre avec Fabrice Riceputi autour de son ouvrage « Ici on noya les Algériens, La bataille de Jean-Luc Einaudi pour la reconnaissance du massacre policier et raciste du 17 octobre 1961 ».

« À 5 mois de la fin de la guerre d’Algérie, des dizaines de milliers d’Algériens manifestent pacifiquement à Paris contre le couvre-feu qui les vise depuis quelques jours ainsi que la répression organisée par le préfet de police, Maurice Papon. La réponse policière est terrible : entre 200 et 300 Algériens sont tués.« 

« Pourtant, les rapports officiels ne font état que de 2 morts. Dans cet essai qui se lit comme un roman policier, Fabrice Riceputi nous raconte la bataille de Jean-Luc Einaudi, simple citoyen devenu chercheur, qui lutte pendant trois décennies pour faire éclater la vérité et obtenir la reconnaissance politique d’un véritable massacre d’État. Il est préfacé par Edwy Plenel qui met en lien le combat d’Einaudi avec les débats récents sur les violences policières. »

Vendredi 22 octobre à 18h30 à L’Atmosphère Bella Ciao (22 Place Hyacinte Rigaud à Perpignan).

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances