Cult’Hebdo 27 octobre | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

highlands © Tristan-Perez-Martin

♦ L’Archipel : semaine danse avec le « Bach Project » de Mal Pelo

La compagnie de Gérone revient présenter trois chorégraphies de sa tétralogie autour de la musique de Jean-Sébastien Bach. On y retrouve deux pièces déjà présentées sur la scène perpignanaise et Highlands, la création qui clôt ce Bach Project. Maria Muñoz et Pep Ramis y déploient leur chorégraphie acérée pour une aventure sensorielle et spatiale née des expériences et des complicités des deux artistes. « L’écriture maîtrisée, portée par un fort caractère, fait de chaque pièce un moment suspendu qui ne cesse de solliciter l’attention et les émotions. »

On Golberg Variations, le 3 novembre (20h30) au Carré de l’Archipel.

Les variations Goldberg sont un monument du clavier dont les subtiles « variations » nous ont été révélées par Glenn Gould. Cette pièce pour sept danseurs s’articule autour de la musique de Bach revisitée par le compositeur Dan Tepfer, mais aussi de silences et de textes poétiques.

Bach , le 4 novembre (20h30) au Carré de l’Archipel.

Première et originelle chorégraphie du projet, Bach est un solo que Maria Muñoz a créé au Festival Temporada Alta de Gérone. « Sur un choix de préludes et de fugues du Clavier bien tempéré, la danseuse à la présence magnétique n’est que pur mouvement où le regard, le rythme, la respiration tissent les liens avec la musique. »

Highlands, les 6 et 7 novembre (20h30 et 16h) au Grenat de l’Archipel.

Cette création chorale est la quatrième partie de la tétralogie de la compagnie Mal Pelo. Un spectacle sur la spiritualité, l’obscurité et la lumière pour quinze interprètes : sept danseurs, quatre chanteurs lyriques et un quatuor à cordes. « Autour de fragments des Cantates, de la Partita et de l’Art de la Fugue joués en direct, se déploie le langage du mouvement. » Photo de Une © Tristan Perez-Martin.

♦ El Mediator : Hide au prochain Jeudi Free et la nuit Électro

Hide + Ghost Twist, le 4 novembre (21h) ElMediator.

HIDE est le projet musical d’Alban, chanteur multi-instrumentiste, membre des Limiñanas dans la version live du groupe depuis la sortie de l’album Malamore en 2016.
« S’inscrivant dans une orchestration entre le rock et la folk, tout en créant des atmosphères sonores uniques et progressives pour chaque morceau, ce folk singer multi casquettes, interprète protéiforme de poèmes intrusifs, est capable de nous emmener un peu là où il veut… La voix, posée sur des mélodies parfois contemplatives, parfois rageuses, fait penser à Alex Turner, Bon Iver voire à Devendra Banhart… »

La nuit Électro, le 5 novembre (21h) ElMediator.

Bloody Beetroots. Électro trash avec Sir Bob Cornelius Rifo.
Pfel & Greem from C2C. Tous deux issus du célèbre collectif C2C, Pfel (Beat Torrent) et Greem (Hocus Pocus) se lancent dans une nouvelle aventure, entre hip-hop et bass-electro. « Sacrés 4 fois champions du monde de DMC et vainqueurs de 4 trophées aux Victoires de la musique, leur technique, leur créativité et leur talent sur scène sont unanimement reconnus. »
+ Djt Purple (set neurofunk, jungle old school, drum anglaise) + Rufsig (mixes house).

♦ Musique Classique à Céret : Octuor « Tutti Bassi » et la soprano Christine Rigaud

Octuor « Tutti Bassi » et la soprano Christine Rigaud, le 5 novembre (20h30) ; salle de l’Union à Céret.

La soprano Christine Rigaud, enfant du pays, revient à Céret pour un concert exceptionnel. « Sa voix fine, pétillante et toujours parfaitement placée, s’harmonise avec les sonorités profondes des violoncelles et la contrebasse de l’ensemble Tutti bassi, issu des formations de « Mare Nostrum Musicae ». Son jeu scénique et la complicité entre elle et les instrumentistes font le reste. »

Elle est entourée par l’octuor de basses, un contrebassiste et sept violoncellistes dont trois vivent en Catalogne sud. « Alors que ces instruments graves avaient un rôle d’accompagnement, à l’époque baroque, certains compositeurs, dès cette période, ont prêté attention à cette formation. La tessiture de la contrebasse ajoute du relief et de la profondeur au chant des violoncelles, instruments réputés pour se rapprocher de la voix humaine. » Au programme : Œuvres de Bach, Haendel, Mozart, Duport, Saint Saëns, Riera, Morera, Valls.

♦ Cinémathèque Jean Vigo : Hommage à Jean-François Stévenin

Acteur/réalisateur, Jean-François Stévenin aura marqué durablement le cinéma d’auteur français des années 70 jusqu’à sa disparition durant l’été 2021. Celui qui avait commencé sa carrière en tournant avec Rivette et Truffaut était devenu un second rôle très prisé du cinéma français. Il est par la suite passé de l’autre côté de la caméra en réalisant trois films considérés comme cultes : Passe montagne, Double messieurs et Mischka
Acteur prolifique, on a vu Jean-François Stévenin dans des films aussi éclectiques que L’Argent de poche de François Truffaut, Une chambre en ville de Jacques Demy ou Le Pacte des loups de Christophe Gans. Figure familière du cinéma français, il tourne dans les années 1980 sous la direction de Jean-Luc Godard (Passion), Bertrand Blier (Notre histoire), Catherine Breillat (36 Fillette) ou encore Patricia Mazuy avec Peaux de vache.

Son travail de cinéaste lui vaudra en 2018 un prix Jean Vigo d’honneur qui lui a été remis par Agnès Varda. « Cette récompense distingue l’indépendance d’esprit, la qualité et l’originalité. Ses films, où la nature est très présente, sont marqués par le cinéma de Cassavetes. »

Double messieurs, le 2 novembre (19h) ; salle Marcel Oms.

Avec Carole Bouquet, Yves Afonso, Jean-François Stévenin…

François a 40 ans et une vie sans histoire. Une femme, une fille et un bon boulot. Un jour, il découvre Léo, son ancien copain de colonie de vacances, sur la couverture d’un roman policier. Ensemble, ils ont beaucoup joué avec le feu, et avec l’autre, « le Kuntch », leur souffre-douleur d’alors… François cherche Léo, vieux gamin surexcité. Leur vient alors l’idée de retrouver Kuntch…

Double Messieurs, de et avec Jean-François Stévenin (à droite).

♦ Mémorial : Soirée « Si loin si proche » consacrée au Liban le 10 novembre

Conférence par Henry Laurens (18h30). Historien, directeur du centre d’études et de recherches sur le Moyen Orient contemporain (CERMOC) à Beyrouth, ancien directeur scientifique de l’Institut Français du Proche Orient. Depuis 2003, Henry Laurens est également professeur au Collège de France sur la chaire Histoire contemporaine du monde arabe.
Il est notamment l’auteur de : Le rêve méditerranéen (CNRS Editions, 2010), Les crises d’Orient (Fayard, 2017), L’Orient dans tous ses états (CNRS Editions, 2017).
Suivie d’un échange avec le public. Réservations sur le site du Mémorial du camp de Rivesaltes.

Lecture par Bernard Wallet (20h) d’extraits de son livre Paysage avec palmiers. Sur la guerre civile libanaise, accompagnée par les musiciens d’Interzone : Serge Teyssot-Gay, ancien guitariste du groupe Noir Désir et Khaled al Jaramani, joueur d’oud syrien.

C’est lors de l’un de ses voyages en 2002 au Moyen-Orient que Bernard Wallet prendra l’initiative de faire se rencontrer Serge Teyssot-Gay et Khaled al Jaramani. Germe alors chez les deux musiciens l’idée d’une collaboration artistique qui donnera naissance au groupe Interzone et au fil du temps à quatre albums.

♦ Caba’Red, le premier festival de Cabaret à Pia

Dressant le constat qu’aucun événement ne représentait les spectacles de cabaret, trois passionnés du genre et habitants des Pyrénées-Orientales ont eu l’idée de créer un festival : Caba’Red. « Original de part son choix artistique, il aura proposera, chacun des 3 jours, un repas spectacle, précédé par un cocktail pour laisser place à une première partie. Les compagnies professionnelles choisies pour la première édition sont des compagnies ayant déjà leur grande notoriété dans notre département et au-delà. »

Caba’Red, du 19 au 21 novembre ; au centre culturel Jean Jaurès de Pia. Réservations : https://www.cabaredfestival.fr/
Programmation : 1001 Ladies (troupe basée vers Béziers), Les Oiseaux de Nuits ainsi que Evasion Folies. « Comme tout festival, nous avons choisi de laisser la scène à des amateurs, pour cela nous avons demandé aux écoles suivantes de présenter durant 30 min en première partie leur travail : Les Estrells del sudCome and dance et Evi’danse. » 

♦ Théâtre : « J’ai rencontré Dieu sur Facebook » dans les collèges

Jeudi 21 octobre 2021, Méditerranée Plurielle a organisé deux manifestations pour les élèves du collège Joseph Sébastien Pons et du lycée Jean Lurçat ; deux représentations théâtrales de la pièce « J’ai rencontré Dieu sur Facebook » par la compagnie Madani.

« Avec beaucoup de professionnalisme, les comédiens, Louise Legendre, Valentin Madani et Mounira Barbouch ont excellemment captivé l’attention du public. Les deux représentations ont été suivies d’un débat très riche avec des questions pertinentes des élèves, animé par Samir Amghar, sociologue et spécialiste des thématiques liées au salafisme et au djihadisme. »

À noter la présence lors de la séance de l’après-midi de nombreux acteurs publics ; dont « July Landra, directrice adjointe des sécurités au cabinet du préfet et chargée de radicalisation, Martine Such-Smeets et Corine Escobar, déléguées du préfet dans les quartiers de la politique de la ville, Bérengère Laboutique-Viala, responsable des politiques institutionnelles à la direction territoriales de la protection judiciaire de la jeunesse des Pyrénées-Orientales et de l’Aude, et Manuele Venturini, un des binôme de soutien pour la lutte contre la radicalisation violente du centre pénitentiaire de Perpignan. Cette réalisation a été soutenue et réussie grâce à la participation active de l’ensemble des institutions susnommées ainsi que par le conseil régional et départemental. »

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances