Accueil » Actualités » Culture » Cult’Hebdo 5 janvier 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

Cult’Hebdo 5 janvier 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

Jazzèbre El Mediator Perpignan 2019

♦ L’Archipel : du concert du nouvel an à la World Music d’Angélique Kidjo

Concert du Nouvel an : Offenbach et ses amis par l’Orchestre National de France. Le 13 janvier (20h30) au Grenat du Théâtre de l’Archipel.

C’est avec le prestigieux Orchestre National de France et de sa cheffe Delyana Lazarova que L’Archipel fête le nouvel an. Un concert chatoyant dont le fil rouge est la danse, où l’on vibre aux accords d’une havanaise, d’un boléro ou d’une Bourrée fantasque en compagnie des solistes Sarah Nemtanu et Carlos Ferreira. Les quatre-vingt-dix-huit musiciens interpréteront un florilège des plus belles œuvres du répertoire français pour un voyage sentimental à travers les musiques du XIXe et du début du XXe siècle.

Angélique Kidjo : Mother Nature. Le 15 janvier (20h30) au Grenat du Théâtre de l’Archipel.

C’est une promesse qu’elle avait faite en recevant son 4e Grammy Awards en 2019 pour Celia, album consacré à la diva américano-cubaine Celia Cruz : rassembler l’Afrique en dehors des frontières coloniales, générationnelles et linguistiques. Elle avait juré d’inclure dans son oeuvre les jeunes artistes africains qu’elle a elle-même inspirés et qui sont devenus des as planétaires de l’afrobeat, de l’afro-pop, du dancehall, du hip-hop ou de l’alt-R&B comme Yemi AladeMr Eazy ou Burna Boy… « Cet album est une lettre d’amour à notre Mère Nature et toutes les valeurs qui nous sont chères : la vérité, la confiance, l’amour et le lien ».

♦ Concert du nouvel an de l’Orchestre Symphonique d’Alénya Roussillon

Concert du Nouvel An de l’OSAR ; samedi 15 janvier (20h) et dimanche 16 janvier 18h). Salle OMS Caves Ecoiffier à Alénya. Billetterie.

Pour commencer l’année 2022 en beauté – et en musique – les 45 musiciens de l’Orchestre Symphonique d’Alénya Roussillon (OSAR) et son chef Bernard Salles proposent un spectacle dans la plus pure tradition du concert du nouvel an à Vienne, autour des valses et polkas de la famille Strauss ; mais également dans un répertoire de musiques festives comme l’ouverture de Cavalerie légère de F.v.Suppé ou la valse jazz de D.Chostakovitch.

Programme :
F.v. Suppé : Cavalerie légère
J. Strauss : Valse de l’Empereur
G. Bizet l’Arlésienne : Adagietto
G. Bizet : Farandole
J. Strauss : Aus der ferne
J. Strauss : Sous le tonnerre et les éclairs
A. Dvorak : Danse Slave N° 8
J. Strauss : Fata Morgana
J. Strauss : Russicher March
E. Elgar : Salut d’Amour
D. Chostakovitch : Valse jazz N°2

♦ Cycle Jean Giono à l’Institut Vigo

Conférence de René Bernard, administrateur à l’Institut Jean Vigo. Le 6 janvier (19h) à la salle Marcel Oms. Billetterie.

Conteur hors pair, créateur de personnages à la personnalité très affirmée (et aux noms souvent originaux) Jean Giono ne pouvait pas échapper à l’intérêt des cinéastes.

« Nous pensons bien sûr à Marcel Pagnol, autre grand créateur provençal. La collaboration des deux hommes, qui se terminera par une brouille, a donné quelques films inoubliables (Angèle, Regain, La Femme du boulanger…) où leur goût commun pour le mélodrame n’empêche pas l’humour de se manifester. On connaît aussi la passion de Giono pour la Nature, que l’on retrouve dans des œuvres adaptées comme Jofroi, L’eau vive, où même Un roi sans divertissement où le lieu, les conditions climatiques ont une grande importance. »

Jofroi de Marcel Pagnol (1933). Le 6 janvier (19h) à la salle Marcel Oms. Vincent Scotto interprète avec beaucoup de conviction le rôle du vieux paysan entêté. Meilleur film étranger en 1939 par le New-York Critic’s Circle Awards.

L’homme qui plantait des arbres de Frédéric Back (1987) ; le 11 janvier (19h). Puis Un roi sans divertissement de François Leterrier (1963). Enquête policière difficile et quête métaphysique ; Jean Giono s’est beaucoup investi dans ce film, signant l’adaptation de son roman, les dialogues, et prêtant sa voix à … l’assassin.

Angèle de Marcel Pagnol (1934) ; le 13 janvier (19h). Marcel Pagnol a trouvé dans le roman de Jean Giono quelques-uns des thèmes mélodramatiques qui lui tenaient à cœur, mis en scène dans une approche néo-réaliste avant l’heure.

♦ 2022 année Molière : Céret fête le 400 ème anniversaire de sa naissance

Le Malade Imaginaire par le Théâtre Commedia dell’arte ; le 7 janvier à 20h30 à la salle de l’Union – Céret. Billetterie.

Une mise en scène virevoltante, étourdissante qui ne laisse aucun répit au spectateur, un véritable show. Molière aurait adoré cette version déjantée de son Malade imaginaire. « Molière a créé cette pièce avec les musiciens de son temps. Nous, nous travaillons avec les musiques et les outils technologiques d’aujourd’hui. »

La mise en scène de Guy Simon oscille entre bouffonnerie et émotion. Une espèce d’opéra-rock au temps de Louis XIV. Le Théâtre du Kronope est une compagnie créée en 1983. Ses créations révèlent un univers baroque où le masque de théâtre permet de mettre en résonance le mot et le corps de l’acteur. Des spectacles en forme de tableaux musicaux dansés, burlesques ou poétiques parfois décapants. Depuis plus de 30 ans, le travail du Kronope repose sur l’impérative nécessité de rendre la culture accessible à tous.

♦ De Job à Pams, les itinérances perpignanaises de Paul Gervais

Balade avec Stéphanie Diaz, guide conférencière ; samedi 8 janvier à 15h. Organisée par le Musée d’art Hyacinthe Rigaud. Réservation conseillée.

Stéphanie Diaz vous invite à suivre les pas de l’artiste, depuis son travail publicitaire aux productions monumentales, et à découvrir deux oeuvres moins connues, issues des réserves du musée : La Source et Les Centaures, récemment restaurées et déposées à l’Hôtel Pams.

L’artiste toulousain Paul Gervais (1859-1944) est bien connu des Perpignanais pour avoir réalisé nombre d’œuvres exposées à l’hôtel Pams : les fresques du grand escalier, les portraits des familles Bardou et Pams, des toiles monumentales telle Le Jugement de Pâris ; il a également participé aux affiches JOB dont l’œuvre matricielle, Femme coiffée à l’antique, est présentée au musée Rigaud.

♦ Les premières rencontres 2022 de la librairie Torcatis

Rencontre avec Nicolas Framont ; le 13 janvier à (18h) au bar l’Atmosphère à Perpignan. Autour de son livre La guerre des mots ; combattre le discours politico-médiatique de la bourgeoisie.

Parlez-vous le bourgeois ? Payer des « charges patronales » plutôt que des cotisations sociales, embaucher un « collaborateur » et non un salarié, engager une « réforme » pour mettre en place une politique néolibérale… Ces mots que nous entendons tous les jours ne sont pas neutres, ce sont ceux de la bourgeoisie. Non contente de nous dominer et de nous exploiter, elle nous impose son langage et forge notre représentation de la réalité. Dans cet essai, Selim Derkaoui et Nicolas Framont déboulonnent les termes et expressions qu’utilisent quotidiennement hommes et femmes politiques, DRH et journalistes mainstream pour brouiller les frontières de classe et légitimer un ordre social au service de la bourgeoisie. Conçu comme un manuel de contre-propagande, ce livre contribue ainsi à renouveler un vocabulaire : celui de la lutte de classes.

Rencontre exceptionnelle avec Frédéric Paulin, le 14 janvier (18h) à la librairie Torcatis.

Breton, Frédéric Paulin est l’auteur de plusieurs romans noirs historiques et de polars mélangeant critique sociale et chronique policière. Il fut lauréat en 2014 du « Grand prix du roman Produit en Bretagne » ; un prix délivré par les libraires de Bretagne à l’unanimité.

« Le romancier utilise la récente Histoire comme une matière première dont le travail peut faire surgir des vérités parfois cachées ou falsifiées par le discours officiel. Ses héros sont bien souvent plus corrompus ou faillibles que les mauvais garçons qu’ils sont censés neutraliser, mais ils ne sont que les témoins d’un monde où les frontières ne seront jamais plus parfaitement lisibles. Il a notamment écrit Le monde est notre patrie (Goater, 2016), La peste soit des mangeurs de viande (La Manufacture de livre, 2017) et Les Cancrelats à coups de machette (Goater, 2018). »

♦ Le mentaliste Viktor Vincent au Théâtre de l’Étang

Viktor Vincent : Mental Circus ; le 7 janvier (20h30) au Théâtre de l’Étang (St-Estève).
Viktor Vincent est mentaliste, illusionniste et raconteur d’histoires. Il présente actuellement son nouveau spectacle, Mental Circus, qui illustre un cirque imaginaire dans les années 30 aux États-Unis. L’intrigue fait revivre les expériences du passé et tend les bras au futur.

« Les artistes illustrés dans cette représentation présentent des performances mentales hors du commun : ce sont des expériences innovantes, qualifiées de magiques et folles ! L’esprit semble ne pas avoir de limite et le public voyage dans le temps à travers les récits racontés. L’intrigue est primordiale : on parle de la période Art Déco, qui naît avant la Seconde Guerre mondiale. »

// Plus de Cult’Hebdo et de culture :

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances