fbpx
Aller au contenu
Accueil » Actualités » Culture » Cult’Hebdo 9 février 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

Cult’Hebdo 9 février 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

Lilly Wood & The Prick pour un soir à Perpignan

Article mis à jour le 9 février 2022 à 18:25

♦ El Mediator : Lilly Wood & The Prick pour un soir à Perpignan

Lilly Wood & The Prick + Gustav ; le 18 février (21h) au El Mediator – Perpignan (billetterie).
Des tempos qui se jouent des variations, des mélodies entêtantes et une recherche sonore qui n’en exclut pas moins une évidente accessibilité pop. Après un silence de six (interminables) années, Lilly Wood & The Prick revient en force. « Il a fallu quelques saisons pour se retrouver et décider, à l’été 2019, de s’isoler en Vendée pour travailler sur de nouvelles chansons. Banco : non seulement l’alchimie artistique entre Nili et Benjamin existe toujours, mais les deux musiciens ont également mûri.

« Tous deux ont besoin de libérer leur parole et de remonter aux sources de Lilly Wood & The Prick : un patchwork d’influences alliant sans complexe l’organique et l’électronique. Eux qui n’ont jamais filé complètement droit ne veulent pas tricher avec les musiques qui les font vibrer. Alors, ils laissent s’exprimer leur passif musical adolescent : Shola Ama et le R’n’B nineties pour la voix, Fleetwood Mac pour la conception mystique de la pop, Lenny Kravitz pour les guitares funky, les Red Hot Chili Peppers pour les rythmiques elliptiques… En résulte Most Anything, un album épatant de contrastes, qui réussit à partir dans toutes les directions en suivant son propre chemin stylistique. »

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

> À lire : 2021, une année exceptionnelle pour le livre en Catalogne… tout comme en France

♦ Concert : Élodie Frégé & André Manoukian, chansons « d’amour cramé »

Élodie Frégé & André Manoukian ; 18 février (20h30) au Théâtre Jean Piat – Canet-en-Roussillon.
L’histoire d’un pianiste victime d’un sortilège amoureux, condamné à accompagner l’inaccessible chanteuse…

« Tel Ulysse attaché au mât de son piano, André confie sa peine aux notes de son clavier sous les assauts répétés d’Elodie qui utilise tous les charmes de sa voix pour le séduire. Ce combat perdu d’avance se présente sous la forme d’un répertoire de « torch songs » ; ces lamentations amoureuses et jazzy, incarnées par Julie London, Peggy Lee ou Rita Hayworth, dans les gants de laquelle se glisse Elodie Frégé. Cette joute délicieuse ne laissera qu’un seul vainqueur : la musique. »

Élodie Frégé & André Manoukian, chansons « d’amour cramé »
Photo © Enzo Productions

♦ Un peu de chahut avec le canadien King Khan à La Casa Musicale

The King is back in town ; le 18 février (20h) à La Casa Musicale – Perpignan. Échappé de l’orchestre de rythm & blues le plus sauvage du monde : The Shrines, l’exubérant King Khan s’est entouré de la fine fleur des rockers français pour créer King Khan Unlimited. « Un combo entre Vaudou, punk new yorkais, psyché, et garage dans lequel on retrouve un Magnetix à la guitare, un Weird Omen à la batterie et un Fredovitch à la basse. »

En ouverture, l’excitant et psychédélique duo Fuckboy, et pour le dancefloor les DJ Lionel Limiñana et Dj Sukram. Organisé par La Central Electric et la Casa Musicale.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

> À lire : Cult’Hebdo 2 février 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

♦ Soirée Rock Garage avec Johnny Tramontana et Henry à Céret

Johnny Tramontana + Henry ; le 18 février (20h30) à la salle de l’Union – Céret.
Enfant du rock garage perpignanais, pop dans les coins et surf dans les angles, les 4 vedettes du groupe Johnny Tramontana n’ont qu’une seule promesse depuis 2016 : provoquer des déhanchements avant de vous faire tomber amoureux de leurs titres. Bonne nouvelle, le groupe a enfin enregistré son premier album.

Henry, un chanteur qui vous veut du bien. C’est un voyageur musical : il croise la route de Philippe Paralba et fabrique « Charlotte B ». Il chante avec Barbarism begins at Home avec Muzzle (Franck). Et puis c’est la rencontre avec Monsieur Daccord. A ce jour les 4 musiciens créent de la musique ensemble.

♦ Jazzèbre soirée spéciale « Manu Dibango » au cinéma Castillet

Projection Tonton Manu + Set des élèves du Conservatoire ; le 18 février (19h) au cinéma Castillet – Perpignan.
Tonton Manu, documentaire de Thierry Dechilly et Patrick Puzenat. « Commencé à l’aube de ses quatre-vingts ans, ce portrait du musicien Manu Dibango, infatigable défenseur du mélange des cultures, nous entraîne sur trois continents. Durant 5 ans de tournage, 98.713 km parcourus rythmés par une diversité d’échanges et les convictions de personnalités, le documentaire nous entraîne dans des plages de grâce musicale où le Grand Manu fait jaillir de son saxo des instants d’émotion pure. »

Set des élèves du Conservatoire (21h). Pendant plusieurs semaines, les élèves auront travaillé avec leurs professeur.e.s autour du répertoire du saxophoniste et chanteur Manu Dibango pour nous proposer un court concert autour des plus grands thèmes du “Papa Groove”.

Vimeo

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de Vimeo.
En savoir plus

Charger la vidéo

♦ Swing au programme des prochains rendez-vous de Saint-Estève

Blind Tiger Swing Quintet ; le 17 février (20h30) au Théâtre de l’Étang – Saint-Estève (billetterie). « Le Blind Tiger Swing Quintet remet en valeur le swing et les standards des années 30. Une musique qui va replonger le public dans l’ambiance Cotton Club. Ce groupe de musiciens audois associe avec bonheur le trombone et le saxophone, mais un autre atout indéniable du quintet est Marina Bellinello ; sa chanteuse dont la voix délicate et énergique nous fait voyager dans une musique pleine d’émotion et de feu. Sur scène, les incontournables standards de ces années swing, mais aussi de belles chansons françaises revisitées à la sauce Blind Tiger: La vie en rose, Mack the knife, St Louis Blues, What a wonderful word,… »

♦ Les chemins de la Retirada fêtent leurs 20 ans

Pour cette édition 2022, du 17 au 20 février, l’association Fils et Filles de Républicains Espagnols et Enfants de l’Exode (FFREEE) explore le thème : “Voix libres”. Des voix, comme celle, puissante et nuancée, de Serge Utgé-Royo qui revient chanter à Argelès-sur-Mer, là où son père fut interné en 1939. Comme celles aussi des chorales Voix libres et El Goigs tradicionals (chorale de Saint-Génis-des-Fontaines). Parmi les temps forts de cette édition 2022, la 20e marche de la mémoire sera l’occasion d’inaugurer le parcours mémoriel qui relie le Mémorial du camp à la plaque Nord, en passant par le cimetière des Espagnols et le Monolithe où des “Mémoires du camp d’Argelès” s’exposent sur le sable. Sur ces quatre sites, des totems multilingues, retracent l’histoire du camp d’Argelès-sur-Mer où sont passés plus de 170.000 étrangers entre 1939 et 1942.

Parmi les animations proposées pour cette édition 2022 :

Concert de Serge Utgé-Royo, Un nuage espagnol, memorias ibericas ; le 18 février à l’Espace Jean-Carrère – Argelès-sur-Mer(15€).
– 20 ans des Caminos, camins, chemins de la Retirada ; le 19 février. 9h30 : départ de la 20e marche de la mémoire. 14h30 : salon du livre sur la guerre d’Espagne et les exils. 18h30 : spectacle musical par les Voix Libres et les Goigs tradicionals à l’Espace Jean-Carrère (5€).

Projection du film « amis dessous la cendre » ; le 17 février (17h30) au cinéma Vautier (Elne). Documentaire en présence de Victor Simal, retour sur son internement à la prison de « la Modelo » à Barcelone. Chronique carcérale basée sur l’histoire d’une lutte anti-franquiste à la fin des années 1970. Débat.
Lectures, conférences et spectacle ; le 20 février à la fondation Antonio Machado – Collioure. 10h : Conférence de Margarita Garcia Candero : « La transmission à l’école de l’œuvre de Antonio Machado ». 15h : Spectacle: théâtre par la Compañía Sol y Tábanos. Destino Collioure : último viaje de Antonio Machado.

> À lire : La justice espagnole restitue à la famille les effets d’un Catalan déporté dans un camp nazi

♦ Expo Mémoires du camp d’Argelès, 50 photos sur le sable ; du samedi 19 février au mercredi 30 mars

2022 marque le 80e anniversaire de la fermeture du camp d’Argelès-sur-Mer. À cette occasion, le Mémorial du camp installe 50 photographies à même le sable, face au Monolithe (boulevard de la mer), à l’ancien emplacement du camp. Installé à la hâte plage Nord en février 1939, lors de la Retirada, et délimité par des barbelés, le camp d’Argelès fut démantelé en novembre 1942.

Durant ces quatre années, plus de 170.000 hommes, femmes et enfants transitèrent par ce camp sur le sable ; des Républicains espagnols mais aussi d’autres “indésirables” dont des nomades français, des Juifs étrangers et des apatrides. Aujourd’hui, ces 50 photographies, issues de nombreux fonds, illustrent cette histoire.

♦ Nuit du Mémorial : transmettre l’histoire à travers les lieux de mémoire

Nuit du Mémorial : Rencontre avec Benoît Falaize et Jacqueline Eidelman ; le 17 février (18h30). Cette rencontre propose les regards croisés de Benoît Falaize et Jacqueline Eidelman sur la manière dont les lieux de mémoire transmettent leur histoire.

Docteur en histoire, Inspecteur Général de l’Éducation Nationale, spécialiste de la didactique de l’histoire et de l’histoire de l’enseignement de l’histoire, des questions d’éducation civique et de citoyenneté, Benoît Falaize est l’auteur de Territoires vivants de la République. Ce que peut l’école : réussir au-delà des préjugés.
Conservatrice générale du patrimoine et membre du Conseil scientifique du Mémorial, sociologue spécialiste de l’étude des publics, Jacqueline Eidelman a été nommée responsable de la Mission Musées du XXIe siècle dont le rapport a été remis en mars 2017 et est paru à la Documentation française.

France, Rivesaltes, 2021-09-23. Inaugurated in October 2015, the Memorial is built in the middle of the remains of the barracks where more than 60,000 people were interned during the Spanish War, the Second World War and the wars of decolonisation. Photograph by Arnaud Le Vu / Hans Lucas.  France, Rivesaltes, 2021-09-23. Inaugure en octobre 2015, le Memorial est construit au milieu des vestiges des baraquements ou furent internes plus de 60 000 personnes lors de la guerre d Espagne, la Seconde Guerre mondiale et les guerres de decolonisation. Photographie de Arnaud Le Vu / Hans Lucas.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances