Le « Monde Nouveau » s’écrira-t-il en vert à Perpignan ? Réponse lors du forum du 29 au 31 Mars

LECTURE

Nous avions rencontré en 2016, Jean Jouzel, le climatologue et ancien président du Groupement Intergouvernemental d’Experts sur l’Évolution du Climat (GIEC). Déjà à l’époque, il tentait de sensibiliser à l’urgence et au besoin d’agir. Depuis, le président américain Donal Trump s’est retiré des accords de Paris. En France, Nicolas Hulot a démissionné de sa fonction de ministre de l’Écologie, dénonçant au passage l’immobilisme d’Emmanuel Macron.

Aujourd’hui, des jeunes font la grève de l’école, et des associations entendent faire condamner l’État français pour “inaction face au changement climatique”. Le groupe la Dépêche a choisi de peser sur ce débat en organisant un forum, le forum “Monde Nouveau” à Perpignan fin mars 2019. Marie-France Marchand-Baylet, vice-présidente du Groupe la Dépêche, et Eric Scotto, Président & Co-fondateur d’Akuo Energy, en appellent à créer “ensemble un monde souhaitable et solidaire”.

♦ Un prix Nobel de la paix pour un “Monde Nouveau”

Jean Jouzel a été, au nom du GIEC, co-récipiendaire en 2007 du prix Nobel de la Paix. Il est partenaire du forum qui se tiendra du 28 au 31 mars au Palais des Congrès de Perpignan. Son idée est d’inciter les gens à faire des propositions réellement novatrices. Et pas seulement en terme d’innovation technologique, mais aussi d’avancer sur les usages et les fonctionnements de notre société.

Le climatologue et directeur de recherche émérite au Commissariat à l’Energie Atomique rappelle : “le premier risque lié au réchauffement climatique est l’accroissement des inégalités”. Déjà en 2016, il nous détaillait les conséquences graves du réchauffement du climat.

Les politologues parlent de la série de sécheresses au moyen-orient de 2007-2010 qui a conduit 1 million de personnes des campagnes syriennes vers Damas. Ils expliquent que c’est un des facteurs de la crise actuelle. Avec un réchauffement, la productivité agricole baissera et dans un monde où il y aura plus de bouches à nourrir…”. La crise migratoire de 2015 qui a déstabilisé les politiques européennes, est donc, selon les spécialistes, directement liée au changement climatique.

À la veille du scrutin européen du 26 mai prochain, cette crise est encore bien présente. En particulier, quand on note la multiplication des partis xénophobes et europhobes en progression constante dans de nombreux pays d’Europe.

♦ La Région Occitanie vers une autonomie énergétique ? 

Selon Jean Jouzel, “La région Occitanie est une grande région à la fois par son étendue géographique mais aussi privilégiée quand on regarde du côté des énergies renouvelables. Notamment en terme d’ensoleillement très important. Le souhait est de s’orienter vers l’autonomie énergétique ou en tout cas vers une véritable transition énergétique. Avec une utilisation importante du solaire, mais aussi de l’éolien, ou l’utilisation de la bio-masse. C’est une région qui peut aller de l’avant en terme de transition énergétique“.

Le scientifique souhaite dire que chacun doit s’impliquer. “Ce que nous faisons aujourd’hui va déterminer le climat de la seconde partie de ce siècle. On ne parle plus des générations futures, mais bien des jeunes d’aujourd’hui qui sont directement concernés”.

♦ “Pour atteindre la neutralité carbone à horizon 2050, il faut, au niveau européen 1000 milliards d’euros par an”

Pour le scientifique, il faut investir de façon beaucoup plus importante que nous le faisons aujourd’hui. “La cours européenne des comptes estime qu’il faudrait investir au niveau de l’Europe 1000 milliards d’euros voire un peu plus chaque année ! Simplement pour être en mesure de respecter les objectifs de la France et de l’Europe qui se sont engagées pour une neutralité carbone à l’horizon 2050”

“Si la France veut tenir cet engagement, (NDLR confirmé ce 11 mars par Brune Poirson Secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire), elle devra investir 2% de son Produit Intérieur Brut de plus chaque année !”

“Il faut une banque européenne du climat. Parce que les intérêts économiques sont de faire cette transition. C’est une erreur complète, un non-sens que d’espérer que le développement de nos économies se fera sans cette transition énergétique. L’avenir n’est pas à l’immobilisme, mais bien vers cette transition écologique. Ce sont les territoires, les secteurs d’activités, qui prendront en compte le plus rapidement possible la lutte contre le réchauffement climatique qui seront économiquement gagnants.”

♦ Le programme du Monde Nouveau à Perpignan 

Découvrir tout le programme, les ateliers, les conférences ….

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Article précédent

KikiMagTravel nous dévoile sa sélection des plus beaux villages des Pyrénées-Orientales

Article suivant

Théâtre municipal de Perpignan - Absents ou présents, qui arrêtera les marteaux-piqueurs ?

velit, elit. venenatis, Praesent lectus libero vel,