L’USAP se sort du piège tendu par Vannes (16-12)

Rencontre de début de bloc compliquée hier soir au Stade Aimé Giral pour l’USAP qui affrontait le RC Vannes. Les catalans se sont imposés 16-12 avec un seul essai de Mickaël Faleafa à la 11e minute. Les bretons repartent quant à eux avec le point du bonus défensif, un point synonyme de combativité ce jeudi soir.

♦ Un écart à nouveau très serré entre les deux équipes
Comme l’évoquait le coach sportif Patrick Arlettaz en conférence d’après match, il devait être gravé que les matchs Bretons vs Catalans finiront toujours sur un score serré. En référence au match aller au stade de la Rabine où l’USAP s’était imposé sur pénalité dans les derniers instants. Sans oublier la saison passée à Aimé Giral où les vannetais avaient régulièrement mené au tableau d’affichage pour finalement laisser filer le match 39-34.
Et cette année encore, le RC Vannes se sera permis de mener par deux fois à l’extérieur (28e et 51e) grâce aux coups de pied d’Ash Moeke, auteur des 12 points de son équipe. Mais les pénalités transformées par Seguy et Bousquet auront, en plus de l’essai, permis d’assurer le principal après la frayeur des dernières minutes. A savoir la victoire de l’USAP qui prend temporairement la première place en attendant le match de Montauban à Grenoble ce dimanche.

♦ Une remontada évitée de peu
Certes seule la victoire compte. Certes comme l’a souligné le troisième ligne Karl Chateau, l’USAP a appris de ses erreurs passées, a su être solide en défense et n’a pas craqué dans les derniers instants comme face à Béziers.
Mais l’entêtement de l’USAP à vouloir jouer son jeu habituel sur les 3/4 et de chercher la touche aurait pu lui coûter cher. Est ce aussi l’absence de la charnière habituelle, le nombre important de fautes de main, l’humidité stagnante liée au brouillard et à l’absence de vent rendant terrain et ballon glissant ? Ou peut être d’avoir sous estimé ces bretons que l’on sait pourtant rapides et combatifs ? Chacun proposera son analyse et discutera le choix de ménager les troupes pour la fin de saison plutôt que d’aller chercher le bonus offensif.

♦ En attendant l’enfer de Montauban dans une semaine
Patrick Arlettaz a annoncé la couleur. Et ce sera celle des flammes, car “On nous a annoncé l’enfer à Montauban”. Une semaine de préparation qui ne sera pas de trop pour remettre les troupes en ordre de bataille pour ce choc au sommet de la Pro D2.

dictum Lorem ante. venenatis, Sed libero ut vulputate, venenatis mi, ipsum