#Visa2017 – 29ème édition du festival international de photojournalisme

Dès le 2 septembre prochain, Perpignan deviendra le temps du festival, la ville des photojournalistes du monde entier. Un condensé des scènes de conflit, des crises ou des événements qui forgent le monde. Cette année, 25 expositions reparties sur 9 lieux d’expositions [Infographie]. Sans oublier les traditionnelles soirées de projections au Campo Santo qui reviennent sur l’actualité des douze deniers mois. Jean François Leroy, fondateur du festival a choisi de faire un focus sur, entre autres, les « Réfugiés aux portes de l’Europe et immigration dans le monde », « État des lieux : Syrie – Irak – Daech », les élections américaines ou les 40 ans de l’hebdomadaire VSD.

25 expositions ouvertes au public
Du reportage visible au Couvent des Minimes, « Le Venezuela au bord du gouffre » de Meridith Kahout en passant par le photographe animalier Mickael Nichols pour National Geographic, dont les images « explorent les interactions entre l’homme et la nature, leur impact sur l’habitat et les politiques d’aménagement du territoire, la culture des safaris, la chasse, le braconnage, les zoos et les programmes d’élevage en captivité et de mise en liberté ». (Reportage visible au Couvent des Minimes).

Un panel d’images qui font de Perpignan l’oeil du monde le temps du festival. L’Irak, la Syrie, les migrants, « le califat » sont autant de thèmes présents chaque année à Visa sous un angle différent. Cette année Jean François Leroy a choisi de présenter au public de Visa « La bataille de Mossoul » par Laurent Van der Stockt, présent sur le terrain après que les forces armées irakiennes aient lancé une offensive pour reprendre Mossoul à la mi-octobre 2016 avec l’aide de la coalition internationale. La ville de Mossoul qui, toujours pas libérée en avril 2017, est vue sous l’objectif Alvaro Canovas dans « Mossoul, l’amère reconquête ». Sur le même théâtre d’opérations, les équipes de Visa2017 ont sélectionné le reportage de Lorenzo Meloni et son reportage sur la « Chute du Califat » en juin 2014 (Expositions visibles au Couvent des Minimes).

Jean François Leroy précisait le choix de Visa2017 dans un édito du 10 juillet dernier : « L’impertinence de la question ne devrait surtout pas empêcher qu’on se la pose. Cette année à Visa pour l’Image, nous présentons trois expositions sur la bataille de Mossoul : Laurent Van der Stockt pour Le Monde, Alvaro Canovas pour Paris Match et Lorenzo Meloni pour Magnum Photos – cette dernière traitant plus largement de la chute du califat de Daech. Évidemment, la brutalité inédite des affrontements conjuguée aux cruciaux enjeux géopolitiques qu’ils impliquent mérite que l’on s’y arrête, et même s’y attarde. Trois expositions donc… sur 25. Et pour cause : « Tout a déjà été dit cent fois, mais comme personne n’écoute, il faut toujours répéter », disait Gide ».

Projections au Campo Santo
Comme chaque année, le Campo Santo ouvre ses portes pour les projections de Visa pour l’Image. Six soirées qui débutent par une « chronologie » retraçant deux mois d’actualité de l’année écoulée. Sont ensuite développés différents sujets et points de vue liés aux faits de société, aux conflits, ceux dont on parle et ceux que l’on tait, aux différents constats de l’état du Monde. Au programme de cette édition 2017, notamment « Les réfugiés aux portes de l’Europe et immigration dans le monde », « État des lieux : Syrie – Irak – Daech », mais aussi la « Famine en Afrique de l’Est », l' »Election présidentielle américaine » ou des hommages à Chuck Berry, Leonard Cohen…

Les soirées de Visa pour l’Image sont aussi le moment où sont remis les différents prix aux photojournalistes.

Rencontres, diffusions, ou débats sont nombreux lors de la semaine professionnelle de Visa pour l’Image, retrouvez tout le programme sur www.VisapourlImage.com

♦ Visa pour l’Image sous haute protection
Le Festival International de Photojournalisme est un événement qui voit passer de nombreux visiteurs, jusqu’à 300.000 (source wikipédia). Un évènement majeur qui demande un dispositif conséquent, notamment en terme de sécurité. Mais aussi, comme sur les éditions précédentes, des contrôles systématiques des sacs sera fait aux entrées des lieux d’exposition ou des projections.

6e6d149c29bab0ce271b801e5dc29b1a'''''''''''''''