Contre la #LoiTravail, ils étaient 4.000 à Perpignan

panneau de dos

Ils étaient, selon les sources, entre 3 et 4.000 à fouler l’asphalte perpignanaise dans une atmosphère bon enfant pour dire un grand « NON » à la loi travail, qui malgré les changements déjà opérés ne parvient pas à convaincre ses opposants. Parmi les manifestants de nombreux drapeaux de syndicats tous unis contre ce projet de loi qui selon la gauche « détruit nos vies et s’attaque à la jeunesse ».


pikachuUne jeunesse qui n’a pas répondu en nombre à l’appel, pas plus d’une centaine de jeunes des lycées, Picasso, Lurçat, ou Arago. Des jeunes qui pour la plupart tentent encore de se forger une opinion politique, mais qui ont de la fougue et de l’imagination, particulièrement quand il s’agit de trouver des slogans. La jeune Pikachu ornait un autocollant « Non au retour à Germinal, Vive la grève générale ! »

Suite aux « abandons » substantiels déjà effectués par la ministre du travail Myriam El Khomri les partis de gauche, les syndicats et les salariés restent mobilisés pour  du projet de loi qui selon Le Parti de Gauche « Permet de baisser les salaires et de licencier sans contestation possible », le parti de gauche préviennent également que « Holande et Valls veulent abolir le code du travail ». Le NPA66, quant à lui en a « assez de l’arrogance patronale et gouvernementale » et invite à la mobilisation « jusqu’au retrait de la loi travail ».« exiger le retrait pur et simple »

NPA fumigèneLutte Ouvrière souhaite faire de cette mobilisation citoyenne un début vers un soulèvement plus massif car selon l’organisation d’union communiste (trotskiste) « Le projet de loi Hollande-El Khomri est la goutte qui fait déborder le vase. C’est une attaque directe contre le monde du travail pour faire sauter les limites légales à la liberté des patrons de licencier comme ils veulent ».

Le patronat tenait quant à lui un tout autre discours : Lors de la première mouture du projet de loi travail à la fin du mois de février l’Union Patronale pour les Entreprises et le MEDEF66 déclaraient conjointement

« l’avant-projet de loi porté par Myriam El Khomri visant notamment à simplifier le code du travail, et tel qu’il a été transmis au Conseil d’Etat, est susceptible de faire bouger les lignes sur le front de la création d’emplois…. Pour Alexis Melidonis, Président de l’UPE 66/ MEDEF 66, « Les pays européens voisins, Espagne, Italie, Allemagne, ont eu le courage de mener ces réformes voilà quelques mois ou quelques années. Résultat : la création d’emplois a repris avec force dans ces pays. Ayons la même volonté et le même courage ! Il en va de l’avenir de notre économie et de notre pays. ».

Depuis le projet de loi a été modifié et de nombreux employeurs craignent aujourd’hui qu’elle n’ait un effet inverse de l’espoir que cette loi suscitait, lire dans l’Opinion, parole d’employeurs sur La Loi Travail.

Pour aller plus loin et lire le projet de loi dans son intégralité, Version 1 et Version 2

tête du cortege

3a876791c15d1dcdf3300888a651f4d6UUUUUUUUUUUUUUUUU