fbpx

Fraîchement débarqué, Brice Lafontaine vers une réintégration ?

Certaines personnes à la tête du parti Unitat Catalana, dont Brice Lafontaine était jusqu’en décembre dernier Président, envisageraient un recours auprès de la préfecture. Selon ceux qui ont vécu cette décision “comme un camouflet”, retirer ses délégations à un adjoint doit se faire par un vote à bulletin secret et non à main levée. Comme par exemple l’élection de Maïté Sanchez-Schmid aux fonctions d’adjointe en février 2015. Contacté par téléphone, l’adjoint, qui a rejoint le mouvement “En Marche”, n’a souhaité ni infirmer ni confirmer l’information.


À Perpignan, le dernier vote à bulletin secret a eu lieu lors de l’intégration de Maïté Sanchez-Schmid en tant qu’adjointe à la politique de l’égalité et à l’accès au droit en février 2015. Un vote qui a recueilli 31 voix “pour” sur les 43 possibles après la destitution de l’adjoint Pierre Olivier Barbé.

Selon Le Journal du Centre qui relate une affaire similaire à Nevers, la préfecture de la Nièvre aurait répondu par une fin de non recevoir à Yolande Frémont, qui avait déposé un recours contre son éviction. Olivier Benoist, Secrétaire Général de la préfecture, avait indiqué que le recours de l’ex-adjointe, recevrait une réponse négative.

Le secrétaire général de la préfecture rappelait : “si les adjoints sont bien élus à bulletin secret par le conseil municipal, leur destitution peut se faire à main levée, sauf si 33% du conseil se prononce contre cette procédure”. Lors du dernier conseil municipal à Perpignan, seul le groupe du Front National s’est abstenu et Clotilde Font s’est opposé. Celle qui a quitté, en février 2016, le groupe d’opposition mené par Louis Aliot, a manifesté son soutien à Brice Lafontaine, reconnaissant “la qualité de son travail” et “le tempérament d’un bon catalan”. Faisant ainsi référence au refus de l’élu de quitter volontairement ses fonctions d’adjoint à la catalanité en dépit des nombreuses demandes formulées par Jean Marc Pujol .

Pour le moment, le groupe catalaniste prendrait conseil auprès des spécialités de la question pour connaître la faisabilité d’un tel recours.

neque. ultricies non mattis Donec ipsum