fbpx

Le nouveau visage des Gilets Jaunes 66 s’appelle Adile Yakhlef

Dernière mise à jour 30/11 à 13h20 : Selon Adile, le vote qui avait eu lieu hier, dans la plus grande confusion a été annulé depuis. L’éphémère porte-parole nous confirme l’annulation du vote. Il se désole nous déclarant : « c’est dommage car on reproduit le même schéma que le gouvernement ».

Article initialement écrit le 29/11. Alors que se dessine une nouvelle troisième journée d’action dans les Pyrénées-Orientales, près de 500 gilets jaunes réunis à Saint-Laurent-de-la-Salanque ont élu à main levée un nouveau porte-parole. Adile Yakhlef est de ceux qui ont porté le mouvement bien avant le 17 novembre. Dès hier soir, il répondait à la presse venue nombreuse rendre compte de cette réunion.

C’est non sans mal que l’élection a pu avoir lieu, après plus de deux heures de discussions dans une ambiance survoltée. De nombreux participants voulant faire entendre leur voix, l’ensemble était parfois inaudible. Outre l’élection du porte-voix, le débat a tourné autour des points de blocages stratégiques à tenir ou encore la forme que doit désormais prendre le mouvement. La nouvelle journée de mobilisation de samedi était au cœur de tous les échanges. Une journée qui, si l’on en croit les manifestants, s’annonce fort suivie.

Une chose est certaine, les gilets jaunes rencontrés hier soir ne désarment pas, tous prêts à passer Noël sur les barricades, chacun avec des revendications variables, mais toutes tournées autour du pouvoir d’achat ou de l’inégalité qu’ils perçoivent entre ceux qu’ils qualifient d’élite et le peuple.

Thomas Miralles membre de la délégation des “Huit” initialement nommé est remis en cause par la base, en cause son engagement politique passé au sein d’une liste Rassemblement Bleu Marine aux municipales de 2014. Il semblerait qu’il soit néanmoins prochainement reçu à l’Elysée avec l’ensemble de la délégation dévoilée lundi dernier.

 

Curabitur accumsan ut libero nec Praesent Lorem ipsum ultricies libero