fbpx

Les Gilets Jaunes formulent leurs revendications – Un catalan parmi la délégation qui “demande audience” à l’Elysée

Thomas Miralles, 27 ans et courtier en crédit immobilier, fait partie de la délégation de 8 personnes qui “demande au Président de la République, au Premier Ministre et à son gouvernement une première rencontre”. Contacté par téléphone, nous sommes toujours attente de ses déclarations. Après investigation, Thomas Miralles n’est pas un inconnu de la politique. En 2014 il figurait sur la liste Rassemblement Bleu Marine à la conquête de la mairie de Canet-en-Roussillon, information confirmée par Louis Aliot. Ce dernier qui souligne qu’il n’était pas adhérent du Front National. Très jeune, il avait fait ses armes en 2010 sur la liste de gauche de Jean-Jacques Gueffier, candidat aux municipales.

♦ Les objectifs de cette délégation 

Désormais la délégation ainsi nommée a pour mission de “porter les revendications issues du sondage”. Un sondage grâce auquel de nombreux Gilets Jaunes ont l’opportunité de faire entendre leurs droits. Le second objectif de cette délégation est de devenir les “interlocuteurs nationaux des médias pour des confirmations ou démentis afin d’éviter toute récupération de quelconque parti politique et de tout autre personne”.

Parmi les revendications du mouvement : “Revoir à la baisse toutes les taxes” et prévoir la “création d’une Assemblée citoyenne” pour débattre des sujets tels l’écologie et les transports avec “le développement d’une transition écologique, réfléchie et durable”, ou encore les élections, les lois et la citoyenneté afin “que la voix du citoyen soit réellement prise en compte”. Cette nouvelles assemblée aura également vocation à parler d’emploi avec “l’augmentation du pouvoir d’achat et la revalorisation du travail”.

Le communiqué insiste sur le fait que “ces propositions soient soumises à un référendum populaire”.

Le groupe ainsi formé par le mouvement des Gilets Jaunes “a pour mission d’engager une prise de contact sérieuse et nécessaire avec les représentants de l’Etat et de son gouvernement et de faciliter la communication entre citoyens manifestants et coordinateurs/coordinatrices de manifestations”. Une prise de contact en vue de porter “des revendications exprimées par des millions de Français” précise le communiqué de presse. Les personnes figurant sur cette liste l’ont intégrée “sur simple sollicitation” et sont des “manifestants identifiés par leurs actions sur le terrain et connus des médias”. Le mouvement précise que cette délégation a reçu de nombreuses sollicitations en vue de former “une structure apolitique leur permettant d’identifier une seule source d’informations et réclamant de savoir à qui s’adresser pour tous sujets relatifs au mouvement”.

“La fin de la monarchie républicaine et le début de la démocratie populaire”

Ceux que nous avons rencontrés ce matin sur un barrage sont agriculteurs, chômeurs, retraités, SDF ou infirmiers, et réclament la 6ème république pour remplacer la « monarchie républicaine » par une « démocratie populaire ». Ils martèlent ne rien vouloir lâcher, vouloir rester soudés. Et il est vrai que la solidarité s’organise. Certains sympathisants amènent des vivres, d’autres marquent leurs encouragements en klaxonnant ou en applaudissant au passage du barrage.

D’autres Gilets Jaunes ont choisi de venir interrompre l’assemblée générale du conseil départemental des Pyrénées-Orientales réclamant la fin des discours et exigeant que les élus portent leurs revendications auprès du Président de la République.

id tristique ultricies eget dictum justo venenatis