“Sold Out”- Quand le Centre del Món reprend vie

Nous l’avions laissé fin 2016 avec l’espoir que la nouvelle stratégie liée à la reprise par l’entreprise SOFIDEC porte ses fruits. Depuis 2008, le bâtiment multicolore créé pour 140 M€ par la société espagnole Métrovacesa n’avait jamais réussi à trouver son rythme de croisière. La fermeture de la majorité des boutiques de la galerie commerciale et la crise en Espagne ont amené Métrovacesa à brader son vaisseau amiral. Les 12 000 M2 de commerces, 10 000 M2 de bureaux et plusieurs niveaux de parkings souterrains avaient été vendus pour une somme 10 fois inférieure à celle investie par l’entreprise familiale espagnole. Objectif pour le nouvel acquéreur, promoteur perpignanais, vendre les bureaux avant de mettre à la location les boutiques du rez-de-chaussée. Fin 2018, le pari est gagné, “bien au-delà des espérances” selon Laurent Sylvestre, président de Sofidec.

♦ “Au printemps 2019, le Centre del Món n’aura plus la même allure”

Dixit Laurent Sylvestre qui est “ravi”, ravi d’avoir réussi à vendre la quasi totalité des 10 000 M2 des bureaux repartis en 4 blocs. Aujourd’hui, seuls deux lots restent encore en vente. Désormais, débute la commercialisation des 12 000 M2 de commerces, un centre de remise en forme a déjà ouvert ses portes, deux restaurants, une agence Europcar et une agence de la Banque populaire ont déjà signé leur bail sur la galerie commerciale selon Laurent Sylvestre.

Alors qu’à l’origine il était prévu de réserver une partie du bâtiment pour faire des habitations, les acheteurs professionnels ont raflé la quasi totalité des surfaces disponibles. Parmi les acheteurs, on retrouve la société Sotranasa pour 2 000 M2, l’Office des HLM de Perpignan Métropole s’installe dans 4 000 M2, l’antenne de l’Euroregion Pyrénées-Méditerranée occupera 400 M2, la branche transport de la Région s’installera dans 1 000 M2 de bureaux. Le Centre de Gestion 66 et l’antenne départementale du Centre National de la Fonction Territoriale, sont des centres de formation qui pourront accueillir 600 apprenants par jour.

Laurent Sylvestre estime que les bureaux amèneront 1 800 à 2 500 personnes au quotidien. Ce qui fait dire au jeune dirigeant : “Cela démontre qu’il se passe aussi des choses positives à Perpignan et pas que des échecs ! Aujourd’hui, nous avons donné goût à la proximité des trains, des bus et de la vie en centre-ville. Nous avons encore des sollicitations mais je ne peux plus répondre à la demande”. Seuls 2 lots restent encore disponibles, un de 400M2, un autre de 500M2 non concomitants.

♦ Galerie commerciale semi-ouverte et bureaux dans le galet

En 2016, l’idée du promoteur était de fermer les puits de lumière afin de permettre de climatiser la galerie commerciale du rez-de-chaussée. Une idée sur laquelle Laurent Sylvestre est revenu. “En fait le problème est plus le vent que la pluie”, alors que la lumière naturelle est plébiscité par les clients commerciaux. “Nous allons donc tenter de pallier aux effets de la Tramontane en faisant des sas”.

Pas de résidence séniors. En 2016 une des pistes pour le Centre del Món était d’installer des habitations dans le cadre d’une résidence gérée pour séniors. La demande de bureaux à été telle, que la résidence sénior ne verra pas le jour faute de mètres carrés disponibles.

L’espace voisin de l’immeuble non encore construit appelé Le Galet, eu égard à sa forme ovoïde, est aujourd’hui également à la vente via un opérateur différent. Il est aussi destiné à des bureaux.

risus at id commodo Phasellus consequat.