« La Présidente » à Perpignan – Les auteurs dédicacent leurs BD de politique fiction

Les auteurs de la trilogie « La Présidente » ont répondu présents à l’invitation du collectif EnVie de POlitique66. Laurent Muller et Farid Boudjellal seront le 5 avril à 19h, la salle des Libertés à Perpignan, pour présenter leur politique fiction. Ils ont accepté de répondre à nos questions sur cette campagne qui défie tous les pronostics. La Bande dessinée éditée aux éditions Les arènes est un véritable succès de librairie avec plus de 250.000 exemplaires vendus.


« Et si Marine Le Pen était élue ? Telle est l’hypothèse de cette bande dessinée. Avec l’aide de spécialistes, tels que l’économiste Emmanuel Lechypre, le journaliste Ulysse Gosset, le chroniqueur politique Thomas Legrand, ils ont imaginé les conséquences de cette élection : gel des investissements, des entreprises étrangères, explosion du chômage, inflation… La démonstration est simple, mais saisissante. »

« Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas », avertissent les auteurs

Tome 1 : « Toute ressemblance avec des situations existantes ne saurait être que fortuite, à moins qu’elle ne résulte de la simple application du programme du Front national ».
Tome 2 : « Toute ressemblance avec des situations existantes ne saurait être que fortuite, à moins qu’elle ne résulte de l’application par un parti autoritaire des lois sécuritaires votées dans le contexte des attentats ».
C’est par ces citations que débutent les deux premiers tomes de cette trilogie de politique fiction.

« On s’adresse aux presque, 7 millions d’électeurs de Marine Le Pen »…
François Durpaire, scénariste avec Laurent Muller déclarait lors de la sortie du tome 1, sur le plateau d’On n’est pas couché, « On s’adresse aux presque 7 millions de personnes qui votent Marine Le Pen, lisez bien son programme avant de la mettre à l’Elysée. Parce que même si vous allez vous réjouir de cette victoire en regardant la mine déconfite des politiques que vous n’aimez plus, le lendemain de son élection s’installera son programme…. Alors ce que vous imaginiez de la France d’aujourd’hui en disant, elle ne va pas bien, pourrait sembler être un âge d’or 18 mois après l’élection de 2017 ! ».

… »Mais on se rend bien compte qu’ils n’entendent plus… »
Nous avons contacté Laurent Muller l’éditeur de la trilogie et co-scénariste du tome 3, « La Vague ». « Nous avons imaginé qu’après le tome 1 « La Présidente » et le 2 « Totalitaire », une contre vague humaniste viendrait contrer « La Vague » nationaliste. Une vague qui fait référence au film* du même nom ».

Interrogé sur l’accueil qui pourrait lui être réservé dans une ville qui a conduit Louis Aliot, Vice Président du Front National, au second tour des élections municipales en 2014 : « Nous avons été dans de nombreuses villes, dont Henin Beaumont ou Béziers (dont le Maire Robert Ménard est soutenu par le Front National) nous avons senti comme une espèce de crainte à parler de ce sujet là. Parfois les maires verrouillaient les élus pour qu’ils ne puissent pas venir à nos signatures. L’accueil était plus ou moins bon selon les villes.

Comme le rappelait François Dupaire lors du lancement de la trilogie en 2016, « l’objectif initial était de parler aux électeurs du Front National, les encourager à lire le programme ». Mais, nous confie Laurent Muller, « on se rend bien compte qu’ils n’entendent plus, on pensait qu’ils pourraient écouter le volet économique ou le durcissement de la société mais non…. Nous avons plus d’écoute de la part de ceux qui hésitent à se rendre aux urnes ».

« Un graphisme hyper réaliste pour éviter la caricature ! »
Pour le graphisme, c’est à Farid Bouadjella que Les Arènes ont fait appel. Un travail en noir et blanc, très éloigné de son style habituel qui dit-il « aurait été trop chaleureux pour le Front National ». « Le réalisme faisait partie du cahier des charges, j’ai travaillé à partir de photographies car il fallait absolument éviter la bande dessinée humoristique ou qui aurait caricaturé les personnages. Cela faisait longtemps que je souhaitais travailler sur le noir et blanc et cela servait bien la trilogie, cela se prêtait bien à la situation. Le noir et blanc permet au lecteur de se plonger plus dans la narration. Dans cet ouvrage j’ai fait la mise en scène, c’est à dire que les scénaristes m’envoyaient leur texte et je faisais le découpage ».

*Un film de Denis Gansel (2008). Un enseignant allemand, pour illustrer son cours propos sur la facilité avec laquelle un nouveau régime autocratique pouvait voir le jour en Allemagne, décide de lancer une expérience. Une expérience qui dérive vite et ce qui n’était que de simples notions telles que l’esprit communautaire et la discipline se transforment en un réel parti politique. Les élèves, alors motivés par leurs valeurs, vont s’investir beaucoup trop, et de manière extrême. Dès le troisième jour, les membres du mouvement commencent à exclure puis à persécuter tous ceux qui ne se rallient pas à leur cause.

Une pensée sur “« La Présidente » à Perpignan – Les auteurs dédicacent leurs BD de politique fiction

Commentaires fermés.

b345167d332541bffc59c11405a80810+++++++++