Où manger la meilleure galette des rois dans les Pyrénées-Orientales ?

En partenariat avec la Maison des Artisans, la fédération départementale des boulangers-pâtissiers des Pyrénées-Orientales organise le concours qui, depuis 2015, décerne le prix de la meilleure galette et tourteau des Rois. Une initiative d’Emmanuel Castro, ancien président de la fédération catalane, qui perdure.

♦ Les lauréats 2018

À Perpignan, c’est la boulangerie située à l’entrée du Moulin à Vent qui remporte le prix de meilleure galette, mais aussi celui du meilleur tourteau des Rois. “Le Pain de mon moulin” est tenu depuis 15 ans par Anne-Marie Couillerot et son frère Eric. C’est ce dernier qui reçoit la distinction décernée par un jury composé de boulangers-pâtissiers mais aussi d’amateurs de ce gâteau synonyme de fêtes de fin d’année.

Le plus important pour le jury : “Le goût, la cuisson et l’aspect étaient les critères de sélection pour définir la galette et le tourteau”.

Également primés dans la catégorie meilleure galette des rois, les boulangeries “Aux délices des Aspres” à  Thuir et “La fée gourmande” dans la commune du Barcares. “La petite catalane” de Villeneuve-de-la-Raho, “La maison de la pâtisserie” à Cabestany et la “Boulangerie l’atelier” à Céret ont également été reconnus pour la qualité de leur tourteau.

Pour Anne-Marie Couillerot, le plus important ce sont les matières premières. “Tous les produits sont importants dans la galette. Nous travaillons avec des produits nobles, du beurre AOP*, des fruits confits de manière artisanale… Ajoutez le tour de main de l’artisan, cela fait toute la différence entre un gâteau artisanal et un industriel”. Elle insistait également sur la saisonnalité du produit, une saison qui s’étale sur 4 semaines en janvier. “Comme nous ne travaillons que du produit frais, nous ne pouvons pas faire des galettes hors saison. C’est une volonté et les clients le comprennent”. 

En 2017, ce furent les boulangeries de Romuald Cerezo à Salses-le-Château, “La petite catalane” de Villeneuve-de-la-Raho et la boulangerie “Le couvent” d’Ille-sur-Têt qui avaient reçu le prix pour la meilleure galette du département. Le meilleur tourteau 2017 était déjà décerné à la boulangerie “le Pain de mon Moulin”, suivi du “Fournil des gourmands” de Claira et de “La cerise sur le gâteau” de Saint-Laurent-de-la-Salanque.

♦ Et la fève dans tout ça ?

Au lendemain des fêtes de fin d’année 2017, nous avions rencontré Anne-Marie Couillerot. Elle nous avait évoqué sa démarche en matière de fèves. “Tous les ans, nous cherchons à mettre en avant le pays catalan et les artisans de la région. Nous avons travaillé avec l’USAP, la maison Quinta”. En 2018, la boulangerie a choisi de mettre à nouveau à l’honneur le département. Ce sont désormais les lettres de ROUSSILLON qui sont accompagnées d’un symbole local tel l’escargot catalan, le pénitent de la Sanch, la rousquille d’Arles sur Tech, le train jaune ou encore une cerise de Céret…  En 2017, c’était le caganer, qui était mis en avant. Ce santon personnage traditionnel des crèches catalanes est dépeint sous les traits d’un homme (illustre ou non) en position accroupie et occupé à fertiliser la terre en exerçant une fonction physiologique naturelle.

Une des particularités de la galette des rois est la fève enfouie au cœur du gâteau qui se déguste en dessert ou au goûter. À l’origine, c’était la légumineuse, dont la forme embryonnaire symbolise la fertilité qui servait à désigner le roi de la journée. Depuis le XVIIIe siècle se sont plus volontiers des fèves en porcelaine, tous les ans renouvelées et propices à l’art de la collection. Les collectionneurs de fèves des rois sont appelés les fabophiles.

*AOP : Appellation d’Origine Protégée

risus ante. ipsum porta. sed Praesent nec velit, accumsan Praesent libero lectus