Ouverture dominicale à l’ordre du jour du conseil de Perpignan Metropole

En 2017, les commerces de détail de la zone de Perpignan-Metropole pourront rester ouverts 9 dimanches. Un dispositif qui en 2016 n’a connu qu’un succès mitigé. Les commerçants par la voix de la présidente de l’UCAP restent divisés sur le sujet : « la majorité d’entre eux ne suivra pas » en ouvrant le dimanche. Si l’envie vous prend de faire vos emplettes un dimanche renseignez-vous avant auprès de votre commerçant habituel au risque de trouver porte close !


« Les commerçants ne suivront pas »
Déclarait Hélène Colls sollicitée par téléphone sur le sujet. La présidente de l’Union des Commerçants et Artisans de Perpignan et son équipe avaient sondé de nombreux commerçants sur le sujet : « Les commerçants ne suivront pas, il y a trop de dimanches à ouvrir » !
9 dimanches travaillés en 2017… Par arrêté, Jean-Marc Pujol a fait voter lors du conseil de Perpignan Métropole, les 9 dimanches durant lesquels les commerçants pourront déroger à la règle du repos dominical. Il s’agit des dimanches 15 janvier, les 9 et 16 juillet, le 3 septembre, le 15 octobre et les 3, 10, 17 et 24 décembre 2017.

Loi sur la modernisation de l’économie, dite Loi Macron
« Les ouvertures le dimanche auraient permis de créer des centaines d’emplois » déclarait en juin 2016 l’ex-ministre de l’Economie et désormais candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron. Force est de constater qu’à Perpignan en 2016 les dimanches durant lesquels les commerçants étaient autorisés à ouvrir n’ont pas trouvé leur clientèle. Si quelques grandes enseignes ont ouvert leur portes la plupart des commerçants indépendants ont jugés « que le faible chiffre d’affaires escompté n’en valait pas la chandelle ». Qu’en sera-t-il en 2017 ? Les emplettes dominicales rentreront-elles dans les meurs ?

Au niveau national un bilan mitigé malgré la création de 21 ZTI
Les Zones Touristiques Internationales qui autorisent les ouvertures le dimanche et en semaine jusqu’à minuit sont au nombre de 12 à Paris et 9 en province, dernières en date, Dijon et La Baule. Il n’existe à l’heure actuelle aucun bilan chiffré du nombre de magasins qui ont adopté ce dispositif mais, pour Claude Boulle, président de l’Union du grand commerce de centre-ville (UCV), qui s’exprimait dans le JDD en octobre dernier, « les ZTI ressemblent à des peaux de léopard avec des magasins ouverts et d’autres non ».

5ae3cf74ed7b10159ab387c73c3fd081XXXXXXXXXXXXXXXXXXXX