Céret Amélie les Bains antifa

Soral à Amélie-les-bains – Quand le discours antisfasciste ne mobilise plus

LECTURE

En ce samedi de fin d’été, les associations, syndicats, politiques de gauche et autres collectifs anti-fascistes ou anarchistes n’ont pas réussi à sortir les touristes ou les habitants de leur torpeur estivale.

♦ Au marché de Céret, des estivaliers plus intéressés par les fruits de saison que par le discours de raison

Devant la sous-préfecture, un des adjoints au maire d’Amélie-les-Bains, le représentant pour la CGT 66, du NPA* 66, et Françoise Fiter pour le Parti communiste ont pris la parole. Rappelant le devoir de mémoire ancré au cœur du Vallespir. “Je vous demande de transmettre notre idéal. Ça parait désuet, mais c’est fondamental. C’est notre avenir, crions contre la présence de Soral !”.

Après les prises de parole, les militants, sympathisants et autres partisans d’une partie la gauche locale se mettent en marche pour distribuer un tract sur le marché de Céret. Marché particulièrement bien achalandé et très fréquenté en cette fin d’été. 

Devant la manifestation, une dame s’interroge. “Pourquoi un tel attroupement ?”. Et quelqu’un de lui expliquer, “on se mobilise contre la venue de Soral”. Regard interrogatif, mais qui est-il ? À l’écoute du déroulé du Curriculum Vitae du personnage, la dame hausse les épaules. “Vous savez, moi, depuis Sarkozy, j’ai décroché de la politique. Je n’y crois plus. Mais c’est bien que certains se mobilisent pour défendre notre démocratie durement acquise au fil des siècles”.

Durant la déambulation des distributeurs de tracts sur le marché, certains refusent poliment le document. D’autres le prennent et le rangent rapidement au fond du cabas. Assurément un papier qui servira à collecter les épluchures lors de la préparation du repas de midi. D’autres encore, rétorquent ne pas vouloir entendre parler de politique alors qu’ils sont tranquillement en vacances. Les affaires du monde semblent s’être s’arrêtées quand le Français est en vacances, bercé par le ressac des vagues et le chant des cigales.

♦ Vous avez dit union face à l’ultra-droite ?

Anarchistes, Gilets Jaunes et autres sympathisants du comité de vigilance “antifa” du département n’ont guère goûté “la volonté de division” menée par les syndicats, partis et autres associations qui n’ont pas répondu à leur invitation. Ces derniers avaient choisi d’organiser une conférence de presse et une manifestation en aparté. Sans convier ceux qui pourtant avaient lancé l’alerte. L’union ne semble donc pas à l’ordre du jour. Ne fusse que pour dénoncer une droitisation de plus en plus forte de la société, ou des discours aussi nauséabonds que ceux tenus par Alain Soral. Et tout l’univers qui gravite autour de ce personnage condamné pour injures raciales, et autres joyeusetés, plus d’une vingtaine de fois.

C’est donc séparément que ceux qui dénoncent la venue d’Alain Soral dans le Vallespir ont choisi de donner de la voix. Le Vallespir, terre dont l’histoire est marquée par la résistance au fascisme et au franquisme.

Le matin, à Céret, ceux qui se définissent comme “les forces démocratiques et progressistes”, ont réuni une centaine de personnes devant la sous-préfecture. Avant de parcourir le marché pour distribuer tracts et engager le dialogue. L’après-midi à Amélie-les-bains, le Comité de Vigilance Antifasciste 66 (CVA66), des Gilets Jaunes en colère et certains Anarchistes étaient une quarantaine pour déployer des banderoles et distribuer des tracts sur la Route Départementale 115. Route que devaient emprunter les participants pour accéder à la dite université d’été.

♦ À Amélie-les-bains, l’université d’été ne troublent ni curistes, ni touristes

Les antifa du département sont catégoriques, les Pyrénées-Orientales sont une terre d’accueil pour l’ultra-droite. Et en particulier pour Égalité et Réconciliation. Association présidée par Alain Soral et décrite par lui-même comme : “Association « nationaliste de gauche » prônant la réconciliation nationale, et se donnant pour but – ce but qui est le mien depuis quinze ans- de créer l’union sacrée de la gauche patriote et de la droite anti-financière, afin d’atteindre le pourcentage électoral qui permettra au peuple de France de reprendre le pouvoir par les urnes et le contrôle de son destin”.

Le comité de vigilance anti-fasciste souligne un point qui les inquiète. Les venues dans le département de personnalités telles que Alain Soral, Dieudonné ou Yvan Benedetti n’ont pu s’organiser sans la présence locale d’un noyau dur. Une logistique nécessaire pour assurer la sécurité et l’organisation en toute discrétion. Le CVA affirmant même que Soral viendrait une fois par mois dans le département pour des réunions de travail liées à l’association.

Le mas qui abrite l’université d’été d’Alain Soral appartient à Marc Faisans. Lui-même qualifié en août 2018 comme le responsable de la section perpignanaise d’Égalité et Réconciliation. Parmi les conférenciers également présents à cette université d’été, Youssef Hindi. Ce dernier prône, parmi ses “enseignements”, l’influence historique de la bible hébraïque et du judaïsme.

♦ Alain Soral, référence de l’Ultradroite

Lors de nos recherches sur ce mouvement, nous avons consulté la chaîne YouTube d’Égalité et Réconciliation. Un réseau social où il est possible d’écouter les réponses d’Alain Soral aux questions posées par ses sympathisants. Interrogations déposées sur un répondeur en appelant un numéro surtaxé. Une ligne dédiée et un programme vidéo au nom évocateur : “Quatorzième fournée”. Eu égard aux nombreuses condamnations pour injures antisémites du polémiste, les béotiens verront immédiatement la référence à la boulangerie.

On peut notamment y entendre Alain Soral prédire le devenir du mouvement de “la femme nouvelle”. Pour l’idéologue, le LGBTisme et le féminisme ont pris le relais du marxisme. “De l’avènement de l’homme nouveau, on est passé à l’hystérie de la femme nouvelle qui finira de la même façon. Dans les poubelles de l’histoire“.

Interrogé sur le mondial de football féminin, qui s’est tenu en juillet 2019, Alain Soral parle d’un spectacle qui fait penser à du handisport. “On nous a vendu un spectacle très médiocre avec une idéologie qui est du même niveau de connerie que le grenelle sur la violence masculine. Quelque chose qui fait plutôt penser à du Benny Hill“.

*Nouveau Parti Anticapitaliste

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Article précédent

Victoire de l'USAP, dure fin de saison des Dragons, contrôles sanitaires, cauchemar sur la RN116 – “Débriefe moi la semaine”

Vallée d'Inclus Andorra Photo KikiMagTravel
Article suivant

KikiMagTravel en "digital détox" en Andorre - Explorer la Vallée d'Incles

Nullam Phasellus ut porta. accumsan dolor eget quis, ut tristique Donec