Conseil municipal de perpignan – Tension avant la trêve des confiseurs

Lors du dernier conseil municipal de 2016 la tension entre les élus d’opposition et de la majorité était vive et perceptible.


« Vous faites du populisme sur le commerce de Perpignan ! »
Il s’agissait de voter une convention de partenariat avec la Caisse des Dépots et Consignations pour la rénovation, entre autres, de la place du « Pont d’en Vestit » (au croisement entre la rue Foch et des Augustins)La tension est montée d’un cran au conseil municipal de Perpignan quand, Xavier Baudry, élu d’opposition, a rappelé des chiffres « accablants » pour la ville tirés d’un rapport qui date de 2013. Un commentaire qui a visiblement agacé les élus de la majorité, Pierre Barbé, élu à l’office du tourisme, « j’en assez que vous dénigriez, systématiquement, le centre ville et ses commerçants, au lieu de participer à la valorisation des efforts qui sont faits pour les mettre en valeur ». Xavier Baudry se justifiant en déclarant qu’il ne dénigrait pas « le centre ville mais le travail des élus ». Stéphane Ruel, adjoint au commerce, de répondre « nous travaillons sur des chiffres plus récents et issus d’enquêtes de terrain plus précises ». Avant de conclure sont propos en accusant : « vous faites du populisme sur le commerce de Perpignan ! ». Une convention qui malgré les échanges houleux sera votée à l’unanimité.

L’occasion pour Jean-Marc Pujol de rappeler ses 3 axes pour le centre ville
Le maintien ou l’installation massive d’équipements public (le conservatoire, l’université…), le développement de l’attractivité en coeur de ville avec les animations, particulièrement le week-end et la volonté de se battre contre l’avis de l’État sur la possibilité de ne pas reconstruire après une destruction dans un secteur sauvegardé. « Je ne crois pas que l’on puisse laisser dans son jus des bâtiments qui n’ont aucun intérêt historique » rappelant le sort fait au presbytère en fin d’année 2015. Un presbytère qui a laissé l’espace pour une place dite « Méditerranéenne »


La majorité des dossiers votés à l’unanimité
Et notamment celui de l’installation de plantes grimpantes dans certaines rues du centre historique. Dossier que Virginie Barre, élue à l’embellissement du cadre de vie, est « particulièrement heureuse de porter ». Ou encore l’adhésion de Perpignan l’Association des Villes pour la Propreté Urbaine en 2017. Une adhésion d’un coût annuel de 1.600 € qui permettra à la ville d’obtenir des indicateurs de mesure et des aides au pilotage des moyens sur le terrain. Alain Ghebart, adjoint à la propreté urbaine, rappelait le plan sur trois ans mis en place. « Un plan qui commence à porter ses fruits » particulièrement en matière de dépôts sauvages d’encombrants sur la voie publique, avec une baisse de 40 tonnes par mois. « Ces chiffres encourageants sont le résultat d’une campagne de communication et de l’intervention sur le terrain des 5 agents de la brigade propreté ».

Prochain rendez-vous avec le conseil municipal le 9 février 2017.

71fa7a5cf5b549967ef00b8f41f400davvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv