Chômage Novembre 2017 – Les Pyrénées Orientales à contre-courant

Malgré une légère baisse du nombre de chômeurs dans la catégorie de référence, le nombre de personnes tenues de rechercher un emploi et sans activité reste élevé. Ils sont 36 080 en catégorie A, à fin novembre, contre 35 500 en novembre 2016 (+1,6% sur un an). À noter que, sur les trois derniers mois, le département des Pyrénées Orientales est le seul dont le nombre de chômeurs en catégorie A augmente (+ 1,9%). Les 12 autres département ont vu le nombre de personnes à la recherche d’un emploi baisser dans cette catégorie.

Occitanie – forte baisse du nombre de chômeurs en novembre
Ils sont 361 020 à rechercher un emploi à temps plein dans la grande région, une baisse de 1,2% depuis le mois d’octobre et de 2% sur trois mois. Ce nombre reste quasiment stable sur l’année.

La région qui montre une dynamique importante en termes de croissance (+1,6% selon l’INSEE) est boostée par des secteurs tels que l’aéronautique, la santé ou l’industrie cosmétique. Une dynamique qui ne parvient pas à enrayer les 11% de chômage, une moyenne entre des territoires inégalement touchés. La Lozère ne compte que 5,9% de chômeurs contre 14,3% dans les Pyrénées Orientales.

En France métropolitaine, une baisse mais…
Si le nombre de demandeurs d’emploi historiquement bas (depuis 2014) sur la catégorie A (3 712 200) pourrait sembler positif. Il faut cependant noter que sur l’ensemble des inscrits à pole emploi ce chiffre reste très élevé, avec 5 919 200 personnes inscrites dans l’ensemble des catégories A,B et C. Avec ses 9,4% de chômeurs (source Eurostat), la France se situe loin derrière les 7,4% de la moyenne européenne (portée par les 4% allemands). La France, fait partie des mauvaises élèves de l’Europe avec la Grèce, l’Italie, l’Espagne ou la Croatie.

Une nouvelle politique dans le contrôle des chômeurs
Le gouvernement d’Edouard Philippe préparerait une réforme du suivi des demandeurs d’emploi. Comme le suggère une note interne dévoilée par le Canard Enchaîné, le contrôle de l’activité des chômeurs serait renforcé pour favoriser leur retour à l’emploi. Ce document de travail prévoirait, entre autres, l’obligation pour le demandeur d’emploi de fournir un “rapport d’activité” destiné à vérifier qu’il met bien en oeuvre toutes les actions nécessaires à la recherche d’un emploi.

Des mesures que le candidat Emmanuel Macron avait déjà évoqué lors de la campagne présidentielle. Selon les experts, le gouvernement s’inspire des méthodes du Danemark qui ne compte que 5,6% de demandeurs d’emplois (Source Eurostat octobre 2017). Au Danemark, les chômeurs sont dans l’obligation de postuler 2 fois par semaine, de se rendre tous les mois dans leur job center. Et ils sont interdits de s’absenter sans autorisation de leur conseiller. Une méthode drastiquement efficace mais parfois mal vécue.

En France, le demandeur d’emploi n’est que très rarement contacté par son conseiller pole emploi et ses recherches d’emplois ne sont quasiment jamais vérifiées, en cause le très faible nombre de contrôleurs. Le nombre de ces derniers devrait passer de 200 aujourd’hui, à 1 000, après la mise en place de ce nouveau dispositif.

 

odio porta. suscipit dictum et, amet, luctus felis fringilla