#Européennes – Louis Aliot dément toute mise à l’écart de la liste RN

Selon un article paru ce matin dans le Canard Enchaîné titré “Européennes : complot de famille contre Le Pen”, Louis Aliot aurait été évincé de la liste des élections européennes. L’hebdomadaire dévoile une conversation qui aurait eu lieu le 17 octobre dernier entre Louis Aliot et Marine Le Pen. Cette dernière lui aurait opposé : Tu es mon compagnon, on m’accuserait encore d’être à la tête d’une PME familiale”.

Contacté ce jour, le candidat aux municipales de 2020, dément formellement cette prétendue mise à l’écart, rappelant sa décision de ne pas être candidat depuis le mois de décembre 2018. “Cet article est malveillant et je ne suis exclu de rien et je suis toujours au Rassemblement National”.

♦ Une affaire de famille ?

Un temps pressenti comme tête de liste des Européennes, il avait finalement choisi de prendre ses distances avec le Rassemblement National. “Perpignan est une ville à prendre, et pour ce faire nous allons nous en donner les moyens. C’est pour cela que j’ai pris la décision de me détacher des instances dirigeantes du parti”. Relire notre article du 17 janvier 2019.

Selon le Canard Enchaîné, suite à sa conversation avec la présidente du parti, Louis Aliot aurait demandé une contrepartie à sa non-candidature. Que le nom de Philippe Olivier, beau-frère de Marine Le Pen, ne figure pas non-plus sur la liste. Or, toujours selon le journal, ce dernier aurait exigé non seulement d’être candidat, mais encore d’être en position éligible.

Louis Aliot nous déclare qu’il s’agit de “fuites débiles qui viennent de quelques aigris qui traînent dans les instances du RN. Et qui mise à part les bavasseries anonymes dans la presse ou leurs comportements passés n’ont pas apporté grand chose au combat que nous menons avec Marine depuis maintenant plus de 10 ans”.

♦ La liste complète dévoilée le 17 avril 

La liste complète des 79 noms qui porteront les couleurs du Rassemblement National aux élections du 26 mai prochain sera dévoilée le 17 avril. Seuls les 12 premiers candidats ont jusque-là été annoncés. Malgré son jeune âge (23 ans), Jonathan Bardella parvient, selon les derniers sondages à positionner le Rassemblement National en deuxième position juste derrière le parti d’Emmanuel Macron. Les deux formations politiques sont respectivement créditées d’entre 22,5 et 23% (LAREM) et 20 ou 21% (RN) des intentions de vote selon les instituts de sondage.

ipsum pulvinar mattis nec porta. elit. ut suscipit vulputate,