Pol’Hebdo du 17 septembre l Hebdomadaire politique des Pyrénées-Orientales

France, Perpignan, 2017-02-09. Marie-Therese Costa-Fesenbeck at the municipal council with the municipal opposition RN, Catherine Pujol now deputy, and Xavier Baudry also regional councillor. The Perpignan local councillor and director of the CCAS is summoned to appear before the judge of the tribunal de grande instance with Steeve Briois, Jean-Francois Jalkh and Sophie Montel for complicity in public provocation to discrimination. Photograph by Arnaud Le Vu / Hans Lucas.

Au programme de ce Pol’Hebdo, une élue Rassemblement National poursuivie pour « provocation à la discrimination ». Et le porte-parole de EELV66 qui dénonce la déviation de Marquixanes et ses « 30 millions d’€ pour gagner 30 secondes ».

♦ « Priorité nationale dans l’accès aux logements sociaux »

La prédécesseure de Louis Aliot à la tête de la Fédération départementale du Front National, devenu Rassemblement National, est poursuivie pour avoir diffusé aux candidats FN, durant la campagne municipale de 2014, un livret incitant à « la discrimination nationale, raciale ou religieuse ».

L’affaire remonte à 2014, où la désormais élue de la majorité Marie Thérèse Costa-Fesenbeck était encore à la tête du FN66. À cette époque, l’élue avait diffusé auprès des candidats aux municipales le « petit guide pratique des élus municipaux FN » ; un livret également publié via le site internet FN66. Ce livret d’une centaine de pages, écrit sous la direction de Steeve Briois également poursuivi, était destiné à guider les futurs élus du parti d’extrême droite dans leur fonction au sein des conseils municipaux.

L’association La Maison des Potes, dirigée par Samuel Thomas, avait saisi la justice pour « provocation publique à la discrimination nationale, raciale ou religieuse ». Ce 15 septembre, le juge en charge de l’affaire a décidé de poursuivre les responsables de publication du livret, mais également Marie-Thèrèse Costa-Fesenbeck*. De son côté, le maire d’Hénin-Beaumont et vice-président du Rassemblement National Steeve Briois lance une pétition pour « dénoncer la censure » et une volonté de « museler (les) idées » du parti.

Selon Samuel Thomas, que la rédaction a joint par téléphone, ce guide « donne l’ordre aux futurs élus du FN de mettre en œuvre la préférence nationale. Même s’ils sont élus d’opposition, ils peuvent siéger dans une commission d’attribution de logements sociaux voire, dans un conseil d’administration d’un organisme de HLM« .

À noter que Madame Costa-Fesenbeck est, depuis l’élection de Louis Aliot, présidente du CCAS de Perpignan

07/02/2018, Perpignan, France, Marie-Thérèse Costa Fesenbech réunion élus municipaux opposition RN© Arnaud Le Vu / MiP
07/02/2018, Perpignan, France, Marie-Thérèse Costa-Fesenbeck, réunion des élus municipaux opposition RN © Arnaud Le Vu / MiP

Extrait du livret de l’élu FN, page 60 :

« Rappelez-vous que vous avez été élu(e) pour défendre des valeurs, des principes et des idées politiques précises (le programme de campagne). Dès lors, vous devez vous saisir de la tribune offerte par le conseil municipal pour mettre en avant les positions du Front National : A votre niveau d’élu(e) local(e), vous aurez à cœur de réclamer l’application des nombreux points du programme FN : sur l’immigration (ex : application de la priorité nationale dans l’accès aux logements sociaux)…. »

Petit Guide pratique de l'elu municipal RN

♦ EELV dénonce le projet de déviation de Marquixanes : « 30 millions d’€ pour gagner 30 secondes ? »

La route nationale qui dessert les hauts cantons est un sujet polémique depuis de très nombreuses années. Et la déviation de Marquixanes est un des points épineux. Cette commune de 550 habitants traversée par la RN116, depuis peu déléguée à la Région, souffre du trafic routier intense. Alors qu’il prévoyait initialement 150 M€ pour créer une déviation, le projet avait considérablement fondu dès 2016.

Désormais, le contournement de la commune se fera via une route à 1X2 voies et non 2X2 voies comme le prévoyait le projet de 2006.

En 2016, le Préfet de l’époque (Philippe Vignes) déclarait à propos de l’abandon de la 2X2 voies ; « Nous ne sommes pas en capacité de financer le grand projet imaginé dans un délai raisonnable. Nous avons préféré nous inscrire dans un travail réaliste ».

À ce jour, l’État prévoit d’investir 30M€ pour créer 1,7km de voirie et ainsi dévier le trafic de la commune de Marquixanes. Pour le parti écologiste EELV, cet aménagement entraîne des impacts forts. Et notamment « l’artificialisation de parcelles agricoles et zones naturelles ou une pollution sonore aggravée« .  

France, Villefranche-de-Conflent, 2021-06-15. Illustration of works on the RN 116. Photograph by Arnaud Le Vu / Hans Lucas.
France, Villefranche-de-Conflent, 2021-06-15. Illustration travaux sur la RN 116. Photographie de Arnaud Le Vu / Hans Lucas.

EELV dénonce les moyens investis pour un trop faible gain de temps.

Le porte-parole d’Europe Ecologie Les Verts dans le département, David Berrué, analyse le nouveau projet. « La suppression du passage à niveau sur la N116 permettrait raccourcir le temps de trajet entre Prades et Perpignan. Oui, mais seulement lorsque le passage d’un train bloque la circulation ! Le reste du temps, le gain de temps sur cet axe est estimable… à moins de 30 secondes« . 

  • 1,7 km à 80km/h = 1 minute et 16 secondes pour franchir Marquixanes avec le projet de déviation,
  • et 1,5 km à 50km/h = 1 minute et 48 secondes pour franchir Marquixanes actuellement

David Berrué s’interroge. « Un tel projet est-il justifié ?« . Et proposer une alternative, en conservant l’actuelle route nationale et « en travaillant à des aménagements susceptibles de fluidifier et sécuriser la circulation dans le village, améliorer sa desserte et y faciliter les déplacements, notamment piétons et cyclistes« .

Les propositions de EELV66 :  

  • le déplacement de l’arrêt de bus à la hauteur de la salle des fêtes, avec voie d’arrêt en site propre ;
  • la création d’un giratoire pour Eus et Arboussol ;
  • l’élargissement de la voirie en face le tabac, pour permettre une voie d’accès à son parking ;
  • l’élargissement de la voirie en face la rue Pailleret, pour qu’une voie dédiée permette de tourner sans gêner la circulation.

*Nous avons tenté en vain de joindre Madame Costa-Fesenbeck.
*CCAS : Centre Communal d’Action Sociale. 
Photo de Une. Septembre 2017, Marie-Thérèse Fesenbeck, Catherine Pujol et Xavier Baudry siégeant sur les bancs de l’opposition municipale.

Les Angles Conflent neige montage lac images illustration

// Sur le même thème

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances