fbpx
Aller au contenu
Accueil » Actualités » Brèves » Revue de presse du 27 mars l Ils ont parlé des Pyrénées-Orientales

Revue de presse du 27 mars l Ils ont parlé des Pyrénées-Orientales

France, Perpignan, 2021-12-12. Candidate Anne Hidalgo - First meeting of the 2022 presidential campaign for the Socialist Party. Photograph by Arnaud Le Vu / Hans Lucas. France, Perpignan, 2021-12-12. La candidate Anne Hidalgo - Premier meeting de la campagne des présidentielles 2022 pour le parti socialiste. Photographie de Arnaud Le Vu / Hans Lucas.

Au programme de la revue de presse de ce dimanche : De la Volta catalane à la caravane Présidentielle, Perpignan devient ville étape. Les propos racistes filmés durant un contrôle des douanes en gare de Perpignan mettent Perpignan à la Une des médias.

♦ La caravane de la Présidentielle 2022 passe aussi par Perpignan

⊕ Le Figaro / Ce que révèlent les déplacements des candidats

Meetings, réunions publiques, grands oraux… Chaque écurie de campagne a adopté sa stratégie pour aller à la rencontre des Français. «La rencontre d’un homme et d’un peuple.» L’expression est galvaudée mais elle illustre bien la dynamique d’une campagne présidentielle au cours de laquelle les candidats doivent aller au contact des Français. (…) De son côté, l’équipe de campagne de la socialiste Anne Hidalgo a décidé de labourer le terrain. « Depuis mars dernier, nous aurons fait 98 déplacements dans plus de la moitié des départements » ,

indique Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat. Un choix qui ne doit rien au hasard. (…) La candidate a souvent privilégié des villes socialistes ou écologistes. « Il est plus facile de monter des déplacements là où l’on a des amis » , reconnaît Patrick Kanner. « Si c’est pour aller dans une ville où le maire est hostile… » , renchérit à son tour Jean-Philippe Tanguy. « On préfère aller dans des villes dont on soutient l’action : la politique économique de Béziers ou la politique culturelle de Perpignan, par exemple. »

⊕ Le Parisien / La tournée anti-Le Pen de Gérald Darmanin

Voilà qui s’appelle marquer l’adversaire à la culotte. Alors que tous les membres du gouvernement se déploient aux quatre coins de France pour la campagne d’Emmanuel Macron, Gérald Darmanin, lui, a choisi son propre agenda et sa propre cible : Marine Le Pen. D’ici au premier tour, le ministre de l’Intérieur s’est concocté un programme spécifique sur les terres électorales de la finaliste à la présidentielle de 2017. Une dizaine de dates, qui, selon nos informations, vont l’emmener

dans le Nord, le Pas-de-Calais, l’Oise, la Somme, les Pyrénées-Orientales. Notamment à Perpignan, mardi 29 mars, uneville dirigée par le RN Louis Aliot, et où, ce n’est pas un hasard non plus, Marine Le Pen a également prévu de faire son dernier déplacement avant le 10 avril. Il devrait également se rendre à Calais, Hazebrouck, Denain, etc. Que des territoires où le parti lepéniste a systématiquement frôlé les 40 %, voire plus, lors des dernières élections.

https://twitter.com/le_Parisien/status/1506719578570768389

⊕ Le Parisien / Présidentielle : Éric Zemmour choisit une fin de campagne très symbolique à Vézelay

Le candidat de Reconquête achèvera sa campagne le jeudi 7 avril par une «ascension» vers la basilique de Vézelay, dans l’Yonne, avec les personnalités qui l’ont rallié. Il faut savoir finir une campagne. Celle de Valérie Pécresse s’achèvera par un meeting le 7 avril à Lyon, aux côtés du président d’Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez, populaire chez la base LR. Celle de Marine Le Pen se terminera, elle aussi, par un meeting le même jour à Perpignan, plus grosse ville de France dirigée par le RN. Éric Zemmour a, lui, décidé de terminer de façon différente et plus symbolique.

♦ Réfugiés Ukrainiens, le contrôle des douanes à Perpignan qui tourne mal

⊕ Le Parisien / «Dans deux minutes, ils vont voler, vous allez vous plaindre»: quand un douanier tient des propos racistes envers des ados ukrainiens dans un train

Cinq jeunes ukrainiens ont été victimes de propos racistes de la part d’un douanier à bord d’un train qui reliait Barcelone à Paris. Suite à la vidéo filmée par l’un des voyageurs, une enquête interne a été ouverte par le Ministère des Comptes publics dont dépend la douane. 9h10, ce dimanche 20 mars, le TGV inoui 9708 quitte la gare de Barcelone. Direction Paris. À bord de la voiture 11, cinq mineurs ukrainiens ont pris place aidés par les contrôleurs espagnols. Les parents, eux, faute de place, sont installés voiture 18. À 10h34, 2 minutes d’arrêt en gare de Perpignan. Sauf que les 2 minutes se transformeront en 40 minutes.

♦ Perpignan, étudiée comme un laboratoire de « la droite radicale »

⊕ Frankfurter Allgemeine Zeitung / Quand le Rassemblement national gouverne (article en Allemand)

A Perpignan, le Front national est au pouvoir depuis deux ans. L’ancien partenaire de Marine Le Pen, Louis Aliot, a promis la continuité. En visite dans une ville où l’on peut observer les stratégies de la droite radicale en matière de politique culturelle. Au petit matin, le murmure des palmiers le long de l’avenue. Le vent souffle en permanence depuis la mer. Stéphanie Diaz sort de l’ancienne loge de mer, aujourd’hui office du tourisme de Perpignan, et jette un coup d’œil attentif à la mairie voisine. Au-dessus de la porte flottent de nombreux drapeaux français, dont un européen et un jaune et rouge, aux couleurs de la Catalogne. Cela fait partie des nouvelles habitudes des habitants de la ville de passer et de vérifier si les deux drapeaux sont toujours là.

 

♦ La Volta catalane fait briller Perpignan

⊕ L’Equipe / Ben O’Connor gagne en solitaire la 3e étape du Tour de Catalogne et prend la tête du général

Ben O’Connor, opportuniste et victorieux. L’Australien de l’équipe française AG2R Citroën a remporté mercredi la troisième étape du Tour de Catalogne entre Perpignan et la Molina (161,6 kilomètres). Parti en solitaire à 8 kilomètres de l’arrivée, dans la montée de La Molina, le coureur de 26 ans n’a pas pu être rejoint par le peloton.

⊕ CFNews / Cotton Bird annonce son MBO

Les fondateurs de l’éditeur catalan de faire-part et carte de voeux de 17 M€ de revenus cèdent leurs titres à un duo de managers appuyé par le fonds Trajan Capital, majoritaire. Onze ans après sa création, Cotton Bird se prépare à ouvrir une nouvelle page actionnariale. Basé à Saleilles près de Perpignan avec un site à Lille, l’éditeur de faire-part et carte de voeux acte le passage de relais du couple fondateur Hector et Frédérique Cano.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances