fbpx
Aller au contenu

Revue de presse du 9 juin, ils ont parlé de Perpignan et des Pyrénées-Orientales

France, Perpignan, 2023-06-23. Debut d une serie d actions d Extinction Rebellion sur la thematique de l eau en France. Plusieurs militantes et militants sont enchaines aux grilles du cimentier Lafarge dans les Pyrenees-Orientales. L objectif de cette action, dite de desobeissance civile non violente, est, dixit le mouvement, de conserver l eau comme un bien commun accessible a toutes et tous, alerter sur la pollution liee à la construction. Ils denoncaient, entre autres a Perpignan, la pollution de l eau ou l artificialisation des sols. Photographie de Arnaud Le Vu / Hans Lucas.

Article mis à jour le 16 juin 2024 à 10:30

Au programme de la revue de presse du 9 juin 2024 ? Réflexion sur une urbanisation contestée. Blocage de la frontière franco-espagnole, retour sur l’été 1944. Extrême droite et Culture, Nasdas « presque » arnaqué, et l’Electrobeach annulé.

Vous l’avez manqué ? Lire ou relire la revue de presse du 2 juin.

Urbanisation et construction, la contestation gronde

BFMTv / « Il faut repenser le logement »: l’urbanisation dans les Pyrénées-Orientales de plus en plus contestée

Selon l’Insee, 27,9 % des logements étaient des résidences secondaires en 2020 dans les Pyrénées-Orientales. Insuffisamment régulée, l’urbanisation des dernières années dans les Pyrénées-Orientales fait l’unanimité contre elle, alors que l’eau manque dans ce département, mais défenseurs de l’environnement et élus locaux sont loin de s’accorder sur les réponses à apporter.

Twitter

En chargeant ce tweet, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter.
En savoir plus

Charger le tweet

Le Monde / Christine Leconte, présidente de l’ordre des architectes : « L’époque de la ville facile est révolue » 

Alors que son mandat arrive à son terme et que le projet de loi sur le logement abordable arrive au Sénat le 18 juin, la présidence du Conseil national de l’ordre des architectes appelle, dans un entretien au « Monde », à réparer la ville, et notamment à repenser les lotissements. (…) Des élus du Var ont suspendu les permis de construire faute d’une présence suffisante d’eau. Est-ce que cela doit être généralisé ? Doit-on encore construire en bord de mer ? Les réponses sont forcément territorialisées. Évidemment, on continuera à construire dans les Pyrénées-Orientales, même si le département est soumis à un fort stress hydrique. Sur le trait de côte, on peut proposer de belles maisons démontables qui peuvent rester là pour trente ans, et être déplacées après.

Blocage de la frontière par des agriculteurs en colère

France Info / Colère des agriculteurs : « On n’admettra pas que les camions soient bloqués, saccagés ou retournés », « nous respectons les normes », assure la Confédération marocaine de l’agriculture

Des agriculteurs bloquent sept points de passage le long de la frontière franco-espagnole, lundi 3 juin. Il n’y a aucune raison que les importations « qui respectent les normes environnementales et d’étiquetage » soient bloquées selon la Confédération marocaine. « On n’admettra pas que les camions soient bloqués, saccagés ou retournés » et « nous respectons les normes environnementales et les normes d’étiquetage », assure Youssef Alaoui, secrétaire général de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural, sur France Bleu Roussillon, lundi 3 juin.

Twitter

En chargeant ce tweet, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter.
En savoir plus

Charger le tweet

Le Monde / Les agriculteurs lèvent les barrages à la frontière entre la France et l’Espagne et se félicitent de leur « action coup de poing »

Tandis que l’action touche à sa fin, des centaines d’agriculteurs venus de plusieurs pays européens ont convergé mardi vers Bruxelles pour manifester contre la politique de l’UE. Le barrage est levé. Les agriculteurs français et espagnols ont mis fin mardi 4 juin dans la matinée, comme prévu, au blocage des points de passage transfrontaliers qu’ils occupaient depuis la veille pour réclamer notamment une énergie moins chère. Le trafic autoroutier était en train de reprendre progressivement, mardi midi selon des sources concordantes.

Twitter

En chargeant ce tweet, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter.
En savoir plus

Charger le tweet

Retour vers le passé, l’été 44 dans les Pyrénées-Orientales

Le Figaro / Été 1944: la vengeance et la rage de l’épuration

Femmes tondues et humiliées en public, règlements de comptes, exécutions sommaires: l’épuration a eu, au printemps et à l’été 1944, la nature d’une impitoyable guerre civile. L’expression « épuration sauvage », popularisée par Philippe Bourdrel dans un ouvrage publié en 1988, désigne les exécutions sommaires commises par milliers, sans jugement, avant ou après la Libération. Les historiens préfèrent parler d’exécutions extra légales même si beaucoup d’entre elles furent effectivement d’une sauvagerie attestée par les témoins, les survivants et les exécuteurs eux-mêmes. (…)

Si la Résistance, même modérée, appela au meurtre et à la vengeance, que dire du PCF, qui devait impérativement faire oublier la période de sa propre collaboration sous l’égide du double pacte germano-soviétique, apparaître comme LE parti des « patriotes » et préparer une hypothétique prise de pouvoir en éliminant notables et adversaires politiques ? « Cette révolution est la nôtre. Elle doit se faire dans le sang, le sang des traîtres et des collaborateurs », affirmait le président du comité départemental de Libération des Pyrénées-Orientales. Sans que cela soit explicitement et publiquement proclamé, le but était d’éradiquer, de réduire au silence par la terreur tous ceux qui pourraient faire obstacle à une prise de pouvoir par les communistes.

Twitter

En chargeant ce tweet, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter.
En savoir plus

Charger le tweet

Quel rapport entre extrême droite et Culture ?

Médiapart / Culture : quand l’extrême droite est au pouvoir 

Le 9 juin, les partis ultraconservateurs pourraient augmenter le nombre de sièges qu’ils détiennent au Parlement européen. Dans de nombreux pays du continent, l’extrême droite n’est plus seulement une menace, mais elle a atteint les sphères de pouvoir. Quelles sont les conséquences pour la culture ? Panorama. (…)

Dans les communes aux mains de l’extrême droite comme Perpignan, où Louis Aliot, vice-président du RN, a été élu en 2020, c’est essentiellement le patrimoine qui est mis en avant. L’école d’art, fermée en 2016 (par le maire UMP Jean-Marc Pujol), n’a pas rouvert, tandis qu’on expose une artiste « osant peindre comme les maîtres anciens ». Le Festival international du livre d’art et du film (Filaf) n’y a pas résisté, et a disparu en 2020 après dix années d’existence. Mais la réalité la plus saillante dans les fiefs du RN est, comme le rappelle La Marseillaiseau sujet de Beaucaire (Gard) ou Béziers (Hérault), que « la politique culturelle y est famélique ». Si elle n’est pas simplement condamnée à disparaître.

Twitter

En chargeant ce tweet, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter.
En savoir plus

Charger le tweet

Nasdas, victime d’une tentative d’arnaque

20 Minutes / Pyrénées-Orientales : L’influenceur Nasdas dépose plainte pour tentative d’extorsion

Une amie, qui aurait été séquestrée par des dealers marseillais, a contacté l’influenceur sur Snapchat pour lui demander de leur verser 30.000 euros. Sur Instagram, Nasdas est suivi par plus d’1,4 million d’abonnés. Récemment, l’influenceur, qui est devenu papa, a annoncé à sa communauté son intention de quitter « fin juin » un autre réseau social, Snapchat, sur lequel il a plus de 8 millions d’abonnées. Selon nos informations, Nasser Sari – son vrai nom –, a déposé plainte dimanche à Perpignan pour tentative d’extorsion de fonds.

Twitter

En chargeant ce tweet, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter.
En savoir plus

Charger le tweet

L’édition 2024 de l’Electrobeach victime collatérale de l’emprisonnement du maire du Barcarés

Le Figaro / Le festival électro Electrobeach annulé un mois avant son lancement 

Les organisateurs de l’évènement, qui devait se tenir du 14 au 16 juillet dans les Pyrénées-Orientales, font face à des «contraintes techniques insurmontables, combinées à des circonstances administratives complexes». Nouveau coup dur pour les festivals des Pyrénées-Orientales. Après le Greenland festival, annulé à la suite du désistement de plusieurs têtes d’affiche, c’est au tour de l’Electrobeach d’être annulé. À seulement un mois du lancement de son édition 2024, qui devait avoir lieu au lendemain du festival des Déferlantes, du 14 au 16 juillet, les organisateurs font face à des «contraintes techniques insurmontables, combinées à des circonstances administratives complexes», ont-ils expliqué sur les réseaux sociaux.

Twitter

En chargeant ce tweet, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter.
En savoir plus

Charger le tweet

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances