Vins du Roussillon – Le cru 2018 annoncé comme un “très-très” grand millésime

Philippe Bourrier, président du Conseil Interprofessionnel des Vins du Roussillon, l’annonce : le millésime 2018 sera “fruité, puissant, et élégant”. Le vigneron du domaine du château de l’Ou d’insister, “nos vins ont une caractéristique que tout le monde nous envie, la fraîcheur”. Une météorologie clémente, de la pluie au printemps et du soleil en été ont contribué à cette bonne année pour les vins du Roussillon. Des vins cousus-main qui profitent du focus apporté par “Perpignan Ville Européenne du vin 2019”

♦ La pluie providentielle du printemps 2018

Après des années de pluviométrie en deçà de la norme, les précipitations de mars 2018 ont été particulièrement bien gérées par les vignerons qui ont su “traiter correctement les maladies” confiait Philippe Bourrier. Le millésime 2018 “s’est épanoui avec le soleil du mois d’août et de septembre”.

Des conditions de vendanges optimales de mi-août à octobre 2018, avec la récolte des muscats, vite suivis par les autres cépages blancs, puis ceux servant à l’élaboration des rosés et des rouges.

Avec une belle qualité annoncée dès la fin de la récolte, Philippe Bourrier annonçait déjà : “le millésime 2018 appartient à la catégorie des grands millésimes du Roussillon. Les Vins Doux Naturels, de très belles notes de fruits frais, présageant des vins splendides que le temps saura magnifier. Sur les blancs, nous tenons un millésime magnifique. Les vins s’annoncent droits, francs et croquants avec de la fraîcheur et dotés d’une belle envergure. Même constat avec les rosés qui présagent de jolis vins fruités et légers. En rouge, les premières décuvaisons dévoilent un gros potentiel de complexité, une très belle matière souple et élégante portée par des tanins mûrs. L’équilibre entre acidité et alcool est vraiment prometteur. »

Après des volumes de production 2017 moindres, la récolte 2018 est prometteuse et pourrait dépasser les 700.000 hectolitres, en progression de 10%.

♦ Une politique de cousu-main pour les vins du Roussillon

Nicolas Ponzo, directeur du CIVR, déclinait la nouvelle politique de l’interprofessionnelle, celle de s’inscrire dans la “craft tendance*. Celle du haut de gamme, du bichonnage. C’est le cas, par exemple, des vins doux naturels. Mettre en avant les élevages longs et les millésimés anciens de la plupart de nos vins secs. Des vins secs produits dans des conditions de micro-terroirs très spécifiques avec des sols et sous-sols qui changent très vite au fil des quelques mètres qui séparent une parcelle d’une autre. Des topographies variées, des expositions diverses ou des masses d’air très différentes selon les secteurs”.

Tous ces éléments font du terroir “un élément majeur et indissociable” du patrimoine roussillonnais, au même titre que l’architecture, le paysage ou l’art.

♦ Perpignan Ville Européenne du Vin – Un focus pour affirmer et renforcer l’identité des vins du Roussillon

Perpignan est membre du réseau de villes européennes du vin Recevin, implanté dans 11 pays soit près de 800 villes. Recevin a pour but de défendre la richesse des territoires viticoles et leurs appellations d’origine, de faire entendre la voix de ces territoires au Parlement européen et auprès des institutions européennes.

“Les villes sont aujourd’hui les éléments attractifs des territoires, il y a donc un enjeu de pérennisation de la communication autour de Perpignan et des Vins du Roussillon. Perpignan Ville Européenne du Vin constitue de fait l’identité fédératrice d’une gamme d’événements qui ciblent des publics et des objectifs différents : public large couvert par des positionnements dédiés. Perpignan Ville Européenne du Vin constitue donc l’ombrelle d’une gamme évènementielle”

Prochain rendez-vous 18 avril 2019, 20h – Perpignan : La Nuit des Grenaches du Monde. Un tour du monde des grenaches accompagné par les chefs Toques Blanches du Roussillon. Découverte sensorielle et dégustation de l’ensemble des 800 vins présentés au concours.

♦ Les chiffres clé des vins du Roussillon

  • 20.900 hectares plantés. Objectif, passer de 15% de surface en bio aujourd’hui à 50% en 2025
  • 2535 exploitants dont 360 caves particulières et 29 caves coopératives
  • 620.000 hectolitres produits par an. Soit 35 hectolitres par hectare, un rendement en hausse. Mais qui reste inférieur aux autres régions viticoles françaises selon Philippe Bourrier
  • 80% de la production est composée de vins secs (58% de rouges, 28% de rosés, et 15% de blancs)
  • La production se complète avec 20% de vins doux naturels (VDN). Les vins doux naturels du département représentent 80% de consommation des VDN vendus en France
  • Le département compte 14 Appellations d’Origine Controlé (10 en vin sec et 4 en VDN) et 2 Indications Géographiques Protégées
  • Les vins doux naturels sont vendus essentiellement en France. Quand les secs sont exportés pour un tiers

*Craft est la traduction “d’artisanal”. Une tendance de fond qui s’allie avec le consommer local et de qualité.

quis, vel, tristique Donec elementum mattis ultricies venenatis id, velit,