Zapping de l’actualité des Pyrénées-Orientales | 14 octobre

30/04/2018, Paulilles, France, Vignes de bord de mer © Arnaud Le Vu / MiP

♦ Viticulture : vers une reprise des exportations des vins régionaux

Selon l’agence de développement économique Ad’Occ, après une année 2020 qui a subi une baisse logique des exportations, vu l’impact de la crise Covid sur l’économie et le marché du vin international, les exportations de vins de la région (AOC + IGP) sur les 6 premiers mois de l’année 2021 affichent une augmentation de +5,91% en volume ; et de +9,93% en valeur par rapport à la même période de l’année précédente. Elles retrouvent même leur niveau du 1er semestre 2019 en valeur ; avec toutefois un léger fléchissement en volume (-1,5%).

Quelques exemples d’évolution de marché à l’export en volume : Allemagne +5,5%, Danemark +25,7%, Suisse : +16%. Les États-Unis et le Canada affichent des performances remarquables sur les 6 premiers mois de l’année 2021. Tout comme les principaux marchés asiatiques, les exportations atteignant même jusqu’à +258% en volume et +219,64% en valeur en Corée du Sud. A contrario, les exportations au Royaume-Uni, devenu pays tiers, affichent une forte baisse sur le 1er semestre 2021 (-42,2% en volume, -27% en valeur). 

♦ Au deuxième trimestre 2021, la progression des effectifs salariés dans les Pyrénées-Orientales est la plus forte parmi les 13 départements d’Occitanie

+3,2% sur trois mois, après une hausse de 1,0% au trimestre précédent. Sur l’ensemble du premier semestre, 3.940 postes y ont été créés dans le secteur privé. Fin juin, l’emploi dépasse de 2,9% son niveau de fin 2019, avant le début de la crise sanitaire. Sur trois mois, l’emploi tertiaire est très dynamique (+3,8%) ; porté notamment par le secteur de l’hébergement-restauration dont les effectifs se redressent (+23,9%).

Ce secteur retrouve ainsi un niveau d’emploi supérieur à celui d’avant crise (+3,8% par rapport à in 2019).
L’industrie et la construction, dont l’emploi croît pour le cinquième trimestre consécutif, enregistrent de fortes hausses de leurs effectifs par rapport à in 2019 (+5,6% et +7,4%). Seul l‘intérim reste en retrait (-15,7 %).

Infographies © URSSAF Occitanie

♦ Construction et BTP : de bons indicateurs malgré la covid

La Cellule Économique Régionale de la Construction (CERCO) d’Occitanie, vient de rendre une étude très fine et, surtout, documentée quasi en temps réel (les chiffres ont été arrêtés en août 2021) intitulée « conjoncture de la filière construction » ; une étude qui examine à la fois le volume des chantiers en cours et la situation de l’emploi.

Les données statistiques (en %) ont été calculées sur une période de douze mois (septembre 2020- septembre 2021). Sur cette période, +10% (soit 48.000 logements) ont été autorisés à la construction en Occitanie ; ce qui équivaut à la moyenne nationale. En revanche, avec +14,4% de mises en chantier (soit 4. 200 logements) l’Occitanie se démarque de la statistique nationale où ce taux n’est que de +8,2 %. Idem pour les surfaces mises en chantier : avec 2,1 millions de m2 notre région affiche une croissance de 4,6 % ; alors que ce chiffre est en recul au niveau national (-1,7%). 

Une courbe qui pourrait s’inverser…

Quoiqu’en dessous de la progression nationale (+29 %) l’activité du secteur travaux publics enregistre un surcroît de 12% en Occitanie. En revanche, la tendance régionale est à la baisse en ce qui concerne les prévisions à trois mois (-5%) ; alors que ce même prévisionnel donne un indice national positif (+14 %).

L’emploi au diapason de cette dynamique. Les effectifs salariés ont augmenté de 4,2 % en région Occitanie (3,8 % en France). Par ailleurs, l’intérim dans la construction profite également de ce coup de fouet, avec une augmentation de 119,8% des recrutements (+130 % au niveau national). De même pour la création d’entreprises. Sur la période de référence, il y a eu 3.966 créations d’entreprises et 6.441 immatriculations en microentreprises. Enfin, le volume des défaillances a nettement régressé en Occitanie (-39,2 %).

27/04/2020, Perpignan, France, Illustrations Coronavirus Covid-19 vie quotidienne © Arnaud Le Vu / MiP

♦ Les Pyrénées-Orientales expérimentent la circulation inter-files

À titre expérimental, depuis le 2 août 2021 et pour 3 ans, la circulation inter-files (CIF) est autorisée pour les deux-roues et trois-roues motorisés circulant sur les autoroutes et les voies rapides, lorsque le trafic y est dense ; et ce dans 21 départements français. Du 12 au 14 octobre, des milliers de dépliants ont été distribués sur les parkings réservés aux deux et trois-roues motorisés situés à Perpignan.

Pourquoi cette expérimentation ? La circulation inter-files n’est pas autorisée par le code de la route ; mais elle est souvent pratiquée. L’expérimentation va permettre d’étudier les conditions dans lesquelles cette pratique pourrait être autorisée, sécurisée et enseignée.

Quelles routes sont concernées ? Sur les autoroutes et les routes à deux chaussées séparées par un terre-plein central et dotées d’au moins deux voies chacune ; où la vitesse maximale autorisée est supérieure ou égale à 70 km/h. Entre les deux files de véhicules situées les plus à gauche de la chaussée.

Les règles à respecter :

– La circulation inter-files se pratique à une vitesse de 50 km/h au maximum, avec un différentiel de 30 km/h par rapport aux autres véhicules.
– Lorsque le trafic se fluidifie et que les véhicules circulent à plus de 50 km/h sur au moins une des deux files, les deux ou trois-roues motorisés doivent reprendre leur place dans les voies.
– Avant de circuler en inter-files, le conducteur avertit de son intention les autres usagers.

Ce qu’il ne faut pas faire :

– Forcer le passage, ou tenter de passer si l’espace entre les véhicules n’est pas clairement suffisant.
– Dépasser un autre deux-roues ou trois-roues motorisé circulant devant soi, en inter-files.
– S’engager en circulation inter-files lorsque la voie est en travaux ou couverte de neige ou de verglas

♦ 6e édition de #MoisSansTabac : retour sur le tabagisme en Occitanie

L’Occitanie est l’une des régions les plus concernées avec 1.200.000 fumeurs quotidiens. Plus de la moitié des fumeurs déclarent vouloir arrêter de fumer… Le dispositif #MoisSansTabac est fait pour eux. Objectif ? Arrêter de fumer tous ensemble pendant un mois, en novembre. Ces 30 jours sont essentiels car ils multiplient par 5 les chances d’arrêter de fumer définitivement lorsque ce 1er défi est accompli.

En Occitanie, 30,3% des 18-75 ans fumaient quotidiennement en 2017 ; contre 25,4% au niveau national. La région Occitanie se situait au 3e rang en termes de prévalence tabagique derrière les régions PACA et Hauts de France.

Quel mode de consommation ? En 2020, la consommation moyenne en Occitanie de cigarettes manufacturées était de 8,4 cigarettes par jour et 4,3 pour les cigarettes roulées ; similaire donc à la France métropolitaine. La prévalence d’usage de la chicha était de 1,3% contre 2,3% en France métropolitaine.

Quelle mortalité attribuable au tabagisme ? Le tabac constitue la 1ère cause de décès en France. En Occitanie, la mortalité attribuable au tabac représente 12,8% du total des décès ; soit 7.325 personnes décédées des suites du tabagisme. Plus élevée chez les hommes (18,5%) que chez les femmes (7,1%).

Quid du tabac pendant le confinement des Français ? Selon les résultats de l’enquête CoviPrev du 30 mars au 1er avril 2020, parmi les 21,2% de fumeurs dans l’échantillon interrogé, 27% déclaraient que leur consommation de tabac avait augmenté depuis le confinement. Pour 55% d’entre eux, elle était resté stable ; et pour 19% elle avait même diminué. Les individus déclarant avoir augmenté leur consommation étaient quasiment tous déjà fumeurs avant le confinement (94%).

La hausse moyenne du nombre de cigarettes fumées déclaré par les fumeurs quotidiens ayant augmenté leur consommation était de 5 cigarettes par jour.

♦ Les navires de croisière reviennent à Palamós après un arrêt d’un an et demi en raison de la pandémie

Les navires de croisière sont revenus à Palamós (Baix Empordà) après l’arrêt de l’activité pendant un an et demi sur la Costa Brava en raison de la pandémie. Ce mardi, 600 touristes sont arrivés à bord du Marella Explorer 2 et ont passé neuf heures à Palamós ; avant de mettre le cap sur Palma de Majorque. Le directeur général des ports de la Generalitat, Pere Vila, a souligné qu’il s’agissait d’un jour important ; un jour symbolisant la reprise des activités de croisière dans la région de Gérone. Outre Palamós, les touristes Marella Explorer 2 ont également pu faire des excursions à Pals et Peretallada, Tossa de Mar et le musée Dalí à Figueres.

Le directeur se réjouit également des huit escales prévues cet automne entre Palamós et Roses. Avant le déclenchement de la pandémie, la Costa Brava avait accueilli 56.700 passagers.
D’une capacité de 1.814 passagers, le navire a accosté à Palamós avec 600 personnes ; soit 33% de sa capacité. Les restrictions qui limitent actuellement le nombre de passagers sur les croisières peuvent aller de 35% à 60%. Dans cette croisière, tous les voyageurs résident au Royaume-Uni ; ils ont dû justifier d’un calendrier de vaccination complet et ont été testés avant l’embarquement pour vérifier qu’ils n’ont pas été infectés par la covid-19.

♦ Biodiversité : les grues cendrées arrivent

Comme l’indique le groupe ornithologique du Roussillon dans une récente publication Facebook : Elles arrivent ! « Comme chaque année à pareille époque, les grues cendrées arrivent chez nous. Elles ne sont que de passage et nous survolent par grands groupes en direction du sud où elles iront passer l’hiver en Aragon ou en Extremadura. Parfois certaines s’arrêtent une nuit au bord de nos étangs pour s’y reposer avant de franchir les Pyrénées. Quel spectacle que ces grands vols en « V » filant vers le sud ! »

« Parfois, elles sont si bruyantes, qu’on les entend sans les voir si elles sont trop hautes dans le ciel. Les premières sont passées le 10 octobre et nous avons eu la chance d’observer plusieurs vols à Saint-Estève, Eyne, Reynès, Trouillas et Prats de Mollo. C’est par la Cerdagne ou par le Vallespir qu’elles franchissent les Pyrénées avant de basculer vers la Catalogne. Nous aurons l’occasion d’en observer jusqu’en décembre et certains jours favorables on peut en compter plusieurs milliers. Ouvrez les yeux et…tendez l’oreille ! »

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances