05/08/2020, Sainte Marie la Mer, Illustration mesures barrieres Covid-19 littoral Mediterrannee
/

Coronavirus | Premier bilan de santé des entreprises des Pyrénées-Orientales

LECTURE

Selon l’enquête réalisée par la Chambre de Commerce et de l’Industrie des Pyrénées-Orientales, 8 entreprises sur 10 du département se disent “fortement impactées” par la crise du Covid-19. 80% des sociétés déclarent “avoir enregistré une baisse de leur chiffre d’affaires comparé aux 5 premiers mois de 2019”. Pour 35% de ces professionnels, le chiffre d’affaires a baissé de plus de 70 % sur la période.

Quels sont les secteurs les plus impactés, les perspectives pour 2020, la saison touristique sera-t-elle sauvée ? Analyse de cette enquête avec Bernard Fourcade, président de la CCI.

♦ “Les entreprises du département sont encore dans une bulle”

Selon Bernard Fourcade, les dispositifs d’aide ont joué un rôle primordial. “On peut s’estimer heureux par rapport à d’autres pays. Nous avons un fort soutien de l’état, mais aussi de la Région”. L’étude montre que 8 entreprises catalanes sur 10 ont bénéficié d’un dispositif de soutien national. Les entreprises du département ont eu recours au chômage partiel pour 68% d’entre elles. Au 6 août, 9.435 entreprises ont sollicité l’activité partielle pour 68.630 salariés.

“On est encore dans une bulle. Les entreprises bénéficient encore du report de charges, du Prêt Garantie par l’État et du chômage partiel. Les difficultés viendront certainement en septembre ou octobre. C’est à ce moment-là que l’on comptera les points” lâche Bernard Fourcade laconique.

De même pour les aides région, 6 entreprises sur 10 ont fait appel aux dispositifs de la Région Occitanie.

Pour accéder à ces dispositifs qu’ils soient nationaux ou régionaux, les professionnels ont fait appel à leur expert-comptable ; et ce pour une grande majorité (76%). 60% des professionnels du département se disent “partiellement satisfaits” par les mesures d’urgence mises en place. Ils regrettent cependant l’absence d’accompagnement pour la demande d’attribution de ces aides.

♦ Quelles perspectives économiques pour la fin 2020 dans les Pyrénées-Orientales ?

Dans cette étude, 65% des entreprises “envisagent une baisse de leur Chiffre d’affaires (CA) par rapport à 2019”. Dans l’ensemble, les professionnels estiment à 31% la baisse moyenne de leur CA en 2020 par rapport à 2019.

Selon Bernard Fourcade, le secteur du bâtiment est pour le moment en phase de rattrapage des chantiers non réalisés durant le confinement. Le président de la CCI rappelle que le BTP est le secteur qui a pu reprendre le plus rapidement ; notamment via des dispositifs sanitaires spécifiques.

Les difficultés sont plus importantes pour le secteur de la nuit ; les établissements n’ayant pas pu rouvrir à ce jour. Car, comme le précise Bernard Fourcade, certains établissements réalisent la totalité de leur chiffre d’affaires sur les 3 mois d’été ; ce qui implique que l’année sera totalement blanche pour ces professionnels.

Un autre secteur particulièrement touché par la crise du Covid est celui de la viticulture. En effet, les non-ventes de vins, en grande partie liées à la fermeture des restaurants, entraîne un stock important chez les négociants et les caves particulières ou coopératives. À quelques jours de premières vendanges, les cuves sont encore pleines.

♦ Dispositif “Bons en avant”

Le président de la CCI précise également que les bons mis en place par la Communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée sont utilisés en grande partie auprès des viticulteurs locaux.

Pour rappel, la communauté urbaine a lancé dès le 15 juin l’opération “Bons en avant”. Cette opération d’un montant global de 687.000 € permet de distribuer des bons d’achat d’une valeur de 200 € et 500 € aux professionnels restaurateurs, traiteurs, bars et hôtels pour réapprovisionner leurs stocks en vue de la reprise de leur activité économique, notamment en privilégiant la production locale. Ce dispositif a pour objectif d’apporter un soutien au secteur de la restauration et de l’hébergement ; favorisant dans le même temps le circuit court et l’approvisionnement local.

Un restaurateur saisonnier déclarait : “Un KBIS, un formulaire et c’était réglé. Avec mon bon de 500€, j’ai appelé Laffage ; et ils m’ont livré en bouteilles pour le restaurant”. Charge au Domaine Laffage de se rendre à la CCI pour transformer son bon en liquidité ; sur le même principe que les chèques vacances ou les chèques-restaurants.

Plus d’information sur ce dispositif au 04.68.08.60.80 ou sur le site Bonsdachat-Circuitcourt.Perpignan-Mediterranee.org

♦ Quid de la saison estivale et des professionnels du tourisme ?

Pour Bernard Fourcade, cette saison ne sera pas à marquer d’une pierre blanche ; les professionnels du tourisme ne pourront pas rattraper les mois d’inactivité. Mais la saison semble en bonne voie ; surtout pour les professionnels qui comptent habituellement sur une clientèle française.

D’autres spécialistes du secteur du tourisme tiennent le même discours. Les tendances de cette saison sont moins mauvaises que celles projetées en avril 2020. À titre d’exemple, le département comptait en 2019 pour le seul mois de juillet 7 millions de nuitées, en 2020, la tendance serait de 6 millions de nuitées. Une baisse limitée par un réel pont du 14 juillet qui a favorisé les courts séjours, par une météo clémente et une actualité Covid moins anxiogène.

Les professionnels rapportent que la clientèle de proximité (dans un rayon entre 150 et 300 Km) compense en partie la chute de la clientèle étrangère. Même si aucun camping n’affiche un taux de remplissage de 100% comme à l’accoutumée en cette période de l’année. La tendance sur les mois de juillet, août et septembre pourrait afficher une baisse de 15% à 20% ; mais sur l’ensemble de la saison (avril à septembre) pourrait s’élever à 40% !

Pour Bernard Fourcade, il y aura des dégâts dans le secteur du tourisme ; mais les chefs d’entreprise “sont beaucoup moins stressés qu’au mois d’avril. Le moral va un peu mieux”.

Présente depuis quelques années, une tendance se confirme en 2020 : la réservation de dernière minute ; une propension qui s’accentue avec les incertitudes liées au Covid. “Les clients se décident à la dernière minute” ; avec une conséquence sur l’emploi. “On est sur de l’embauche de dernière minute”.

♦ À quelques kilomètres, la crise du Coronavirus impacte plus gravement les professionnels espagnols  

En Espagne, 1 emploi sur 10 est directement ou indirectement lié au secteur du tourisme. Le pays où le confinement a été l’un des plus stricts et le déconfinement particulièrement tardif, la manne financière apportée par les touristes fait défaut. En effet, les professionnels du secteur avaient un mince espoir de sauver la saison avec le mois de juillet. La reprise des cas de Coronavirus en Catalogne et les mises en garde des pays voisins sur leurs concitoyens sont une partie de la réponse à la baisse sans précédent des touristes en Espagne.

Les transactions liées aux achats par carte bancaire enregistrées par BBVA Research affichent une chute de plus de la moitié (jusqu’à 55%) des dépenses des étrangers sur le sol espagnol.

Le suivi des données en temps réel des transactions par CB permet une analyse fine de la consommation étrangère. Même si au mois de juin, une légère hausse de cette consommation pouvait faire penser à une embellie sur le front économique, les paiements par CB ont chuté net en juillet (par rapport à 2019). Preuve pour les auteurs de l’étude que les touristes qui fréquentent habituellement les côtes espagnoles ont choisi cette année de passer leurs vacances dans leur pays.

♦ Aides de l’État – Le point dans les Pyrénées-Orientales

  • Activité partielle : au 6 août, 9.435 entreprises ont sollicité l’activité pour 68.630 salariés. C’est le secteur du commerce qui compte le plus d’entreprises bénéficiaires de ce dispositif (2.280). Les secteurs du bâtiment et celui de la restauration et de l’hébergement sont respectivement 1.375 et 1.320 à bénéficier encore de ce dispositif.
  • Fonds de solidarité : cette enveloppe de 1.500 euros maximum a bénéficié aux petites structures dès le moins de mars ; avec un prolongement pour le mois de juin. Depuis le début,  36.228 aides ont été versées pour un montant total de 48 millions d’euros sur les Pyrénées-Orientales. Là encore, le premier secteur est le commerce suivi par celui de l’hébergement et la restauration et le bâtiment.
  • 550 millions d’euros de Prêts Garantis par l’État ont été consentis à 5.300 entreprises. Ce prêt a vocation à préserver la trésorerie des professionnels.
  • Des reports de charges sociales et fiscales sont encore en cours. À ce jour, les entreprises catalanes ont demandé le report du versement aux organismes sociaux et fiscaux de 12 millions d’euros.
  • Une aide exceptionnelle destinée aux artisans et commerçants est également mise en place. L’aide correspond au montant des cotisations de retraite complémentaire versées par les artisans et les commerçants sur la base de leurs revenus de 2018 et pourra aller jusqu’à 1250 €. Dans les Pyrénées-Orientales, au 6 août près de 9.700 aides ont été versées dans ce cadre pour un montant total de 7 millions et demi d’euros.

Cliquez sur ce lien pour retrouver l’étude complète de la Chambre de commerce et d’industrie des Pyrénées-Orientales.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances