En classe de CM2 dans les Pyrénées-Orientales, Emie, Sofiane, ou Nicolas expliquent le harcèlement

Le CDAD66 fait parler les enfants sur le harcèlement

En juin dernier, le président du tribunal de Perpignan nous présentait le dispositif* mis en place dans 7 classes des Pyrénées-Orientales. Objectif ? Amener les enfants entre 9 et 10 ans à parler à propos du harcèlement et plus particulièrement du harcèlement à l’école. Ci-dessous, les lettres écrites par Emie, Sofiane, Eva, Nicolas, Hugo, Romane, Lisa et Alice et les dessins sur les enveloppes des enfants. Chacun exprime avec ses mots, ses couleurs ou son dessin ce qu’est le harcèlement ou la discrimination. La peine et la tristesse que peut ressentir la victime, mais aussi les remords du harceleur ou du spectateur. Les enfants rappellent aussi les bons réflexes à avoir, prévenir un adulte dans l’entourage de l’enfant ou téléphoner au 3020.

♦ La classe de Mme Roynel à Espira de l’Agly  choisie la lettre de Hugo et l’enveloppe de Louane élèves à Saint Feliu d’Amont

« À Saint-Féliu d’Amont, le 21/05/21. Cher Papa, je ne te l’ai jamais dit, mais je me fais harceler. Tom me harcèle depuis 3 ans, il me disait des insultes, il me dit que je suis moche, que personne ne m’aime et je commence à le croire. Dis-moi la vérité. Est-ce que je suis moche ? Je me sens mal dans ma peau, j’ai aucun ami, même la maîtresse ne me croit pas quand je lui dis. C’était pour te dire que moi je t’aime mais c’est pas grave si tu ne m’aimes pas ».

♦ La lettre d’Emie en CM1 à Estagel choisie par la classe de Corneilla la Rivière

« Hier, on a eu l’intervention d’une association. Il y avait deux personnes. Audrey qui est psychologue et Mathieu juriste. Ils font partie de l’association France Victime 66. Ils nous ont expliqué tout sur le harcèlement. Moi j’ai ressenti de la peine pour ceux qui le subissent. Pour que le harcèlement s’arrête, il faut en parler à n’importe quel adulte. Le numéro de l’association est le 3020. Bonne continuation. Emie, élève de CM1 à Estagel

♦ La classe d’Espira de l’Agly de Mme Gomez choisi la lettre d’Eva de St Feliu d’Amont

« Cher élève, je ne suis pas là pour te harceler ENCORE. Tu te dis sûrement que j’ai retrouvé ton adresse pour te harceler, alors que tu as déménagé il y a longtemps à cause de MOI. Mais non, je suis là pour M’EXCUSER. Ça peut te paraître bizarre, mais je n’arrête pas de penser à TOI et à mon comportement envers toi que tu n’as pas mérité. Tu es une personne MAGNIFIQUE. Je pense à toi car il y a une nouvelle élève qui vient de rentrer dans notre école (tu te souvient l’école où tu étais) et ils ont commencé à la harceler. Mais moi j’étais dans les spectateurs. Mais j’étais la seule à ne pas rigoler, je pensais à toi, beaucoup à toi. Je n’ai pas eu la force d’aller le dire aux adultes, tellement je pensais à toi. Ça ne s’est toujours pas arrêté, mais maintenant que je t’ai parlé, je vais pouvoir le dénoncer. J’espère que tu te portes bien, que tu as beaucoup d’amis. Et que tu ne te fais plus harceler. Je m’excuse encore. Et n’oublie pas que tu es une personne MAGNIFIQUE. Je t’embrasse et porte toi bien ».

♦ Estagel choisit la lettre de Nicolas de Saint Laurent de la Salanque

« Je m’appelle Nicolas, je suis à l’école Joseph Cortada en classe de CM1. Je vais vous parler de l’association France Victimes 66 dont le but est d’aider les personnes victimes d’infractions pénales comme le harcèlement. Le harcèlement c’est une personne qui insulte et frappe tous les jours. Et dont le but est de ridiculiser cette personne. L’association France Victime 66 permet de remonter le moral aux personnes harcelées et de trouver des solutions pour que ça s’arrête. Il ne faut pas confondre le harcèlement avec la violence. La violence ce sont des coups de poing, des insultes mais pas tous les jours. Le harcèlement est répétitif. J’ai appris qu’à l’âge de 13 ans, on pouvait aller en prison. Je trouve que l’intervention était intéressante. J’ai eu la chance de ne pas me faire harceler. Pour lutter contre ça, je propose d’aller en parler à sa famille et à ses professeurs. Et si ça ne fonctionne pas, d’aller porter plainte ».

♦ Saint Feliu a choisi la lettre de Romane en classe avec Mme Roynel à Espira de l’Agly

« Bonjour, mardi 1er juin, deux intervenants sont venus nous parler du harcèlement physique, moral, sexuel ou encore verbal. Ce que j’ai compris, c’est que le harcèlement n’est pas bien et peut même être puni par la loi. Et ça m’a fait du bien d’en parler. Je pense que pour lutte contre le harcèlement, il faut en parler avec la maîtresse, à tes amies, à tes parents ou à la directrice. Si tu es témoin, il faut dire ce que tu as entendu. Et demander à la personne qui se fait harceler si ça va, si il ou elle a besoin d’aide. Et maintenant que je sais ce que je dois faire quand quelqu’un se fait harceler ou si je me fais harceler. N’OUBLIE pas le numéro du harcèlement, c’est le 3020. Romane ».

♦ Latour de France sélectionne l’enveloppe de Mohammed et la lettre de Sofiane d’Estagel

« Chers camarades, ce matin, il y a eu une intervention de France Victimes 66 avec Agnès et Matthieu. Ils nous ont appris beaucoup de choses sur le harcèlement. Nous avons appris qu’il y avait plusieurs sortes de harcèlement. Ils faisaient tous les mêmes souffrances. En CE2, quand j’avais 8 ans, un copain se faisait harceler à cause de son nom de famille. Ils le poussaient, l’insultaient et se moquaient de lui. Ça me faisait de la peine et quand je les voyais tous se jeter sur lui, je trouvais ça totalement idiot. J’allais presque tous les jours lui demander s’il allait bien, mais il ne disait jamais rien. Mais un jour, ça s’est arrêté tout seul ». 

♦ Saint Laurent de la Salanque choisit la lettre de Lisa d’Estagel et l’enveloppe de Naomie d’Espira de l’Agly

« Stop au harcèlement. Hier une association qui s’appelle France Victime 66 est venue nous parler du harcèlement. Ces deux personnes nous ont montré que petite vidéo. Moi j’ai ressenti un peu de peine pour le petit garçon harcelé. Personnellement, je ne connais aucune personne qui s’est faite harceler à l’école, mais ma cousine a une amie qui s’est fait harceler sur les réseaux sociaux. C’est pour ça que pour moi c’est important d’en parler. Si des personnes harcèlent c’est parce qu’elles-mêmes ne se sentent pas bien. Bonne continuation ».

♦ Lettre d’Alice de Corneilla de la Rivière

« Stop à la discrimination ! Je t’envoie cette lettre pour te parler d’une chose grave, le harcèlement. Est-ce que tu ressens la même chose que moi ? Envie de pleurer par exemple. Moi j’ai jamais vécu ça, j’espère que toi aussi. Ça peut être partout, même sur les réseaux sociaux. Je ne comprends pas pourquoi ça existe. Les gens ne comprennent rien. Ça se voit que c’est pas gentille. Mais si ça arrive à quelqu’un que tu connais dès que tu peux, IL FAUT EN PARLER. Car des gens peuvent se suicider. Merci de m’avoir lu. Alice Brunet »

♦ Les enveloppes de Rémi et de Pauline de Latour de France

Les enfants de la classe de Latour de France ont oublié d’insérer leur lettre, mais leurs enveloppes colorées sont bien arrivées à destination.

// Sur le même thème :

*Dispositif porté par le Centre Départemental d’Accès au Droit des Pyrénées-Orientales

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances