Jean-Marc Pujol fait le vœu de toujours aimer Perpignan

Des vœux que Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan, a voulu participatifs avec la quasi-totalité du Conseil municipal sur l’estrade derrière lui. Notamment des représentants d’opposition, dont Louis Aliot. Jean-Marc Pujol qui, le matin même, avait harangué la foule de Gilets Jaunes sur le parking du Parc des Expositions. Une cérémonie des vœux devant une assemblée d’environ 2500 personnes, parmi lesquelles une délégation de Gilets Jaunes venue partager la galette avec le Maire de Perpignan.

♦ Comme une exhortation à aimer Perpignan 

“Perpignan sera cette ville rayonnante et dynamique que nous construisons chaque jour tous ensemble pour notre avenir commun et que nous léguerons à nos enfants. Nous avons de magnifiques perspectives d’avenir, de promesses de bonheurs, de développement, de prospérité. Pour cela, nous devons aimer Perpignan, nous devons travailler pour Perpignan, nous devons nous mobiliser pour lui donner le meilleur de nous-mêmes”.

Loin du pessimisme affiché quant à la situation nationale “dont les réformes trop longtemps ajournées … ne peuvent pas s’imposer dans une France qui souffre et qui a perdu ses repères”. Jean-Marc Pujol a préféré décliner sa volonté de “bâtir et recréer du lien social”. Celui qui est aussi président de Perpignan Méditerranée Métropole a martelé sa vision politique de “faire de Perpignan une destination”. Selon celui qui se présente pour 2020 comme un rassembleur, il ne s’agit pas que “d’un slogan, mais d’un vrai projet de développement”.

Une allusion aux opposants politiques qui s’annoncent pour la bataille municipale de 2020 et qui préfèrent “les attaques stériles” et “ont un avis sur tout, mais ne font jamais rien au final”. Jean-Marc Pujol préfère rappeler que son équipe “suit le chemin tracé, celui de la feuille de route”. Le premier magistrat décline les investissements, “pour plus de proximité”, avec les réunions de concertation, les cafés citoyens et les enquêtes de porte-à-porte.
Investir aussi dans un espace urbain “plus agréable”, grâce aux liaisons douces, rappelant au passage que “la ville plante deux fois plus d’arbres pour aller à la suppression des sujets malades”. Investir aussi pour “sensibiliser à la propreté urbaine” mais pas seulement, Jean-Marc Pujol entend également sanctionner les contrevenants grâce à la Force Action Propreté.

♦ “Perpignan ville de rencontres, Perpignan ville d’échanges, Perpignan ville de dialogues”

Par cette déclaration, Jean-Marc Pujol faisait allusion à la 3ème exposition temporaire du Grand Rigaud. Une exposition intitulée “face à face”. Exposition voulue comme un dialogue entre deux grands sculpteurs du XIXème siècle, Auguste Rodin et Aristide Maillol, qui se tiendra du 22 juin 2019 au 3 novembre 2019.

Un dialogue comme une discussion ouverte qui “aide à mieux appréhender [les] attentes et permet aussi de mieux comprendre les difficultés auxquelles nous sommes confrontés dans l’exercice notre mandat”. Pour que, martèle-t-il, l’individualisme ne l’emporte pas sur le bien vivre ensemble.

id accumsan porta. libero ut fringilla eleifend Phasellus adipiscing commodo facilisis