fbpx
25/05/2020, Perpignan, France, Illustrations banques alimentaires secours populaire © Arnaud Le Vu / MiP / APM

Le “fonds de solidarité cantine” mis à disposition de la banque alimentaire et des associations

LECTURE

Certaines associations d’aide aux précaires affichent une hausse de 30% du nombre de leurs bénéficiaires. Pour d’autres, la baisse des bénévoles ou des dons a perturbé la distribution alimentaire. Alertée par le Secours Populaire, la Croix Rouge ou les Restos du Cœur, la Région Occitanie a fait le choix de réorienter son fonds de solidarité cantine.

♦ 2.400 lycéens boursiers catalans bénéficiaires du fonds de solidarité cantine

Compte tenu de la fermeture des lycées, la Région a réorienté son aide de 1,2 M€. Dans notre département, l’allocation octroyée aux 2.400 élèves boursiers a permis de diversifier les paniers d’aide alimentaire ; 5 nouvelles denrées fraîches sélectionnées avec la Chambre d’Agriculture. Douze tonnes de tomates, concombres, abricots, viande et yaourts produits dans les Pyrénées-Orientales complètent désormais le dispositif ; un panier habituellement composé essentiellement de produits secs.

♦ Le repas à la cantine, “un filet de sécurité pour les familles” 

Alors que les écoles, collèges et lycées sont clos depuis le 13 mars, les familles ont vu leur budget alimentation exploser ; des ménages qui bénéficient d’habitude d’un repas à la cantine à coût réduit. Vu le contexte économique, ces mêmes foyers ont vu leur budget rogné ; notamment par le chômage partiel et les contrats non renouvelés. Plus de dépenses, moins de recettes, l’équation est mortifère. Jusqu’à maintenant, ces familles n’avaient jamais dû faire appel à l’aide alimentaire. Honteusement, elles se retrouvent à grossir les rangs de ceux qui toute l’année sont dans la précarité sociale.

♦ La Banque alimentaire, chef de file logistique de l’aide alimentaire dans les Pyrénées-Orientales

Rendez-vous était donné au Secours Populaire ou aux Restos du Cœur dans les entrepôts de la Banque Alimentaire pour assister à l’acheminement des denrées vers les différentes associations. En tant que plateforme logistique, la Banque alimentaire fournit près d’une soixantaine d’associations et Centre Communaux d’Actions Sociales en lien direct avec les bénéficiaires. La Banque alimentaire a aussi, en lien avec la Croix Rouge 66, un rôle d’accompagnement. Chaque année, elle aide 20.000 bénéficiaires, notamment grâce au fonds de l’Europe ; mais aussi grâce aux denrées collectées auprès des magasins de la grande et moyenne distribution.

Un rôle primordial comme le rappelle Aurélie Robic responsable du Secours Populaire 66. Cette dernière insiste également sur les nouveaux profils des personnes qui viennent frapper à la porte des associations.

Depuis le début de la crise, certaines familles monoparentales ou travailleurs précaires n’ont plus d’alternative ; alors qu’ils parvenaient à boucler leur budget grâce à la débrouille. Idem pour les petits commerçants insiste la responsable des Restos du Cœur 66.

♦ “Le plus dur sera de durer” selon la représentante des Restos du Cœur 66

Toutes les associations présentes à cette distribution de produits frais sont formelles : “la crise sanitaire et la crise économique qui l’accompagne” sont très graves. Et le plus difficile viendra à l’automne quand les aides exceptionnelles et les bonnes volontés mises en place vont se tarir. “Nous devons travailler sur la durée” insistent Les Restos du Cœur ; l’association de Coluche qui a vu le nombre de ses bénéficiaires augmenter de 30% depuis le début de la crise du Coronavirus.

♦ Un panier solidaire local – Mise en pratique du circuit court

Pour Agnès Langevine, vice-présidente écologiste de la Région, cette action est “la démonstration de la solidarité mise en œuvre dans les territoires“. Pour celle qui est aussi candidate aux municipales de Perpignan, “les paniers solidaires conjuguent deux types de soutiens : le soutien aux familles de lycéens boursiers et celui des producteurs locaux ; afin qu’ils puissent écouler leur production localement”.

Agnès Langevine insiste : “même si on parle de circuit court, dans les faits ce n’est pas toujours aussi simple d’acheter localement en grande quantité”.

Carole Delga, présidente de la Région, le rappelle. « Avec « Bien Manger pour tous », nous avons souhaité répondre à une double problématique. D’une part celle de nos agriculteurs et producteurs privés de débouchés depuis la mi-mars et qui peinent à écouler leurs productions ; d’autre part, celle des associations d’aide alimentaire confrontées en quelques semaines à une augmentation très forte des demandes. Cette opération sera menée sur les 13 départements d’Occitanie, avec plusieurs distributions prévues jusqu’à l’été d’ici fin juin”.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances