fbpx
Aller au contenu
Accueil » Interviews » Michaël Goudemand, l’excellence universitaire et sportive du Dragon Catalan

Michaël Goudemand, l’excellence universitaire et sportive du Dragon Catalan

Michaël Goudemand, l'excellence sportive et universitaire du Dragon Catalan

Article mis à jour le 21 janvier 2023 à 07:45

Le troisième ligne des Dragons Catalans a obtenu son master 2 de droit civil en décembre dernier. Durant deux ans, le joueur de rugby a jonglé entre ses études et sa carrière sportive. Avec succès.

Michaël Goudemand est un homme soulagé et « extrêmement fier »

Depuis quelques semaines, il peut désormais entièrement se consacrer à sa passion (et son activité professionnelle) : le rugby à 13. En décembre dernier, le joueur des Dragons Catalans a obtenu son diplôme de Master 2 de droit civil à l’université de Perpignan. Un cursus qu’il a commencé après trois ans de pause d’études, et qu’il a suivi exclusivement à distance, contraint par les entraînements et les matchs. «On m’appelait le fantôme de la promo», sourit-il.

Le troisième ligne ne cache pas qu’il lui a fallu beaucoup de détermination pour mener à bien ces études : « chez les Dragons, on s’entraîne le matin jusqu’à 13h. Puis je déjeunais et je me consacrais au travail de 16h à 19h environ. Le plus dur, c’est de s’y mettre, chaque jour, après l’entraînement. Car, en tant que rugbyman pro, on pense sans cesse au présent et pas au futur. On peut avoir tendance à se dire que ce n’est pas grave si on rate tel examen, car il nous reste encore plusieurs années sportives devant nous… »

Certaines tâches, comme la rédaction de son mémoire de fin de Master, ont été ardues

«J’étais seul contre moi-même. Les quelques étudiants que je côtoyais, c’était juste pendant les examens, c’était compliqué… Entre le rugby et la vie privée, j’essayais de bosser en avance pour éviter de prendre du retard». Et le jeune homme de reconnaître «c’est vrai que j’avais pas trop de vie avec les entraînements et les études la semaine, et les matchs le week-end . Mais il ne lâche rien, «harcèle» certains professeurs pour avoir certaines informations.

Michaël Goudemand a pu bénéficier du soutien de ses coéquipiers : «en période d’examen, ils me voyaient bosser mes cours dans le bus ou l’avion (l’équipe se déplace en Angleterre une semaine sur deux dans le cadre de la Superleague, ndlr), ils venaient me parler, et m’encourageaient».
Sa persévérance, le jeune rugbyman la doit aussi beaucoup à sa famille : «mes parents m’ont beaucoup poussé».

Malgré un emploi du temps chargé et les difficultés du travail à distance, Michaël ne voit que des bénéfices à ces études prolongées. D’abord pour s’assurer un avenir professionnel : «J’ai beaucoup discuté avec d’anciens rugbymen… Il faut penser à l’après carrière », souligne celui qui souhaite devenir avocat ou juriste. Mais aussi pour son équilibre personnel : « ça m’a fait penser à autre chose que le rugby… ça m’a appris quand même pas mal de notions.»

Et ce sport et ses valeurs lui ont aussi permis de tenir dans les moments difficiles : «Dans le rugby, il faut travailler dur tous les jours, peu importe la météo et l’état de forme … Et ça je l’ai retrouvé dans mes années d’études ; quand je n’avais pas envie, je me forçais à me mettre au travail».

Michaël espère que son cas pourra motiver d’autres jeunes sportifs qui espèrent pouvoir poursuivre des études longues en même temps que leur carrière sportive. «Il faut surtout une bonne organisation», assure le troisième ligne qui reconnaît que l’université de Perpignan a été très arrangeante avec sa situation particulière.

Et maintenant ? «Je prends une année sabbatique pour profiter du rugby et m’y mettre à fond». Puis, avant l’école d’avocat, Michaël n’exclut pas de passer un deuxième Master, en droit du sport cette fois.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances