fbpx
Rentrée solennelle tribunal de commerce Grau Aliot

Municipales Perpignan – Le député En Marche se désiste pour faire barrage à Louis Aliot

LECTURE

 Romain Grau, député La République En Marche, était arrivé 4e avec seulement 13,17% des suffrages au soir du 15 mars. Il se prononce ce 28 mai pour un “retrait républicain”. 

♦ Romain Grau refuse que Louis Aliot n’accroche Perpignan à “son tableau de chasse”

Dans un communiqué adressé ce jour aux rédactions, Romain Grau s’est enfin déclaré. Le candidat ne peut pas “se résoudre à voir le Rassemblement National de M. Aliot” faire de Perpignan “un laboratoire de l’idéologie populiste d’extrême-droite”.

Pour Romain Grau, “Perpignan a besoin de solutions permettant de répondre aux lourdes difficultés des Perpignanaises et des Perpignanais” ; mais aussi aux “enjeux” à venir. “Ces solutions, le RN, qui ne cesse d’opposer les uns contre les autres, il ne les a pas”.

Romain Grau insiste ; “ce parti n’est mû que par le désir d’accrocher une ville de plus de 100.000 habitants à son tableau de chasse”. Tout en rappelant que “la solution de responsabilité et d’exigence républicaine […] ne peut malheureusement consister que dans un retrait républicain pour ce second tour”.

Pour le député de la 1ère circonscription, il s’agit du seul moyen “de faire barrage à M. Aliot”.

♦ L’ancien premier adjoint du Maire sortant ne cite à aucun moment Jean-Marc Pujol

En 2014, Romain Grau avait été élu sur la liste de Jean-Marc Pujol. À la faveur du désistement de la gauche, ce dernier avait remporté l’élection contre Louis Aliot. L’actuel député Rassemblement National était déjà sorti déjà à l’époque largement en tête du 1er tour ; avec 34,19% des suffrages exprimés. Or en 2020, Romain Grau, ceint de sa nouvelle étiquette de député LREM acquise en 2017, avait fait le choix de faire cavalier seul ; persuadé d’incarner le changement nécessaire pour Perpignan.

Malgré le ralliement de plusieurs anciens soutiens de Jean-Marc Pujol*, le pari de l’ancien adjoint s’est avéré décevant. Il n’est parvenu à convaincre que 3.425 électeurs dans un contexte de grande contestation de l’étiquette présidentielle. Vox Populi, vox Dei ; une expression latine que le député aime à citer.

Ce jeudi 28 juin, le député Romain Grau fait le choix de ne donner aucune consigne de vote en faveur de son ancien allié ; ou d’une possible autre alternative**.

Jean-Marc Moulin, en 39ème position de la liste de Romain Grau, s’insurge. “Se retirer de la sorte sans même s’abstenir d’appeler à voter indirectement Jean-Marc Pujol, c’est en fait offrir le passage libre sur la dernière marche qui doit conduire le Front National à la Loge”. L’universitaire signe son commentaire sous la publication du renoncement de sa tête de liste d’un laconique “Jean-Marc Moulin, colistier trahi par M. Grau“.

Pour le moment, aucun des protagonistes n’a réagi publiquement à ce désistement.

*Parmi les anciens colistiers de Jean-Marc Pujol en 2014, Michel Pinell, Isabelle de Noëll-Marchesan, Brice Lafontaine, Josiane Cabanas avaient fait le choix de suivre Romain Grau sur sa liste pour les Municipales de 2020.

**La candidate écologiste Agnès Langevine, arrivée 3e au 1er tour, ménage encore le suspense sur sa possible participation au second tour de scrutin.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances