Nathalie Loiseau, Ministre des affaires européennes, à l’écoute des professionnels du Pays Catalan

Nathalie Loiseau a d’abord entendu les viticulteurs, dans une rencontre à huis-clos avant de débuter la concertation citoyenne. Une concertation menée en concomitance dans les 27 pays d’Europe auprès de 460 millions de citoyens de l’Europe. L’objectif pour la Ministre ? Débattre et entendre les questionnements et les propositions quant à la vison de l’Europe. Un débat pour répondre à la question : “Que veut dire être européen ?”. Pour participer, un site de référence est accessible : Toute l’Europe. Eu

L’échange avec les professionnels du Conseil Interprofessionnels des Vins du Roussillon (CIVR), présidé par Philippe Bourrier a été très cordial. Ces derniers ont interrogé la Ministre sur trois points, les glyphosates, la Politique Agricole Commune et la compétitivité transfrontaliere. Interrogés par nos confrères de France Bleu Roussillon, les professionnels du vin se déclaraient “assez contents de la rencontre”, qualifiant la Ministre de “disponible et à l’écoute”.

La Ministre résumait quant à elle la réunion en dévoilant à la presse les sujets évoqués le matin avec les viticulteurs : “Nous avons parlé des sujets liés à la réglementation, aux glyphosates. Des exportations de vin et de la valorisation de l’image des vins d’ici. J’étais là aussi pour expliquer et donner les orientations de l’Europe et rappeler que l’autosuffisance et la sécurité alimentaire ne sont pas des combats d’arrière-garde”.

Avant la rencontre avec le CIVR, une prise d’images a été organisée dans une vigne biologique en cours de vendanges. La Ministre, Hermeline Malherbe Présidente du Conseil Départemental, et Romain Grau (député de la 1ère circonscription des Pyrénées-Orientales) se sont prêtés pour les caméras au jeu de la cueillette du muscat petit grain.

♦ Une concertation pour entendre le “syndic de copropriété Europe”

“Nous ne sommes pas des Euro-béats. Quand on parle défi migratoire, de dérèglement climatique, ce sont des sujets transnationaux et qui n’ont pas été suffisamment traités. Mais l’on note surtout une très grande déconnexion entre l’Europe et ses citoyens”.

Pour la venue de la Ministre, la FDSEA¹, l’Union pour les Artisans et l’Union pour les Entreprises, constitués en alliance économique ont organisé la réunion publique autour de trois sujets principaux :

  • La concurrence déloyale, liée à la distorsion des normes sociales et fiscales entre les Etats de l’Union Européenne (UE)
  • Manque de réciprocité entre les Etats membres de l’UE, notamment pour les artisans taxis
  • Empilement de normes, en particulier pour les agriculteurs

Dans la salle, Maïté Sanchez-Schmid, député européenne de 2009 à 2014, semblait enthousiaste à propos de cette consultation, “Mais est-ce que cela va aboutir ? C’est aussi le genre de réunion que j’organisais durant mon mandat. Ce sont les mêmes problématiques que j’entendais déjà à l’époque. J’ai même établi un rapport avec la Sénatrice Fabienne Keller et le Maire Etienne Blanc sur le sujet de la distorsion transfrontalière. Un rapport qui n’a pas été suivi d’effets…” Le rapport préconisait entre autres “la mise en place de zones tampons où les réglementations entre les deux États seraient les mêmes”.

¹ FDSEA : Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles

libero risus ut ipsum mi, elementum velit, Aenean