Quand Carles Puigdemont fait la promotion du festival alternatif de Visa pour l’Image

Tout est parti du refus assumé par Jean-François Leroy, fondateur de Visa pour l’Image de consacrer une des 25 expositions du festival à la crise catalane.

Le “patron” du festival international de photojournalisme, qui fête ses 30 ans, invoquait l’absence “de travail abouti sur la Catalogne en dehors des photos des manifestations, mais quarante photos de drapeaux ne font pas une expo”. Il rappelait toutefois la volonté d’en parler lors des soirées de projection. Une position qui n’a pas manqué de créer la polémique de ce côté des Pyrénées. L’occasion pour le mouvement catalaniste Oui au Pays Catalan de lancer son propre “festival off”. Un festival qui ne manque pas d’emprunter la charte graphique du festival officiel Visa pour l’Image, intitulé VASi pour l’Image.

La Revolta de las Urnas – La Révolte des Urnes

Un évènement qui veut montrer “une rétrospective des combats des Catalans du Sud, tant pour leur droit à l’autodétermination que contre la répression subie par la population depuis le référendum du premier octobre 2017 : résistance pacifique, lutte pour la préservation des libertés fondamentales qui se confond avec celle pour la démocratie et, finalement, lutte contre la répression des leaders Catalans, emprisonnés ou en exil, qui ont réussi à montrer devant la justice européenne les graves atteintes portées par l’Espagne aux libertés individuelles et aux droits des peuples”. 

Les organisateurs exposeront le travail des photojournalistes Carles B. Gorbs et Dolors Gilbert au Salon Mailly à Perpignan du 30 aout au 8 septembre 2018. Un travail qui couvre la période allant de 2010 à aujourd’hui.

Dolors Gibert, photographe de Figueres, a collaboré avec de nombreuses agences et maisons d’édition et à exposer dans de nombreuses galeries et événements. Elle a reçu en 2001 le prix Lux décernée par l’Association des Photographes Professionnels d’Espagne.

Carles B. Gorbs, journaliste et éditeur de Barcelone, a quant à lui collaboré à divers organes de communication ou médias dont El Periódico, Made in Catalonia, Integral, Ecoxarxa, La Vanguardia, TV3, TV Girona, Interviú, Época, ainsi qu’à une vingtaine de revues locales et publications institutionnelles et associatives. Aujourd’hui à la tête d’une agence de communication, il collabore et prend en charge des bureaux de presse et de communication pour des institutions publiques ou privées.

♦ “Montrer sa solidarité avec nos frères du sud”

Jordi Véra et Joaquim Fernandez du parti catalaniste veulent par cet acte “dénoncer le comportement de certains responsables publics, députés locaux et au-delà jusqu’à la présidence de la République”. Les accusant de “déshonorer les principes du préambule de la Constitution reconnaissant le droit des peuples à l’autodétermination”. Le mouvement s’interroge sur la position du gouvernement de la France “Pourquoi refuser aux Catalans la reconnaissance accordée à d’autres ?”

♦ Sur le même thème

La Casa de la Généralitat, antenne du gouvernement catalan sur Perpignan et le Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales organisent une exposition “55 Urnes pour la Liberté”. 55 artistes ont transformé les urnes qui ont servi au référendum en oeuvre d’art. Exposition du 30 aout au 25 septembre.

En parallèle et organisée par le Comité de Solidarité Catalane en Catalogne Nord “155 photos pour la Liberté” seront exposées du 1er au 16 septembre dans six lieux de Perpignan. Détail sur le Facebook de l’organisation 

consectetur libero suscipit tristique mattis ante. Aenean ut Nullam